picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

blessure

 

 

alcool degrand-mère millepertuis

Le millepertuis

soleil terrestre est vulnéraire et antiseptique. Vues par transparence, les feuilles à l'hypericum sont criblées de points à essence translucides.
Préparation grand-mère:
- Mettre à tremper une bonne poignée de fleurs de millepertuis dans l'eau-de-vie, laisser macérer, maintenir l'eau-de-vie au frais. (Normandie)
- « Cueillir le millepertuis sauvage en fleurs, le long des haies, au moment de la Saint-Jean. »
- « C'était idéal quand on avait des bobos, une grosse blessure même. Vous lavez bien, vous mettez du millepertuis en compresse. C'était très bon aussi pour les panaris et les bobos enflammés. »

 

 

 

 

alcool petale de lis grand-mère

Le pétale de lis

Ramasser les pétales de lis blanc (Liliuin candidimi), lis de Saint-Antoine, herbe de Saint-Joseph, rose de Jimon, quand il est bien fleuri au moment des Fête-Dieu, pour qu'ils soient bien blancs.
Préparation grand-mère:
- Mettre à tremper les pétales de lis dans l'eau-de-vie ou l'alcool, laisser macérer. (Normandie)
- « Prendre délicatement les pétales du lis de Saint-Bruno (Paradisea liliastrum) pour ne pas les meurtrir (Hautes-Alpes, Dauphiné). Poser sur une plaie, mettre d'abord le pétale côté brillant pour tirer le pus, et ensuite le côté mat pour sécher. Entourer d'un petit bout de toile, de chiffe, puis faire un pansement.
- Pour les coupures, écorchures, blessures et les brûlures qui s'infectent. »

 

 

 

 

plante grand-mère feuilles de mauves

Le cataplasme de feuilles de mauve

La mauve sauvage {Malva sylvestris) I grande mauve, fromage, et la mauve à feuilles rondes (Malva rotundifolia), petite mauve, herbe à fromage, sont les mauves des Anciens et de la pharmacopée officinale. Les enfants aiment à manger les fruits jeunes sous le nom d'un fromage. La mauve était un ancien légume et un médicament. On la cultivait en Grèce et en Italie comme plante potagère. Au Moyen Age, elle se devait d'être cultivée dans les jardins des simples. En externe, elle a une action antinévralgique et anti-inflammatoire.
Préparation grand-mère:
- Poser des feuilles de mauve fraîches ou sèches en cataplasmes chauds, le soir, si possible avant de s'endormir. (Vosges)
- « Le lendemain, on a perdu le souvenir de son mal. »
- Pour les névralgies accidentelles, les blessures et les plaies infectées, les maux de gorge.

 

 

 

 

Les pansements à l'œuf

Préparation grand-mère:
Casser un œuf par la pointe, puis faire une petite ouverture pour passer le doigt, mettre le doigt dedans, l'immobiliser par un pansement.
- « Un œuf c'est peu, deux c'est mieux, trois sont pitance, et quatre outrance. » (Auvergne, Flandre)
Pour les abcès, les blessures enflammées.
- Dans l'œuf frais ouvert, ajouter un dé à coudre de poudre de camphre, un autre de sel, mettre le doigt dedans, ou appliquer la préparation à l'œuf en cataplasmes.
Pour les panaris, le mal blanc, les bobos.

 

 

 

 

Le baume du samaritain

Préparation grand-mère:
Mettre une cuillère à bouche d'huile, une cuillère à bouche de sucre en poudre, une cuillère à bouche de vin rouge, mélanger l'huile et le vin rouge sucré, faire bouillir le tout à petit feu.
- Ce remède très ancien, d'usage externe, fait référence aux Evangiles où un homme agressé et abandonné est secouru par un samaritain qui panse ses blessures et le met à l'abri.
- Poser à froid sur les clous (abcès).
- Pour les petites blessures, écorchures enflammées, aphtes, gencives douloureuses

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Sanguisorbe officinale

Sanguisorbe officinale

Sanguisorba officinalis (rosacées) H 30-150 cm Juin-sept. vivace
Grand-mère employait la sanguisorbe comme remède pour guérir les blessures ouvertes et les hémorragies internes. Un herbier du XVIème siècle indique que cette plante arrête « toutes sortes de saignements », ceci grâce à sa teneur en tanins. Aujourd'hui, elle est utilisée en homéopathie pour lutter contre les varices et les diarrhées.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Renouée bistorte

Renouée bistorte

Bistorta officinalis ssp. officinalis (polygonacées) H 30-100 cm juin-oct. vivace
Son rhizome enflé renferme beaucoup d'amidon et était autrefois consommé comme légume en Russie. D'un point de vue médicinal, les tanins sont plus importants. Ils sont astringents pour les blessures externes (compresses, bains), mais constituent aussi la base de gargarismes lors d'inflammations de la bouche et de la gorge, ou d’une infusion contre les diarrhées.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Joubarbe des toits

