picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

digestif

 

 

plante grand-mère fleur de oranger

L'eau sucrée à la fleur d'oranger

L'oranger à fruits doux (Cilrus aurantiiim L ), de l'ancien français pommier d'orenge, d'orange, pomme d'orange sert à la production des agrumes (E. Rolland)
Préparation grand-mère:
- Mettre dans un verre d'eau sucrée
I cuillère à café d'eau de fleur d'oranger.
II existe deux sortes d'orangers : l'oranger à fruits doux et l'oranger amer.
- Les fleurs de l'oranger amer ou bigaradier (Citrus aurantium L. var. amara) sont distillées pour obtenir l'essence destinée à la parfumerie et à l'eau de fleur d'oranger sédative. Les feuilles sont prises en infusion. Leurs vertus sont digestives et antispasmodiques. (E. Perrot et R. Paris)
- Le soir pour s'endormir, pour calmer les bébés, mettre quelques gouttes dans le biberon.

 

 

 

 

La liqueur de chartreuse

La tanaisie-chartreuse (Tanacetum balsamita), menthe-balsamite, menthe Notre-Dame, verveine, vinaigrier est une espèce très ancienne échappée des jardins des simples des abbayes du Moyen Age. Son odeur et sa saveur sont proches de celles des menthes. Elle a les qualités voisines des tanaisies : emménagogues, vermifuges et insecticides.
Préparation grand-mère:
- Mettre à tremper 2 à 3 semaines dans un bocal en verre une poignée de feuilles de chartreuse, recouvrir d'eau-de-vie, laisser macérer, filtrer et, après avoir sucré, faire un sirop. (Hautes-Alpes, Bresse, Normandie)
- « C'est très médicinal et très bon pour digérer. »

 

 

 

 

plante grand-mère arquebuse

La liqueur d'arquebuse

« La tanaisie (Tanacetum vulgare). arquebuse, barbotine, herbe aux vers, herbe amère, sent-bon est, à faible dose, tonique, digestive, excitante, diurétique, vermifuge, emménagogue, fébrifuge, antiseptique, mais à forte dose, elle devient "convulsivante" et
Les boissons
toxique. C'est un bon insecticide. » Préparation grand-mère:
- Mettre à tremper des fleurs et des feuilles de tanaisie dans l'eau-de-vie et sucrer, faire un sirop. (Bresse, Morvan)
- En homéopathie, on choisira Tanacetum vulgare pour l'helminthiase (vers), la dysménorrhée (règles retardées ou supprimées), les troubles nerveux qui apparaissent brusquement. « En prendre chaque fois qu'on ne digère pas bien. »
- Pour les maux de ventre, les coliques et la diarrhée.

 

 

 

 

La liqueur de pêche

- « Le fruit : pérséc, presse, perche, parchëdza, pérchédzo. » (E. Rolland) « Belle fleur de pêcher, terme de tendresse adressé à une jolie femme. » (Théâtre italien)
On dit d'un siège, d'un lit dur « qu'il est rembourré en noyaux de pêche ».
« Fleur de pêcher est une nuance au-dessous du gris. »
Préparation grand-mère:
- Mettre à macérer 40 feuilles de pêcher dans un mélange composé d'un verre d'eau-de-vie et de 1 litre de vin blanc, accompagné de quelques noyaux de pêche, laisser macérer 40 jours. (Morvan)
- Pour la digestion.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Bois gentil

Bois gentil

Daphne mezereum (daphnés ou thyméléacées) H 40-120 cm févr.-mai sous-arbrisseau
Le bras gentil est une plante vénéneuse qu’il ne faut en aucun cas cueillir. Autrefois, les guérisseurs utilisaient les baies et l’extrait d’écorce comme purgatif, mais également contre les pustules, les rhumatismes et la goutte, voire contre la coqueluche. Aujourd’hui, l’écorce fraîche des rameaux est administrée comme remède homéopathique pour les affections cutanées, les troubles digestifs et les rhumatismes.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Petite centaurée

