picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

calmant

 

 

plante grand-mère guimauves

L'eau de guimauve

La guimauve, encore appelée « mauve blanche », émolliente et calmante, déjà cultivée dans les jardins médiévaux, est une plante aux nombreuses vertus que les Anciens recommandaient.
Préparation grand-mère:
- Faire de la tisane de racine de guimauve (Altliaea officinalis) en la faisant bouillir dans l'eau environ 5 minutes.
- « L'odeur des fleurs est douce, la saveur mucilagineuse. La mauve arborée, passe-rose, rose alcée, rose trémière, rose d'outre-mer peut, au besoin, servir aux mêmes usages. » En mettre un peu dans les biberons des bébés. C'est un adoucissant pour les enfants et les personnes aux intestins fragiles. « Mais il faut faire attention, car la plante refroidit. » (Vercors)

 

 

 

 

L'huile de piantain

Dans l'Antiquité, l'huile d'olive alimentait la flamme des lampes, offrant lumière et chaleur. Présente dans les rituels chrétiens, elle symbolise la luminosité et la pureté.
Espèce nombreuse, on retient de préférence les plantains (de Plantago en latin planta : plante des pieds) : le grand plantain (Plantago major), le plantain moyen (Plantago media) et le plantain lancéolé (Plantago lanceolata), herbe à cinq côtes ou à cinq coutures (pour les nervures de la feuille).
Préparation grand-mère:
- Graisser des feuilles de plantain avec de l'huile d'olive. (Normandie)
- Il est calmant et adoucissant.
- Appliquer sur les hémorroïdes.

 

 

 

 

Le gargarisme à la fleur de sureau.

Les inflorescences de sureau noir {Sambucus nigra), arbre de Judas, haut-bois, sue, seuillet, seur, sont de larges corymbes (genre d'inflorescences ombellifères), de petites fleurs blanches odorantes. Les populations préhistoriques recueillaient les baies pour en faire une boisson fermentée. La décoction de fleurs est émolliente et calmante.
Préparation grand-mère:
- Faire de la tisane de fleurs de sureau, puis la respirer en inhalation. On peut adoucir la tisane de miel. (Vercors)
- « Pour les chauds et froids, ça débouche le nez. Pour faire transpirer et tomber la fièvre. »

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Passiflore

Passiflore

Passiflora incarnata (passifloracées)
H 8-10 m grimpante mai-juill. vivace
Les missionnaires l'ont ainsi nommée, car sa fleur leur rappelait la passion du Christ : 3 clous, une couronne d'épines, un calice, 5 stigmates, une lance et des flagelles. L'infusion des parties aériennes est calmante et apaise lors d'états d'angoisse, de difficultés d'endormissement et de troubles nerveux La plante est une composante de préparations prêtes à l'emploi et de mélanges de thés.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Ballote noire

Ballote noire

Ballota nigra (labiées) H 30-100 cm juin-sept. vivace
L'odeur désagréable de cette plante semble repousser les éventuels cueilleurs. C'est peut-être la raison pour laquelle elle était si rarement administrée par grand-mère. On l'utilisait contre la toux spasmodique, comme calmant de l'hystérie, des crampes de l'estomac, des nausées, et en usage externe contre la goutte En homéopathie, où elle est appelée Ballota foetida, les dilutions de la ballote noire fraîche luttent contre les troubles du sommeil.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Corydale creuse

Corydale creuse

Corydalis cavo (fumariacées) H 10-35 cm mars-mai vivace
Son tubercule, qui contient différents alcaloïdes, est toxique. Autrefois, il servait par grand-mère comme anesthésique. Il aurait en outre servi de vermifuge et facilité la menstruation. Son effet calmant sur le système nerveux central est aujourd'hui prouvé et les préparations qui luttent contre l'agitation nerveuse et les troubles du sommeil contiennent des extraits du tubercule

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Réglisse, bois sucré

Réglisse, bois sucré

Glycyrrhiza glabra (papilionacées)
H 50-100 cm mai-sept. vivace
La racine du bois sucré produit la glycyrrhizine, substance de base pour la fabrication de la réglisse. Elle est utilisée par grand-mère comme expectorant et calme les catarrhes des muqueuses gastriques Une consommation excessive de réglisse est toutefois nocive, car la glycyrrhizine interagit au niveau du métabolisme hormonal.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Menthe poivrée

