picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

asthme

 

 

plante grand-mère chélidoine

La compresse de chélidoine

La chélidoine (Clielidonium ma jus), éclaire, grande éclaire, herbe de l'hirondelle, herbe de Sainte-Claire, herbe aux verrues, fraîche¬ment coupée, laisse écouler un lait acre, véritable remède pour les verrues. Jadis, on le diluait dans l'eau pour soulager les maux d'yeux, d'où son nom.
Préparation grand-mère:
- Froisser une feuille de chélidoine, appliquer le lait jaune orangé sur les verrues, renouveler plusieurs fois la compresse.
- En homéopathie, Clielidonium majus est utilisé pour toutes les affections du foie, de l'asthme, les coliques hépathiques, la congestion pulmonaire. Elle est topique en externe, dépurative et active dans les troubles biliaires.
- Pour les verrues.

 

 

 

 

plante grand-mère bryone

A la racine de bryone

La bryone, couleuvrée blanche, couleuvrée noire, navet du diable, navet sauvage, rave de serpent est une plante herbacée vivace, grimpante grâce à des vrilles, purgative drastique.
Préparation grand-mère:
- Se frictionner avec un morceau de racine de bryone, le faire deux fois et arrêter. (Normandie, Vercors)
- « Pilée et démêlée avec du vin, elle résout le sang figé, efface toute cicatrice et contusions noires. » (R. Dodoens) En homéopathie, Bryonia alba soulage arthrite, asthme, céphalées, sciatique, vertiges. « Remède de cheval, on prend des cloques, mais après on n'a plus mal. » - Pour les douleurs, les rhumatismes.

 

 

 

 

Le lait de lierre terrestre

Couronne de terre, herbe de Saint-Jean, rondette, terrette, lyarre terrestre.
Préparation grand-mère:
- Verser du lait bouillant sur du lierre terrestre (Glechoma hederacea), puis adoucir de miel. (Lorraine, Normandie) Boire 3 cuillères à soupe trois fois par jour.
- « Les fleurs de lyarre appliquées en forme d'emplâtre avec huile et cire, guérissent toutes brûlures. » (R. Dodoens) Dès le début du printemps, le petit lierre à fleur bleu violet s'attache au sol comme le lierre (Hedera hélix), d'où son nom. Son parfum agréable le destinait autrefois à la lessive.
- Pour les rhumes, la bronchite, l'asthme.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Herbe-aux-chats

Herbe-aux-chats

Nepeta cataria (labiées)
H 40-100 cm juin-sept. vivace
Bien que semblable à la valériane, ce sont d'autres principes actifs qui attirent ici les chats. Ses feuilles contiennent une huile essentielle et des amers. Seule grand-mère s'en servait et l'administrait contre les troubles digestifs et lors de refroidissements en tant que diaphorétique et fébrifuge. Un herbier irlandais du XVIIIème siècle la recommande dans le traitement des contusions internes et de l'asthme.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Épiaire officinale, bétoine officinale

Épiaire officinale, bétoine officinale

Stachys officinalis = Betonica officinalis
H 30-100 cm Juin-aout vivace
Connu sous son ancien nom de Betonica herba, l’épiaire officinal n'est plus guère administré. Grand-mère s'en servait contre les diarrhées, de catarrhes des voies respiratoires, d'asthme, et pour soigner les plaies. Le Romain Pline écrit qu'en cas de doute, les médecins administrent toujours la bétoine, et le médecin personnel de l’empereur Auguste la considérait même comme un remède universel.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Eucalyptus

Eucalyptus

Eucalyptus globulus ssp. globulus (myrtacées)
H jusqu'à 40 m fév.- juill. arbre
La médecine des aborigènes utilise l'eucalyptus comme fébrifuge et anti-inflammatoire. Cet arbre étant arrivé en Europe seulement au XIXème siècle, la tradition populaire n'y a pas eu recours. Son huile est antispasmodique et antibactérienne. Elle sert en usages externe et interne en cas de refroidissements, d'asthme et de rhumatismes. Certains patients ne supportent pas le contact direct avec l'huile.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Morelle douce-amère

Morelle douce-amère

Solanum dulcamara (solanacées)
H 30-200 cm juir-scpt. arbrisseau
Autrefois, les guérisseurs administraient les liges et les jeunes pousses comme diurétique et laxatif, contre les nausées, les bronchites chroniques, l'asthme et les affections cutanées. En raison des alcaloïdes toxiques qu'elle contient, la morelle est seulement utilisée en préparations prêtes à l'emploi contre les eczémas et en homéopathie.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Hysope

Hysope

Hyssopus officinalis ssp. officinalis (labiées)
H 20-80 cm juill.-oct. vivace
L'hysope était déjà mentionnée dans la Bible - les parties vertes servaient à purifier les lépreux. En médecine populaire, grand-mère l'utilisait contre les catarrhes de la gorge, les enrouements et de nombreuses autres maladies allant de l'asthme aux douleurs oculaires en passant par la faiblesse de la circulation sanguine. L'huile essentielle n'étant pas sans risques, il est conseillé d'en absorber uniquement des quantités minimes.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Tussilage