Petite centaurée

Centaurium erythraea (gentianacées) H 10-50 cm juin-sept. annuelle
La jolie petite centaurée se distingue par une teneur élevée en amers que l'on retrouve dans toutes les préparations. L'infusion stimule la salivation et les sécrétions gastriques ; elle soulage les troubles digestifs et les lourdeurs d'estomac. Grand-mère la buvait pour éliminer les vers intestinaux, lors de chlorose et d'anémie. Dans la thérapie des quintessences florales de Bach, « centaury » renforce la conscience de soi.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pulsatille des prés

Pulsatille des prés

Pulsatilla pratensis ssp. pratensis (renonculacées)
H 20-70 cm avr.-mai vivace
Seule la plante fraîche est toxique. Ses parties aériennes sont aujourd'hui encore administrées en homéopathie dans un spectre relativement large de troubles. En médecine populaire, Grand-mère traitait les crampes de la région génitale, les migraines, les dermatites et, avec la plante séchée, les troubles digestifs et les maladies oculaires.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Oseille sauvage

Oseille sauvage

Rumex acetosa (polygonacées)
H 30-100 cm mai-juill. vivace
La médecine officielle n'administre pas l'oseille sauvage. En homéopathie et en médecine populaire la plante fraîche est depuis toujours considérée par grand-mère comme remède contre les troubles digestifs et les maladies infectieuses Les cures de printemps dépuratives avec de la salade de feuilles fraîches étaient très appréciées. La teneur en acide oxalique de ces dernières interdit toutefois d'en consommer trop.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Menthe pouliot

Menthe pouliot

Mentha pulegium (labiées)
H 10-50 cm juin-oct. vivace
A la différence de la menthe poivrée, l'huile essentielle de cette menthe apparentée contient de la pugélone toxique. Chez grand-mère, la plante entrait dans le traitement des troubles digestifs, des affections hépatiques et vésiculaires et des douleurs menstruelles. Elle était utilisée à forte dose comme abortif, provoquant fréquemment la mort.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Herbe-aux-chats

Herbe-aux-chats

Nepeta cataria (labiées)
H 40-100 cm juin-sept. vivace
Bien que semblable à la valériane, ce sont d'autres principes actifs qui attirent ici les chats. Ses feuilles contiennent une huile essentielle et des amers. Seule grand-mère s'en servait et l'administrait contre les troubles digestifs et lors de refroidissements en tant que diaphorétique et fébrifuge. Un herbier irlandais du XVIIIème siècle la recommande dans le traitement des contusions internes et de l'asthme.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Basilic commun

Basilic commun

Ocimum basilicum (labiées) H 20-50 juin-sept annuelle
Le basilic n'est plus guère connu que comme épice stimulant la digestion. Celte utilisation restreinte est certainement due au fait qu'il s'est avéré qu'un composant de l'huile essentielle endommageait les cellules. En Inde, le basilic est considéré comme une plante sacrée, les Égyptiens et les Grecs le connaissaient également, et les Romains l'utilisaient comme plante aromatique et médicinale contre les troubles digestifs et les empoisonnements. Ne pas l'administrer en tant que plante médicinale à la femme enceinte et aux enfants en bas âge ; aucun risque ne subsiste comme condiment.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Orchis bouffon

Orchis bouffon

Orchis morio (orchidacées)
H 1O-40 cm avr.-juin vivace
Le tubercule de cette espèce et d'autres espèces était autrefois connu sous le nom de salep. Il contient du mucilage et de l'amidon. Ceux-ci soulageaient la toux, les catarrhes de la bouche et de la gorge, les aigreurs et les troubles digestifs. On les donnait aux enfants, principalement comme antidiarrhéique En remède grand-mère, le tubercule, qui ressemble à un testicule était considéré comme aphrodisiaque.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Marjolaine

