picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

astringent

 

 

plante grand-mère siege de noyer

Le bain de siège de noyer

Le noyer (Jtiglans regia) est un bel arbre dont, par le passé, l'ombre fraîche était redoutée comme risquant de provoquer des refroidissements. La feuille de noyer et les fruits des noix étaient déjà recommandés par sainte Hildegarde et saint Albert le Grand, le brou des noix et la feuille sont astringents, eupeptiques (qui aide la digestion), dépuratifs. La vapeur se charge de l'essence qui est antiseptique.
En homéopathie Juglaiis regia entre dans la composition de nombreuses spécialités dépuratives.
Préparation grand-mère:
- Verser de l'eau bouillante sur des feuilles de noyer, posées dans un seau hygiénique, faire un bain de siège de la vapeur
- Pour les hémorroïdes

 

 

 

 

plante grand-mère aigremoine

La tisane d'aigremoine

L'aigremoine (Agrimonia eupatoria), francormier, herbe de saint Guillaume, thé du Nord, thé des bois, est astringente, et conseillée dans les troubles hépathiques, pour la circulation, les rhumatismes.
Préparation grand-mère:
- Mettre 200 g de plante sèche (tiges fleuries) à bouillir 5 minutes dans 1 litre d'eau, laisser infuser 1 heure. Cueillir les fleurs en juillet le matin à la rosée. (Normandie, Provence) « Un verre de tisane d'aigremoine ôte un verre de sang du corps. » (Normandie)
- Bonne pour le foie et pour les irritations de la gorge prise en gargarismes.

 

 

 

 

La compresse de fleurs

Préparation grand-mère:
- Prendre une pincée de pétales de roses (Rosa sp. de préférence la pâle, cent i folia, églantier R. canina), une pincée de fleurs de camomille (Tanacetuni parthenium), une pincée de fleurs de mauves (Malva sp.), une pincée de fleurs de bleuets (Centaurea cyanus) et une autre de fleurs de chélidoine (Clielidoniutn majus).
Faire bouillir dans l'eau, laisser tiédir en infusant, appliquer en compresses. La grande camomille et le bleuet sont indiqués en ophtalmologie, comme astringent dans certaines affections inflammatoires des yeux.
- Pour les yeux rougis, et qui coulent.

 

 

 

 

plante grand-mère ortie

A la feuille d'ortie

La grande ortie et la petite ortie (Urtica dioica, urens), utilisées en usage externe, « se montrent astringentes, résolutives, détersives, et, en urtications, puissamment révulsives ». (P. Fournier) Notons aussi la valeur de l'ortie comme aliment. En soupe, elle se révèle riche en fer et chlorophylle et permet de soigner l'anémie.
Préparation grand-mère:
- Se frictionner, se battre avec des orties. On peut aussi se badigeonner ensuite avec de la teinture d'iode. (Morvan, , Normandie)
- « Ça fait une réaction terrible, on avait la frayeur de ça, c'est incroyable comme ça soulage. »
- Pour la sciatique, pour les rhumatismes

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Chêne

Chêne

Quercus spec. (fagacées)
H 30-50 m avr.-mai arbre
« Oak », la quintessence florale de Bach, transmettrait la puissance du chêne à l'utilisateur. L'écorce du chêne est appliquée en usage externe. Ses tanins sont hémostatiques, astringents et calment les démangeaisons liées aux maladies cutanées, aux plaies, aux hémorroïdes et aux inflammations de la bouche et de la gorge (gargarisme»).

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Potentille tormentille

Potentille tormentille

Potentilla erecta (rosacées)
H 10-30 cm mai-sept. vivace
La racine de la potentille se distingue par une teneur élevée en tanins. Elle est utilisée depuis très longtemps aussi bien en médecine populaire, remède grand-mère qu'en médecine officielle et en homéopathie. En usages interne et externe, elle est hémostatique et astringente Elle aide également lors de diarrhées.

 

 

 

 

Le sirop de mûres

Les mûres, amoures, moures, murons, omourett, anglais bramble sont astringentes (qui resserre les tissus).
Préparation grand-mère:
- Faire tremper des mûres bien écrasées dans de l'eau ou dans du vin rouge sucré, ajouter un sirop de sucre, passer, et chauffer. Mettre à rafraîchir. (Béarn, Morvan)
- Le sirop était également présent en Pharmacopée française comme astringent, et en gargarisme. En prendre 3-4 cuillères par jour pour la toux.
Ajouter un peu d'eau chaude, et faire des gargarismes pour les maux de gorge.