Tussilage

Tussilago farfara (composée)
H 10-30 cm mars- avr. Vivace
Les fleurs el les jeunes feuilles du tussilage renferment énormément de mucilages, c'est pourquoi on les préconise depuis l’antiquité comme remède contre la toux et l‘enrouement. Malheureusement, elles contiennent également des alcaloïdes de pyrrolizidine et ne se prêtent donc pas à une utilisation régulière. Des cultures sans alcaloïdes permettent néanmoins aujourd'hui l'utilisation médicale de cette plante. Le tussilage est anti-inflammatoire, il existe même des cigarettes de tussilage contre l'asthme.
Anthyllide vulnéraire

 

 

 

 

Remede grand-mère avec Pluie d'or

Pluie d'or

Laburnum anagyroides (papillionacées)
H jusqu’à 8 m mai-juin arbrisseau
Cette plante, ses graines principalement, est très toxique (alcaloïdes). Ses feuilles servaient d'expectorant et de laxatif. En médecine populaire, grand-mère recourait aux graines comme vomitif, en cas de constipation, d'asthme et pour faciliter le drainage. Un extrait des graines servait de remède pour arrêter de fumer. Il n'en reste aujourd'hui que les applications homéopathiques administrées lors d'affections du système nerveux central, de troubles gastriques et intestinaux et de vertiges.

 

 

 

 

Remede grand-mère avec Asaret d'Europe

Asaret d'europe

Asarum europaeum (aristolochacées)
H 5-10 cm mars-août vivace
Bien qu'une consommation importante de son rhizome puisse entraîner la mort ou provoquer des avortements, il était recommandé comme vomitif et laxatif lors d’hydropisie et de sciatique. La phytothérapie moderne utilise uniquement des préparations prêtes à l'emploi en cas d'inflammations des voies respiratoires et d'asthme

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Gui

Gui

Viscum album ssp. Album (loranthacées)
H 20-50 cm févr.- avr. arbrisseau
Dans la mythologie germanique, le gui avait une valeur magique. Une flèche fabriquée avec du bois de gui tua Baldur l’invincible, les druides gallois coupaient le gui avec des faucilles en or pour préparer leurs potions magiques... Seule la magie du baiser sous le rameau de gui subsiste L'infusion de ses parties vertes et ses extraits seraient hypotensifs et prophylactiques de l'artériosclérose. En médecine populaire, grand-mère le recommande entre autres pour soigner l'épilepsie, l'asthme et la coqueluche.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Lierre

Lierre

Hedera helix (araliacées)
H 50-200 cm sept.-nov. arbrisseau
Le lierre est une plante médicinale très ancienne liée à Dionysos et Bacchus, Ses feuilles renferment différents principes actifs facilitant l'expectoration des muqueuses et antispasmodiques. En raison de la toxicité de la plante, les médecins recourent aujourd'hui plutôt aux préparations prêtes à l’emploi pour soigner la toux, les bronchites et l'asthme. Les cataplasmes de feuilles de lierre étaient d'usage - uniquement en remède grand-mère en cas de maladies cutanées et de rhumatismes.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Sapin argenté

Sapin argenté

Abies alba (pinacées)
H jusqu’à 50 m mai-juin arbre
Les aiguilles et les cônes du sapin argenté fournissent une huile essentielle antimicrobienne qui favorise l'expectoration des muqueuses lors de refroidissements. Des médicaments pour frictions (irritant la peau), des baumes ou des additifs pour les bains d'inhalation contiennent l'huile de sapin. L'homéopathie applique elle aussi les jeunes extrémités non ligneuses des rameaux, avec aiguilles et cônes, en cas de maladies des voies respiratoires. Ne pas utiliser contre l’asthme bronchique

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Épicéa commun

Épicéa commun

Picea abie (pinacées)
H jusqu’à 50 m avr.-juin arbre
Les extrémités de ses rameaux, ses aiguilles et leur huile sont utilisées en médecine les principes actifs sont antimicrobiens et favorisent l'expectoration des muqueuses en cas de refroidissements et de catarrhes des voies respiratoires. En usage externe, l'huile aide lors de troubles de la circulation sanguine, de rhumatismes et de névralgies. comme remède grand-mère, les jeunes extrémités des rameaux en décoction étaient utilisées comme remède contre le scorbut et la tuberculose. Ne pas utiliser en cas d'asthme et d'insuffisance cardiaque.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Ginkgo

Ginkgo

Ginkgo biloba (ginkgoacées)
H jusqu’à 30 m mars-avr. arbre
La médecine chinoise utilise les feuilles du ginkgo principalement pour traiter l'asthme. La médecine occidentale applique exclusivement des préparations prêtes à l'emploi, aux effets controversés toutefois Les préparations de ginkgo amélioreraient la circulation sanguine et augmenteraient les performances de la mémoire et du cerveau.