Marjolaine

Origanum majorana (labiées)
H 20-60 cm juill.-sept. annuelle à bisannuelle
Dans l'Antiquité, cette herbe consacrée à Aphrodite servait d’aphrodisiaque. On l'ajoutait alors au vin ; aujourd'hui, elle aromatise surtout la charcuterie en tant que plante médicinale, elle est apéritive, digestive et carminative. Alors que son utilisation comme remède grand-mère et comme condiment ne comporte aucun risque, des doutes subsistent quant à son efficacité comme plante médicinale Une pommade longtemps recommandée contre le rhume des enfants est à présent déconseillée.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Origan

Origan

Origanum vulgare ssp. vulgaris (labiées)
H 20-60 cm juill.-sept. vivace
Les parties vertes de l'origan contiennent une huile essentielle, des tanins et des flavonoïdes. Les parties aériennes séchées étaient ainsi administrées en remède grand-mère lors de troubles digestifs, d'affections des voies respiratoires, comme gargarisme et pour stimuler l'appétit.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Sarriette des jardins

Sarriette des jardins

Satureja hortensis (labiées)
H 10-25cm juill.-oct. annuelle
Si nous utilisons aujourd'hui la sarriette des jardins principalement comme condiment, les Romains en mangeaient les parties vertes comme légume. Depuis le IXème siècle, la sarriette des jardins cultivée dans les jardins des monastères au nord des Alpes. Elle favorise la digestion et stimule l'appétit.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Germandrée petit chêne

Germandrée petit chêne

Teucrium chamaedrys (labiées)
H 15-30 cm mai-sept. arbuste nain
La plante en fleurs séchée contient entre autres des huiles essentielles et des glucosides. Pour grand-mère, elle a longtemps servi de remède apéritif et digestif. Elle soulageait les troubles gastro-intestinaux et était censée lutter contre la goutte. Aujourd'hui, la médecine officielle déconseille l'utilisation de cette plante qui provoque des lésions au foie.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Thym commun

Thym commun

Thymus vulgaris (labiées)
H 10-30 cm avr.-juin arbrisseau
Le thym frais ou séché est un condiment méditerranéen apprécié que grand-mère ajoute aux mets gras en raison de ses propriétés digestives. L'huile essentielle de ses feuilles contient du thymol à l'origine de son parfum. Le Grec Hippocrate le mentionnait déjà comme plante médicinale et il est également cité dans les herbiers du XVIème siècle. Le thym aide à calmer la toux, les troubles digestifs et fait partie des collutoires. Ne pas l'utiliser longtemps à doses élevées !

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Raifort

Raifort

Armoracia rusticana (crucifères)
H 60-120 cm mai-juill. vivace
Le goût piquant de la racine du raifort est dû aux essences de moutarde. Le raifort est diurétique, digestif et favorise l'irrigation sanguine La racine fait partie intégrante des médicaments en cas de grippe et lors d'infections des voies urinaires. Grand-mère propose de nombreuses applications externes pour rhumatismes, plaies, piqûres d'insectes et maux de tête. Ne pas utiliser en cas d'ulcères gastro¬-intestinaux et affections rénales.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Cranson officinal

Cranson officinal

Cochlearia officinalis (crucifères)
H 20-50 cm avr.-août bisannuelle à vivace
Grâce à sa teneur élevée en vitamine C, cette plante était appréciée des marins car elle constituait un bon remède contre le scorbut En médecine populaire grand-mère la considérait comme digestive et diurétique on la consommait en cas de manque d'appétit, de goutte, de rhumatismes et de troubles de l'estomac. Les feuilles écrasée servaient, en outre de cataplasme sur les abcès

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Cresson de fontaine

Cresson de fontaine

Hosturtium officinale (crucifères)
H 20-80 cm mai-oct. vivace
Los feuilles de cette herbe contiennent des essences de moutarde, de la vitamine C et des minéraux. Pour grand-mère, les feuilles fraîches sont très appréciées en salade ou en cure de printemps. Autrefois, on les employait également contre le scorbut. Le cresson de fontaine est apéritif et digestif, diurétique et antibiotique.
Il est régulièrement mentionné dans les herbiers du Moyen Age.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Cerfeuil cultivé