 

 

 

 

plante grand-mère aigremoine

La tisane d'aigremoine

L'aigremoine (Agrimonia eupatoria), francormier, herbe de saint Guillaume, eu/mtoire des Grecs, thé du Nord, thé des bois, est astringente, et conseillée dans les troubles hépatiques, pour la circulation, les rhumatismes.
Préparation grand-mère:
- Mettre 200 g de plante sèche (tiges fleuries) à bouillir 5 minutes dans 1 litre d'eau, laisser infuser 1 heure. Cueillir les fleurs en juillet le matin à la rosée. (Normandie, Provence) « Un verre de tisane d'aigremoine ôte un verre de sang du corps. » (Normandie)
- Bonne pour le foie et pour les irritations de la gorge prise en gargarismes.

 

 

 

 

La tisane de cynorrhodon

Les cynorhodons (Rosa sp.) sont les fruits de l'églantier, rose des haies, rosier de la Vierge, rosier des chiens, rosier sauvage, ronce des chiens. En forme de petites pommes ou ovoïdes, les graines entourées de poils qui entraînent des démangeaisons doivent être ôtées. Ils sont riches comme le citron en vitamine C, toniques et astringents.
Préparation grand-mère:
- Faire une infusion de la paroi des cynorhodons finement hachée dans une eau chaude sans bouillir, adoucir de miel. (Périgord, Vercors)
- Pour la grippe, la fatigue générale.

 

 

 

 

plante grand-mère eglandier

La tisane de galles d'églantier

« Assez souvent, se développe sur les rameaux, à la suite de la piqûre d'un Cynips (Rhodites rosae L.) une galle chevelue en forme de petit buisson vert rougeâtre, dite "bédégar", à laquelle on a attribué de grandes vertus thérapeutiques. » (P. Fournier) Le bédégar de l'églantier (Rosa canina L) est astringent.
Préparation grand-mère:
- Faire une infusion de fleurs, feuilles, galles (bédègues) de la ronce des chiens, adoucir de miel, boire 2-3 tasses par jour. (Béarn, Ver-cors)
- En cas de rhume ou de grippe, pour la diarrhée aiguë

 

 

 

 

Le vin d'aigremoine

L'aigremoine (Agrimonia eu/mtoria), francormier, grimoine, herbe de Sainte-Madeleine, herbe de Saint-Guillaume, toute-bonne est astringente et recommandée de tout temps, en externe, dans le traitement des plaies variqueuses.
Préparation grand-mère:
- Prendre 200 g d'aigremoine sèche, la faire bouillir dans 1 litre de vin rouge pendant 5 minutes, laisser infuser 1 heure. On peut faire bouillir la plante entière dans une casserole, la mélanger à du vin. (Provence)
- Ramasser les tiges et les fleurs le matin, à la rosée.
- En lavage sur les plaies des varices, pour se dépurer le sang.

 

 

 

 

plante grand-mère noyer

Le vin de noyer

La feuille de noyer (Juglans regia) est astringente, dépurative, amère.
Préparation grand-mère:
- Tremper 35 morceaux de feuilles de noyer, < 55 pierres de sucre dans 1 litre de vin et 50 cl d'eau-de-vie (alcool régional), passer
et mettre en bouteille. (Morvan)
- « Cette liqueur, que nos grand-mères conservaient précieusement dans l'armoire à linge toute parfumée de lavande, entre l'huile de millepertuis, pour les brûlures, et l'eau d'euphraise, pour les maux d'yeux, était tonique et stomachique. » (H. Leclerc)
- En homéopathie, Juglans regia est recommandée pour l'acné, les éruptions vésiculaires rouges avec démangeaisons. _^

 

 

 

 

Le vin de cormier-sorbier

Le sorbier domestique (Sorbtis domestica) ou cormier était déjà cultivé par les Romains comme arbre fruitier, puis, au Moyen Age dans les jardins des simples des monastères bénédictins. Il est recommandé pour son bois et la qualité astringente de ses fruits, les sorbes ou cormes.
Préparation grand-mère:
- Ramasser des cormes (sorbes), les débarrasser des petites feuilles ou brindilles, faire chauffer du bon vin blanc, ajouter du sucre sans faire bouillir, pour éviter que ça pique. Y faire tremper les cormes pendant plusieurs semaines, passer et mettre en bouteilles. (Morvan)
« Ma grand-mère m'expliquait qu'il y avait des cormes dans les haies, et comment on préparait le vin de cormes pour les diarrhées. »