Menthe poivrée

Mentha x piperata (labiées) H 30-90 cm juin-sept. vivace
Hybride de la menthe aquatique et de la menthe verte, la menthe poivrée fait sa première apparition certaine dans les jardins anglais à la fin du XVIIème siècle. Stérile, elle ne se reproduit que par éclat de touffe. Le menthol, composant principal de l’huile essentielle, a des effets antispasmodiques et calmants sur la région gastro-intestinale. Que ce soit en tant que produit de consommation, médicament végétal, tisane ou en usage externe, la menthe poivrée est appréciée autant en médecine officielle qu'en remède grand-mère.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Monarde

Monarde

Monarda didyma (labiées)
H 50-90 cm juill.-sept. vivace
Cette jolie plante vivace est très connue comme plante horticole ornementale. En Amérique, d'où elle est originaire, elle sert de plante médicinale apéritive et calmante pour l’estomac. Ces effets sont dus aux huiles essentielles que contiennent ses feuilles et ses fleurs. La plante renfermant des tanins, elle était utilisée par grand-mère pour laver les plaies. Les fleurs comestibles permettent de garnir les salades d'été.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Thym commun

Thym commun

Thymus vulgaris (labiées)
H 10-30 cm avr.-juin arbrisseau
Le thym frais ou séché est un condiment méditerranéen apprécié que grand-mère ajoute aux mets gras en raison de ses propriétés digestives. L'huile essentielle de ses feuilles contient du thymol à l'origine de son parfum. Le Grec Hippocrate le mentionnait déjà comme plante médicinale et il est également cité dans les herbiers du XVIème siècle. Le thym aide à calmer la toux, les troubles digestifs et fait partie des collutoires. Ne pas l'utiliser longtemps à doses élevées !

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Oranger amer

Oranger amer

Otrus aurontium (rutacées)
H 4-5 m mars-mai arbre
Presque toutes les parties de l'orange amère sont utilisées en médecine : la peau, les fruits non mûrs, les fleurs et les feuilles ou leur huile, les fleurs donnent des tisanes aromatiques qui calmeraient et soulageraient la toux, la peau amère du fruit est apéritive et digestive. Les huiles sont employées en cosmétique et dans les boissons.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Jasmin à grandes fleurs

Jasmin à grandes fleurs

Jasminum grandiflorum (oléacées)
H 4-6 m juin-sept. sous-arbrisseau
L'huile essentielle parfumée isolée des boutons des fleurs est traitée principalement en parfumerie : 8 millions de fleurs fournissent 1L d'huile ! Dans son pays d'origine, grand-mère fait une tisane calmante avec ses fleurs et son huile soigne les peaux sèches. En Europe, l'huile est appréciée dans les salons de massage, car elle dénouerait les blocages et aurait un effet antidépresseur.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Parnassie des marais

Parnassie des marais

Parnassia palustris (parnassiacées)
H10-25 cm Juin-sept. vivace
Cette plante modeste était cueillie à la floraison, puis séchée. Elle contient des tanins et peut être d'autres principes actifs inconnus.Comme remède grand-mère, les personnes sujettes à l'angoisse la prenaient pour ralentir les battements du cœur, diminuer la nervosité et l'inquiétude. On relate aussi son application lors de crises d’épilepsie, et d'anciens herbiers la recommandent pour des affections hépatiques.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Impératoire

Impératoire

Peucedanum ostruthium (ombellifères) H 30-100 cm juin-août vivace
Le rhizome séché sent comme celui du céleri. Il contient de l’huile essentielle, des amers et des tanins. L'impératoire était autrefois administré pour soigner de nombreuses maladies, de la goutte et des rhumatismes à la bronchite. Ses amers stimulent en effet l'appétit et la digestion et ont un effet calmant. L'impératorine, composant principal du rhizome, entre dans la composition de certaines eaux-de-vie amères.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Grand boucage

Grand boucage

Pimpinella mojor(ombellifères)
H 40-100 cm Juin-sept. vivace
Les rhizomes du grand boucage renferment une huile essentielle et une série d'autres principes actifs. La tisane ou les préparations à base de boucage soignent les catarrhes des voies respiratoires supérieures. Les gargarismes calment les inflammations de la bouche et de la gorge. En médecine populaire, grand-mère lave les plaies cicatrisant mal avec son infusion, et on boit sa tisane en cas d'inflammations des voies urinaires.