Cerfeuil cultivé

Anthriscus cerefolium ssp. cerefolium (ombellifères)
H 30-70 cm mai-août annuelle
La plante fraîche contient des flavonoïdes et une huile essentielle (estragol). Grand-mère la consommait en soupe, crue ou en jus pressé comme cure de printemps. Le cerfeuil est digestif et diurétique On appliquait par ailleurs son jus sur les eczémas et les plaies. Les Égyptiens appréciaient tant cette plante qu'ils déposèrent un petit panier de ses graines dans la tombe de Toutankhamon.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Céleri

Céleri

Apium graveolens (ombellifères)
H 30-100 cm avr.-oct. bisannuelle
En cuisine, on emploie son tubercule et ses tiges foliaires, mais son plus important potentiel curatif se trouve dans ses graines, qui contiennent une huile essentielle complexe. Son infusion est diurétique, apéritive et digestive, mais ne stimule pas le désir sexuel comme on le supposait autrefois grand-mère. Le jus des tubercules bouilli avec du sucre servait d'antitussif. Ne pas utiliser en cas d'inflammation rénale.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Paprika, piment

Paprika, piment

Capsicum onnuum (solanacées)
H 20-30 cm juin-sept. annuelle è bisannuelle
Outre la vitamine C, les fruits du paprika contiennent différents constituants piquants. Le jus pressé provoque de fortes rougeurs sur la peau. Compresses, teintures et cataplasmes favorisent l'irrigation sanguine et la guérison des rhumatismes et des tensions musculaires. Le condiment en poudre stimule la sécrétion salivaire et la digestion.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Cumin des prés

Cumin des prés

Carum carvi (ombelliféres)
H 10-80 cm mai-juill. bisamuelle
Les huiles essentielles de ses fruits donnent son goût caractéristique à ce condiment, traditionnellement apprécié avec les mets à base de chou, le cumin est digestif, antispasmodique et carminatif. La tisane de cumin calme les troubles légers de la région gastro-intestinale. Selon Grand-mère, il faciliterait le flux du lait maternel

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Coriandre cultivée

Coriandre cultivée

Coriandrum sativum (ombellifères)
H 20-60 cm juin-août annuelle
Les parties vertes fraîches de la coriandre sont très appréciées dans la cuisine thaïlandaise. Les graines font partie du curry et du mélange d'épices pour pain d’épices. Elles contiennent des huiles essentielles (jusqu'à 75 % de linalol) et d'autres substances dont les parts varient. La coriandre est digestive, car elle stimule la salivation et la sécrétion de suc gastrique. Elle est carminative, soulage les lourdeurs et les crampes légères de l'estomac et des intestins De nombreux mélanges de tisanes contiennent les parties vertes séchées pour donner du goût.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Cumin de Malte

Cumin de malte

Cuminum cyminum (ombellifèrcs)
H 20-30 cm juin-juill. annuelle
Le cumin de Malte est une très ancienne plante médicinale et aromatique déjà recommandée en Egypte en cas de troubles du système digestif, de toux et de maux de dents. Comme remède grand-mère son utilisation était sensiblement la même. Dans son habitat d'origine, les fruits servaient à stimuler les règles et, à forte dose comme abortif.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Benoîte des ruisseaux

Benoîte des ruisseaux

Geum rivale (rosacée)
H 30-70 cm avr.-sept. Vivace
Sa racine renferme des tanins et une huile essentielle. Lors du séchage, elle libère de l’eugénol, contenu également dans les clous de girofle. Pour grand-mère, elle soigne les diarrhées, les troubles digestifs, le manque d’appétit et entre dans la composition de gargarisme et de bains de bouche, en cas de toux et d’affection de la bouche et de la gorge.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pommier

Pommier

Mallus domestica (rosacées)
H pouvant atteindre 10 m avr.-mai arbre
En Angleterre, on dit à juste titre : « Avec une pomme par jour, on fait l'économie du médecin. » Une pomme fraîchement râpée est un remède doux contre la diarrhée, sa teneur élevée en pectine régularise en effet les selles. Les pommes consommées avec leur peau stimulent la digestion, abaissent la tension artérielle et le niveau du cholestérol, et désintoxiquent le corps.

