picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

contusion

 

 

plante grand-mère tamier

A la racine de tamier

Le tamier (Tanins commuais), herbe à la femme battue, haut liseron, racine de feu, vigne sauvage, vigne noire est une plante « à souche tubéreuse et charnue, à tige volubile, grimpante, portant des feuilles alternes, ovales en cœur. Les fruits sont des baies charnues, subglobuleuses, rouges à maturité ». (E. Perrot et R. Paris)
Préparation grand-mère:
- Se frictionner avec un morceau de racine de tamier. On peut la broyer et l'appliquer en cataplasmes et porter une ceinture de flanelle. (Béarn, Normandie, Vercors)
- « Le fruit de cette plante dissout tout sang caillé, et efface cicatrices et contusions noires. » (R. Dodoens)
- Pour les douleurs, rhumatismes. Pour pouvoir bien marcher.

 

 

 

 

plante grand-mère bryone

A la racine de bryone

La bryone, couleuvrée blanche, couleuvrée noire, navet du diable, navet sauvage, rave de serpent est une plante herbacée vivace, grimpante grâce à des vrilles, purgative drastique.
Préparation grand-mère:
- Se frictionner avec un morceau de racine de bryone, le faire deux fois et arrêter. (Normandie, Vercors)
- « Pilée et démêlée avec du vin, elle résout le sang figé, efface toute cicatrice et contusions noires. » (R. Dodoens) En homéopathie, Bryonia alba soulage arthrite, asthme, céphalées, sciatique, vertiges. « Remède de cheval, on prend des cloques, mais après on n'a plus mal. » - Pour les douleurs, les rhumatismes.

 

 

 

 

plante grand-mère sauge

L'huile de sauge

Les fleurs de la sauge officinale (Salvia officinalis), herbe sacrée, grande sauge, sauge commune, thé de la Grèce, thé d'Europe sont « d'un bleu violacé, quelquefois blanches ou rosées. La sauge est dotée de propriétés toniques, stomachiques et surtout antisudorales.
Préparation grand-mère:
- Mettre à tremper des feuilles de sauge dans de l'huile d'olive, maintenir au frais. (Lorraine)
- Elle posséderait aussi des propriétés emménagogues. En usage externe, c'est un vulnéraire (cicatrisation des plaies et guérison des contusions) ». (E. Perrot et R. Paris)
« La sauge sauve. » (Provence)
- Pour les problèmes veineux, appliquer sur les varices douloureuses.

 

 

 

 

plante grand-mère ail

Le lait d'ail

Préparation grand-mère:
Faire bouillir une gousse d'ail dans du lait, en boire une tasse juste avant de se coucher. - La recherche pharmaceutique moderne justifie les usages traditionnels de l'ail, il est capable de faire diminuer le pourcentage de cholestérol dans le sang, son essence développe une réelle activité vermifuge. « Pour un petit qui a des vers, faire bouillir de l'ail dans de l'eau, lui faire boire moitié eau, moitié lait. » (Normandie)
- « Appliqué en même sorte, il efface et guérit meurtrissures & contusions noires. » (R. Dodoens)
- Pour la tension, « ne pas trop en prendre, ça appauvrit le sang ».

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pomme de terre

Pomme de terre

Solanum tuberosum (solanacées)
H 40-80 cm juin-août vivace
Les parties aériennes de la pomme de terre renferment, comme toutes les solanacées, des alcaloïdes toxiques. Le tubercule est riche en amidon et utilisé dans l'industrie pharmaceutique comme substance porteuse.Grand-mère exploitait le fait que les pommes de terre écrasées retiennent la chaleur. On en posait des cataplasmes sur les plaies, les contusions ou les articulations rhumatismales.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pâquerette

Pâquerette

Bellis perennis (composées)
H 5-15 cm janv.-nov. vivace
La pâquerette insignifiante est mentionnée dans tous les herbiers Importants, où elle est décrite comme « excellente » pour toutes sortes de maladies. Aujourd'hui, elle joue exclusivement un rôle en homéopathie pour soigner les contusions et les maladies cutanées. En médecine populaire, Grand-mère utilise volontiers les feuilles fraîches en salade printanière. Les amers les flavonoïdes et l'huile essentielle de la pâquerette stimulent le métabolisme L'usage externe en présence de pus, de furoncles et de maladies cutanées est également indiqué.

 

 

 

 

Remede grand-mère avec Marronnier d'Inde

Marronnier d'inde

Aesculus hippocastanum (hippocastanacées)
H jusqu'à 20 m mai-juin arbre
Si la médecine officielle n’utilise que les graines contenant de l'esculoside, une saponine, Grand-mère fait usage des feuilles, des fleurs et de I’écorce. L'esculoside fait partie de préparations pour faiblesse veineuse, œdèmes, varices et hémorroïdes. Il existe, en outre, des frictions et des bains recommandés en cas de contusions et de mauvaise irrigation sanguine. Grand-mère emploie les feuilles contre les rhumatismes, les thromboses, l'inflammation veineuse et les hémorroïdes.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Succise des prés

Succise des prés

Succisa protensis (dipsacacées)
H 15-80 cm juill.-oct. vivace
Sa racine ayant l'air d'avoir été grignotée- on y voyait autrefois l'œuvre du diable- est utilisée uniquement en homéopathie et remède grand-mère Elle était connue comme remède maison béchique lors d’enrouements, pour fluidifier les muqueuses, comme dépuratif et même comme vermifuge. Les cataplasmes soigneraient les ulcères et les contusions.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Arnica

Arnica

Arnica montana (compsées)
H 20-50 cm mai-août vivace
Les guérisseurs de l'Antiquité ne connaissaient pas l’arnica. Il gagna ses lettres de noblesse au haut Moyen Age et s'affirma ensuite rapidement. Goethe reçut de la teinture d'arnica sur son lit de mort. En usage externe, ses fleurs séchées aident en cas de contusions, d'hémorragies, de rhumatismes et de douleurs articulaires ; en gargarisme, lors d'inflammations de la bouche et de la gorge. Autrefois, l'arnica était utilisée en usage interne pour soigner le cœur et la circulation sanguine, mais est aujourd'hui déconseillé.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Souci des jardins

Souci des jardins

Calendula officinalis (composées)
H 20-50 cm mai-oct. Annuelle à bisannuelle
L'origine du souci des jardins reste incertaine. Sainte Hildegarde de Bingen l'appelle Ringula et lui attribue de « grandes forces », entre autres, contre les empoisonnements. Ses fleurs renferment des substances anti-inflammatoires et favorisent la cicatrisation. La pommade de souci est appliquée sur les lésions, les meurtrissures, les contusions, les ulcères et les inflammations cutanées. On utilise sa tisane pour faine des gargarismes. Le souci était en outre utilisé comme philtre d'amour, contre le cancer, les vers et la syphilis.