Joubarbe des toits

Sempervivum tectorum (crassulacées)
H15-50 cm juin-sept. vivace
Planter la joubarbe sur les toits est une vieille tradition grand-mère. Les Romains le faisaient déjà ; et au Moyen Âge, il se disait quelle protégeait contre la foudre. Les feuilles charnues contiennent des tanins, des mucilages et différents acides végétaux. Le suc frais rafraîchit les brûlures, les blessures et les piqûres de moustiques.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Capucine

Capucine

Tropaeolum majus (tropéolacées)
grimpante ou rampante juin-oct. annuelle
La capucine est originaire des Andes où la plante fraîche servait à désinfecter et cicatriser les blessures. Elle facilite l'expectoration des muqueuses des voies respiratoires. Ses feuilles contiennent un glucoside, la glucotropaeoline, qui par hydrolyse libère des dérivés sulfurés à action antibiotique. Cette substance bloque la multiplication des bactéries et la croissance des champignons. Pour cette raison, grand-mère administre la capucine pour soigner les catarrhes des voies respiratoires supérieures et des voies urinaires. Ne pas utiliser en présence d'ulcères gastro-intestinaux, de maladies rénales et chez les enfants en bas âge.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Plantain lancéolé

Plantain lancéolé

Plantago lanceolata (plantaginacées)
H 10-50 cm avr.- oct. vivace
La feuille du plantain lancéolé est un remède maison contre les piqûres d'insectes et les petites blessures : le jus pressé frais est antibactérien et anti-inflammatoire. Les feuilles séchées sont employées en tisane en cas de catarrhes des voies respiratoires et d'inflammations de la bouche et de la gorge, on les trouve également en préparation prête à l’emploi.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pin maritime

Pin maritime

Pinus pinaster (pinacées)
H jusqu’à 40 m avr.-juin arbre
La résine (baume) sécrétée par la blessure du tronc sert à la distillation de l'huile de thérébanthine. Le résidu visqueux fournit la colophane pour les archets des Instruments à cordes L'huile de térébenthine est une préparation d'inhalation administrée en cas d'affections bronchiques chroniques et en frictions lors de rhumatismes et de névralgies.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Figuier commun

Figuier commun

Ficus carica (moracées)
H 2-10 m juin-sept. arbrisseau
Ce n'est pas un hasard si Adam et Eve cachaient symboliquement leur nudité avec des feuilles de figuier. Les Assyriens connaissaient en effet déjà cet arbrisseau comme plante cultivée. Dans le monde arabe, les figues seules ou en décoction dans du lait avec du safran, des amandes, des pistaches et d'autres Ingrédients sont considérées comme aphrodisiaques. Fraîches, elles constituent un laxatif doux et un remède maison contre les hémorroïdes, les calculs rénaux et vésicaux. Ses feuilles sont administrées en cas de blessures, de troubles digestifs et de vers.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Argousier

Argousier

Hippophae rhamnoides ssp. Rhamnoides (éléagnacées)
H jusqu’à 5m mars-mai arbuste
Les baies de l’argousier sont inhabituellement riches en vilamines C, E. F, quelques vitamines B et provitamine A. Elles contiennent des acides et 7 % d'huile grasse. En Russie, l'huile purifiée est utilisée pour traiter les lésions dues aux rayons solaires et les blessures. La médecine indienne la recommande comme remède pour les maladies pulmonaires. Les baies crues ne sont pas comestibles, mais la médecine occidentale se sert de leur jus pour prévenir les refroidissements ou en cas de carence en vitamine C. On l'ajoute aux jus et conserves de fruits.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Noyer royal

Noyer royal

Juglans regia (juglandacée)
H jusqu’à 25m avr.-mai arbre
Les graines du noyer sont comestibles, ses coques servaient à la teinture, ses feuilles et ses fruits étaient utilisés comme remède. Ses feuilles contiennent en effet des tanins : on en faisait des cataplasmes, des lavements et des rinçages pour soigner les impuretés cutanées, les eczémas, la transpiration des pieds et les blessures. L'infusion de ses feuilles était consommée comme remède gastro-intestinal comme remède grand-mère. Ses coques vertes renferment en outre un colorant pour brunir les cheveux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pulmonaire arborée

Pulmonaire arborée

Lobaria pulmonaria (parméliacées)
H 10-40 cm thalle
C'est probablement en raison de la théorie des signatures qu'elle était utilisée par la médecine populaire comme remède grand-mère aux affections pulmonaires. On la posait également sur les blessures et les abcès et la recommandait en cas de catarrhes bronchiques. De nos jours, on l'utilise exclusivement en homéopathie pour traiter les toux irritantes et les maladies des voies respiratoires.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Millepertuis perforé

Millepertuis perforé

Hypericum perforatum (hypériacées)
H 30-60 cm mai-sept. vivace
Ses effets magiques et curatifs se sont confondus au fil des siècles. Les glandes oléagineuses de ses feuilles ont été baptisées « piqûres du diable », alors que le colorant rouge de ses fleurs jaunes est devenu le « sang de saint Jean ». Cette herbe a été longtemps considérée comme remède contre les magiciens et les sorcières. Aujourd'hui, il est avéré que l'huile aide lors d'états dépressifs. En médecine populaire, grand-mère utilisait l'huile pour les blessures cutanées et les brûlures et l'herbe contre les diarrhées.