 

 

 

 

Remede grand-mère avec Trèfle d'eau

Trèfle d'eau

Menyanthes trifoliata (ményanthacées)
H 15-100 cm avr.-juill. vivace
Les feuilles de la plante en fleurs étaient considérées comme fébrifuges. La médecine moderne ne confirme cependant pas cet effet. Les feuilles renferment différents glucosides amers et des alcaloïdes. Elles stimulent la fabrication de suc gastrique et favorisent la digestion. Grand-mère emploie les racines dans le cas de troubles gastriques, de ballonnement de rhumatismes et d'affections cutanées. Ne pas utiliser en présence d'ulcères gastriques et intestinaux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Fenouil des Alpes

Fenouil des alpes

Meum athamonticum (ombellifères)
H 15-45 cm mai-juill. vivace
Le fenouil des Alpes est une plante de montagne typique, très apprécié par grand-mère. La préparation la plus connue est l’eau-de-vie qui tonifie l’estomac. La décoction de la racine calme également les troubles digestifs et sert de remède apéritif. Elle aiderait également en cas de troubles de la menstruation.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Cerfeuil musqué

Cerfeuil musqué

Myrrhis odorata (ombellifères)
H 60-120 cm mai-juill. vivace
Cette plante sent l'anis. Ses feuilles renferment de l'anéthol et sont utilisées comme remède grand-mère. Elles fluidifient les muqueuses, sont digestives et carminatives. On les utilise naturellement comme condiment et la racine, macérée dans de l’eau-de-vie, tonifierait l'estomac

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Nigelle cultivée

Nigelle cultivée

Nigella sativa (renonculacées)
H 20-40 cm juin-sept. annuelle
La nigelle cultivée était autant appréciée en Égypte comme condiment pour pâtisseries que sous Charlemagne qui ordonnait sa plantation dans tous les jardins de ses châteaux. Ses graines noires renferment une huile précieuse, mais il n'est pas sûr qu'elle ait des effets thérapeutiques Pour grand-mère, la nigelle cultivée est administrée contre les flatulences, en cas de troubles digestifs et de maladies hépatiques.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Impératoire

Impératoire

Peucedanum ostruthium (ombellifères) H 30-100 cm juin-août vivace
Le rhizome séché sent comme celui du céleri. Il contient de l’huile essentielle, des amers et des tanins. L'impératoire était autrefois administré pour soigner de nombreuses maladies, de la goutte et des rhumatismes à la bronchite. Ses amers stimulent en effet l'appétit et la digestion et ont un effet calmant. L'impératorine, composant principal du rhizome, entre dans la composition de certaines eaux-de-vie amères.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Achillèe millefeuille

Achillèe millefeuille

Allium millefolium (composées)
H 20-120 cm juin-oct. vivace
Achille, qui aurait guéri ses blessures avec cette plante, lui a donné son nom. Les pousses fleuries séchées renferment un cocktail de plus de 100 principes actifs. La drogue stimule l'appétit et la digestion, entrave les inflammations et calme les crampes de l'appareil digestif. En usage externe, l’achillée soigne les inflammations de la peau et des muqueuses. Chez les personnes sensibles, la plante peut provoquer des eczémas avec prurit.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Oignon

Oignon

Allium cepo (liliacécs)
H 60-120 cm juin-août vivace
Les oignons font partie des plantes utiles et médicinales les plus anciennes. Ils renferment des composés sulfurés organiques et sont considérés comme remède prophylactique hypotenseur et abaissant le taux de lipides dans le sang. Ils sont apéritifs et digestifs, leur jus bouilli avec du sucre constitue un remède classique contre les refroidissements. Leur jus frais est antibactérien, et soulage les piqûres d'insectes.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Ail cultivé

