picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

abcès

 

 

plante grand-mère poirreaux

Le cataplasme de poireaux

- Le poireau Allium porum peut s'enorgueillir comme l'ail et comme l'oignon de l'ancienneté de son emploi. En Egypte ancienne, il était représenté sur les fresques. Il serait cité dans la Bible. Par ailleurs, Grecs et Romains consommaient les blancs, tandis qu'au Moyen Age, la soupe de « porée » était un plat recherché.
Préparation grand-mère:
- Mettre sur le gril les blancs de poireaux ou les cuire dans du vinaigre. (Normandie, Périgord)
- « Tourner, retourner qu'ils ne soient pas cuits, pas rôtis, bien chauds, seulement ramollis, appliquer ensuite sur le mal, bien chaud, c'est une condition. »
- En cataplasmes contre les maux de gorge, les panaris, et pour faire mûrir les abcès.

 

 

 

 

plante grand-mère oignion

Le cataplasme d'oignons

Préparation grand-mère:
Faire cuire des oignons dans leur peau, dans la braise, sous la cendre ou au four dans un récipient fermé, les appliquer en cataplasmes. On peut ajouter 5 gouttes de teinture d'arnica (Arnica montana) en vente en pharmacie. (Béarn)
Prendre de préférence la variété « ceba » rouge (Allium cepa). « Les hommes guérissent souvent sans médecin mais non sans remède. » (Anjou, Pays niçois)
- En homéopathie, Arnica montana est préconisé pour les hémorragies, les ecchymoses, courbatures, fractures et les furoncles.
- Pour faire mûrir les abcès, les clous, les furoncles. Pour le mal de gorge.

 

 

 

 

plante de grand-mère plantain

Le cataplasme de feuilles de plantain

Le plantain lancéolé (Plantage lanceolata), lancelée, psyllium blond d'Allemagne donne des graines laxatives riches en mucilage. Il existe aussi le grand plantain (Plantago major), le plantain à grandes feuilles, le plantain à bouquets, le plantain à larges feuilles. « Leurs feuilles fraîches, appliquées sur les plaies récentes, peuvent avantageusement en hâter la cicatrisation. » (H. Leclerc)
Préparation grand-mère:
- Faire bouillir le plantain long (et non pas pas le rond), puis l'appliquer en cataplasmes. (Béarn, Bresse)
- Pour les orgelets (blépharites des paupières), abcès, maux blancs et épines enfoncées

 

 

 

 

Les pansements à l'œuf

Préparation grand-mère:
Casser un œuf par la pointe, puis faire une petite ouverture pour passer le doigt, mettre le doigt dedans, l'immobiliser par un pansement.
- « Un œuf c'est peu, deux c'est mieux, trois sont pitance, et quatre outrance. » (Auvergne, Flandre)
Pour les abcès, les blessures enflammées.
- Dans l'œuf frais ouvert, ajouter un dé à coudre de poudre de camphre, un autre de sel, mettre le doigt dedans, ou appliquer la préparation à l'œuf en cataplasmes.
Pour les panaris, le mal blanc, les bobos.

 

 

 

 

Le baume du samaritain

Préparation grand-mère:
Mettre une cuillère à bouche d'huile, une cuillère à bouche de sucre en poudre, une cuillère à bouche de vin rouge, mélanger l'huile et le vin rouge sucré, faire bouillir le tout à petit feu.
- Ce remède très ancien, d'usage externe, fait référence aux Evangiles où un homme agressé et abandonné est secouru par un samaritain qui panse ses blessures et le met à l'abri.
- Poser à froid sur les clous (abcès).
- Pour les petites blessures, écorchures enflammées, aphtes, gencives douloureuses

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Henne

Henne

Lawsonia inermis (lythracées) H 2-6 m oct.-avr. arbrisseau
Dans le monde arabe, le henné était considéré comme une plante médicinale, bien avant d'être utilisé comme colorant pour cheveux Le pigment des feuilles servait de remède contre les diarrhées (amibiase), les ulcères de l'estomac et la fièvre.
En usage externe, on utilisait une décoction des feuilles pour soulager les eczémas, les abcès, les mycoses et la gale.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Saponaire officinale

Saponaire officinale

Saponaria officinalis (caryophyllacées) H 30-80 cm juin-sept, vivace
Le rhizome de la saponaire contient jusqu'à 8 % de saponine, différents glucides et d’autres substances. La saponaire a été utilisée pour la première fois comme plante médicinale par des médecins arabes dans le traitement de maladies cutanées (dartre), de la lèpre et d'abcès, le rhizome favorisant l'expectoration des muqueuses, les guérisseurs l'employaient dès le Moyen Âge contre les affections des voies respiratoires. Grand-mère considérait, la saponaire comme un remède contre les maladies de peau et les rhumatismes.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Trèfle des prés

Trèfle des prés

Trifolium pratense ssp. pratense (papilionacées)
H 15-40 cm mal-sept. vivace
Pour grand-mère, ses capitules séchés étaient utilisés pour soigner des affections cutanées chroniques telles que les eczémas et le psoriasis, la coqueluche et les abcès, les fleurs renferment des combinaisons aromatiques et des acides.
Le trèfle commun était considéré, selon la « théorie des signatures », comme remède à la cataracte.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Cranson officinal

Cranson officinal

Cochlearia officinalis (crucifères)
H 20-50 cm avr.-août bisannuelle à vivace
Grâce à sa teneur élevée en vitamine C, cette plante était appréciée des marins car elle constituait un bon remède contre le scorbut En médecine populaire grand-mère la considérait comme digestive et diurétique on la consommait en cas de manque d'appétit, de goutte, de rhumatismes et de troubles de l'estomac. Les feuilles écrasée servaient, en outre de cataplasme sur les abcès

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Aspérule odorante

Aspérule odorante

Galium odoratum (rubiacées)
H15-30 cm mai-juin vivace
Dans un herbier irlandais du XVIIIème siècle, l'aspérule odorante est recommandée dans la guérison des furoncles et des abcès. La plante cueillie peu avant sa floraison contient une substance se transformant au séchage en cou-marine, dont l'odeur est caractéristique. En médecine officielle, cette herbe est utilisée lors d'affections veineuses : pour grand-mère, les applications sont plus larges : états d'Inquiétude, insomnies, troubles cardiaques, hémorroïdes Ne pas employer simultanément avec des médicaments régulant la circulation sanguine et pendant la grossesse.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pulmonaire arborée

Pulmonaire arborée

Lobaria pulmonaria (parméliacées)
H 10-40 cm thalle
C'est probablement en raison de la théorie des signatures qu'elle était utilisée par la médecine populaire comme remède grand-mère aux affections pulmonaires. On la posait également sur les blessures et les abcès et la recommandait en cas de catarrhes bronchiques. De nos jours, on l'utilise exclusivement en homéopathie pour traiter les toux irritantes et les maladies des voies respiratoires.

 

 

 

 

L'onguent au savon noir et feuille de sang de dragon

Préparation grand-mère:
Mélanger des copeaux de savon noir, parsemer de son de blé (Triticum sativum), mettre du séneçon (Senecio vulgaris, Senecio jacobea), puis faire chauffer dans un récipient. (Normandie)
- « Le soir, on met l'onguent le plus chaud possible en maintenant le pansement, dans la journée, on met de la feuille de patience rouge, "sang de dragon" (Rumex sanguineus) ; ensuite, on enlève la nervure rouge. C'est relativement courant dans le jardin, on en trouve encore en forêt. »
- « Pour les panaris, ça fait mûrir les abcès. »