picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

anti-inflammatoire

 

 

plante grand-mère feuilles de mauves

Le cataplasme de feuilles de mauve

La mauve sauvage {Malva sylvestris) I grande mauve, fromage, et la mauve à feuilles rondes (Malva rotundifolia), petite mauve, herbe à fromage, sont les mauves des Anciens et de la pharmacopée officinale. Les enfants aiment à manger les fruits jeunes sous le nom d'un fromage. La mauve était un ancien légume et un médicament. On la cultivait en Grèce et en Italie comme plante potagère. Au Moyen Age, elle se devait d'être cultivée dans les jardins des simples. En externe, elle a une action antinévralgique et anti-inflammatoire.
Préparation grand-mère:
- Poser des feuilles de mauve fraîches ou sèches en cataplasmes chauds, le soir, si possible avant de s'endormir. (Vosges)
- « Le lendemain, on a perdu le souvenir de son mal. »
- Pour les névralgies accidentelles, les blessures et les plaies infectées, les maux de gorge.

 

 

 

 

plate grand-mère souci

L'huile de pétales de souci

Le souci officinal (Calendula officinalis), s. cultivé, grand souci, et le souci commun (Calendula arvensis), fleur de tous les mois, fleur de calendule, souci des jardins est, en usage interne, sudorifique, hypotenseur, emménagogue (qui fait revenir les règles).
Préparation grand-mère:
- Mettre des pétales de souci dans une petite bouteille d'huile d'olive, laisser macérer 40 jours. Prendre 1 cuillère à café le matin. (Vercors)
- Il se révèle aussi antispasmodique, en usage externe, anti-inflammatoire, antiseptique et cicatrisant.
En homéopathie Calendula officinalis, utilisé pour les traumatismes sans plaies, les fractures, entorses, foulures, est un véritable antiseptique homéopathique, en solution de teinture mère (25 gouttes dans un verre d'eau bouillie), en lavages et en pansements.
- Pour maux d'estomac et mauvaise digestion.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Eucalyptus

Eucalyptus

Eucalyptus globulus ssp. globulus (myrtacées)
H jusqu'à 40 m fév.- juill. arbre
La médecine des aborigènes utilise l'eucalyptus comme fébrifuge et anti-inflammatoire. Cet arbre étant arrivé en Europe seulement au XIXème siècle, la tradition populaire n'y a pas eu recours. Son huile est antispasmodique et antibactérienne. Elle sert en usages externe et interne en cas de refroidissements, d'asthme et de rhumatismes. Certains patients ne supportent pas le contact direct avec l'huile.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Solidage

Solidage

Solidago vigaurea ssp. Vigaurea (composée)
H 10-100 cm juill.-oct. vivace
Les Germains connaissaient visiblement déjà la solidage qu'ils nommaient « herbe des plaies ». Il est en effet prouvé qu’elle renferme des glucosides de phénol (léiocarposide) anti-inflammatoires. Depuis le XIIIème siècle, cette plante est également mentionnée comme diurétique et prophylactique contre les calculs. Elle est recommandée en tant que remède maison en cas d'inflammations de la gorge et du larynx, mais également pour lutter contre les rhumatismes, la goutte et les maladies cutanées. Ne pas utiliser en présence d'œdèmes, de maladies cardiaques et rénales.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Tussilage

Tussilage

Tussilago farfara (composée)
H 10-30 cm mars- avr. Vivace
Les fleurs el les jeunes feuilles du tussilage renferment énormément de mucilages, c'est pourquoi on les préconise depuis l’antiquité comme remède contre la toux et l‘enrouement. Malheureusement, elles contiennent également des alcaloïdes de pyrrolizidine et ne se prêtent donc pas à une utilisation régulière. Des cultures sans alcaloïdes permettent néanmoins aujourd'hui l'utilisation médicale de cette plante. Le tussilage est anti-inflammatoire, il existe même des cigarettes de tussilage contre l'asthme.
Anthyllide vulnéraire

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Plantain lancéolé

Plantain lancéolé

Plantago lanceolata (plantaginacées)
H 10-50 cm avr.- oct. vivace
La feuille du plantain lancéolé est un remède maison contre les piqûres d'insectes et les petites blessures : le jus pressé frais est antibactérien et anti-inflammatoire. Les feuilles séchées sont employées en tisane en cas de catarrhes des voies respiratoires et d'inflammations de la bouche et de la gorge, on les trouve également en préparation prête à l’emploi.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Fragon épineux

Fragon épineux

Ruscus aculeatus (liliacées)
H 10-80 cm janv.-avr. arbrisseau
Le rhizome du fragon épineux renferme une substance anti-inflammatoire et diurétique En extrait, elle entre dans la composition de remèdes pour les veines. Grand-mère utilisait le fragon épineux pour traiter les inflammations et faciliter le drainage.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Souci des jardins

Souci des jardins

Calendula officinalis (composées)
H 20-50 cm mai-oct. Annuelle à bisannuelle
L'origine du souci des jardins reste incertaine. Sainte Hildegarde de Bingen l'appelle Ringula et lui attribue de « grandes forces », entre autres, contre les empoisonnements. Ses fleurs renferment des substances anti-inflammatoires et favorisent la cicatrisation. La pommade de souci est appliquée sur les lésions, les meurtrissures, les contusions, les ulcères et les inflammations cutanées. On utilise sa tisane pour faine des gargarismes. Le souci était en outre utilisé comme philtre d'amour, contre le cancer, les vers et la syphilis.