 

 

 

 

Mélisse officinale

Melissa officinalis (labiées)
H 20-80 cm Juin-sept. vivace
Ses feuilles froissées dégagent l'odeur de l'huile essentielle. La mélisse entre dans la composition de médicaments, de mélanges de tisanes et de frictions. Elle aide lors de troubles cardiaques légers et de troubles nerveux gastro-intestinaux. Les parties vertes sont calmantes, antispasmodiques et somnifères ; elles chassent les douleurs des rhumatismes. L'eau de mélisse des Carmes contient d'autres composants.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Sauge sclarée

Sauge sclarée

Solvia sclarea (labiées)
H 30-120 cm mai-août bisannuelle
Les parties vertes de cette plante ne sont utilisées qu'en remède grand-mère. Elles favoriseraient la digestion, calmeraient les troubles de la menstruation et aideraient lors de maux de tête, de crampes et de troubles rénaux. En usage externe, on les utilise pour apaiser les plaies enflammées.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pensée sauvage

Pensée sauvage

Viola tricolor (violacées)
H 10-40 cm avr.-oct. annuelle à vivace
Dans un vieil herbier irlandais, on peut lire que la pensée sauvage calmerait les convulsions spasmodiques des enfants et apaiserait la fièvre et les inflammations. Elle n’est pas considérée par la médecine officielle, car elle ne contient pas de substances efficaces d'un point de vue pharmaceutique. Comme remède grand-mère, elle est reconnue comme bénéfique dans le traitement de l'acné, des impuretés cutanée et des pellicules. La tisane de pensée sauvage serait dépurative, fébrifuge et soulagerait les inflammations de la gorge. Les préparations homéopathiques sont administrées lors d eczémas.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Chêne

Chêne

Quercus spec. (fagacées)
H 30-50 m avr.-mai arbre
« Oak », la quintessence florale de Bach, transmettrait la puissance du chêne à l'utilisateur. L'écorce du chêne est appliquée en usage externe. Ses tanins sont hémostatiques, astringents et calment les démangeaisons liées aux maladies cutanées, aux plaies, aux hémorroïdes et aux inflammations de la bouche et de la gorge (gargarisme»).

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Laminaire palmée

Laminaire palmée

Laminaria digitata (phéophycées)
H jusqu’à 1,50m thalle
Autrefois, en chirurgie, on utilisait les tiges de la laminaire palmée pour élargir les canaux de la plaie, car cette algue gonfle dans l'eau. Aujourd'hui, on ne s'en sert plus que comme matière première. L'acide alginique est indigeste et constitue un épaississant qui gonfle énormément. Il adhère aux parois gastriques et calme les aigreurs. Il est en outre amincissant.

 

 

 

 

plante grand-mère soupes adoucissante

Les soupes adoucissantes

Préparation grand-mère:
Mettre des poireaux, des patates, quelques pousses d'orties récoltées au printemps, des pissenlits ou un groin d'âne (Hypochoreis radicata), des carottes, un peu de chou, quelques tomates (Lycopersicuni csculentuin) et, si possible, un petit morceau de courge ou de potiron (Cticurbita pepo) pour rendre la soupe douce. (Bresse)
- Assaisonner toutes les soupes à l'ail, ajouter des feuilles de bourrache (Borrago officinalis), de mauve (Malva sylvesiris) et de la laitue (Lactuca sativa). (Béarn)
- Adoucissante, calmante pour les intestins délicats

 

 

 

 

Le vinaigre en compresse

En pharmacie, le vinaigre servait de base pour dissoudre des substances destinées à l'usage externe. Le plus célèbre est « le vinaigre des quatre voleurs », nommé en pharmacie « vinaigre aromatique à l'ail », dans la tradition des remèdes incluant de nombreux composants comme la thériaque. Il comprenait de nombreuses plantes aromatiques et antiseptiques, calmantes comme l'ail, la sauge, la lavande, le romarin, la cannelle, etc.
Préparation grand-mère:
- Mettre du vinaigre de cidre sur un chiffon, ou un mouchoir plié. (Normandie)
- L'appliquer sur le front pour les migraines. Le conserver le plus longtemps possible.