Ail cultivé

Allium sativa (liliacées)
H 20-70 cm juin-août vivace
Les enquêtes montrent que les personnes très âgées sont souvent des mangeuses d'ail. Si les comprimés à l'ail ne peuvent malheureusement pas garantir une longue vie, manger de l'ail régulièrement œuvre certainement pour le maintien en forme. Il est désinfectant et digestif ; il abaisse le taux de lipides dans le sang et prévient l'artériosclérose. Grand-mère applique les gousses d'ail également en usage externe contre les verrues, les callosités et les dartres.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Camomille romaini

Camomille romaini

Chamaemelum nobile (composées)
H 10-50 cm juin-oct. vivace
En Europe de l'Ouest et du Sud, cette espèce est nettement plus connue que la camomille allemande. Son utilisation est très similaire, car elle arrête les catarrhes et les crampes. Une infusion de capitules séchés est employée contre les problèmes digestifs, les ballonnements, les troubles de la menstruation, comme sédatif et pour laver les plaies.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Verveine odorante

Verveine odorante

Aloysia triphylla (verbénacées) H 1-2,5 m août-sept. arbrisseau
Ses feuilles séchées renferment des huiles essentielles, des mucilages, et d'autres substances. Elles servent d'infusion pour les troubles digestifs, du sommeil et la nervosité, principalement en France. L'huile pure est également employée en parfumerie. En raison de leur goût rafraîchissant, on ajoute les feuilles à celles d’autres mélanges de tisanes.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Menthe verte

Menthe verte

Mentha spicata ssp. crispa (labiées)
H 30-100 cm juill.-oct. vivace
Ses feuilles renferment une huile essentielle de structure complexe, à laquelle la plante doit son odeur typique et ses effets médicinaux. Une grande partie de cette huile est utilisée pour la fabrication de dentifrices, de bains de bouche et de chewing-gums. Ses feuilles sont apéritives, digestives et carminatives. Lors de refroidissements, on inhale l'odeur de l'huile.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Véronique officinale

Véronique officinale

Veronico officinalis (scrofulariacées)
H10-30 cm moi-août vivace
L'utilisation de la véronique officinale a connu son apogée au Moyen Âge. Les parties vertes sont uniquement utilisées comme remède grand-mère en cas de refroidissements, de troubles digestifs et de rhumatismes. L'infusion de véronique est par ailleurs diurétique et soulagerait les bouffées de chaleur de la ménopause, en gargarismes, elle calmerait les inflammations de la bouche et de la gorge. L'homéopathie administre les dilutions lors d'eczémas et de catarrhes des bronches.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Bleuet des champs

Bleuet des champs

Centaurea cyanus (composées)
H 30-60 cm Juin-ocl. annuelle
Aujourd'hui, les ravissantes fleurs bleu profond de la centaurée, donnent une note particulière à d'autres tisanes. Lorsque les champs de céréales n'étaient pas encore infestés d’engrais et de pesticides. On utilisait cette plante répandue comme remède maison contre le manque d'appétit, les pellicules, en cas de troubles digestifs et pour fluidifier les muqueuses.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Chicorée sauvage

Chicorée sauvage

Cichorium intybus (composées)
H 30-150 cm juill.-oct. vivace
La période de gloire du café à la chicorée, fabriqué à partir de ses racines torréfiées, est certainement révolue. Ce café servait autrefois d'ersatz, sans caféine au café en grains coûteux. Sa racine conserve ses vertus apéritives, diurétiques et digestives. Dans la thérapie des quintessences florales de Bach. « Chicory » aiderait les parents à laisser partir leurs enfants.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Artichaut

Artichaut

Cynara cardunculus (composées)
H 50-150 cm avr.-août bisannuelle
Alors que ses bractées et son réceptacle fournissent le légume bien connu, le remède est obtenu à partir des feuilles basales de la plante pas encore en fleurs. Il est administré sous la forme d'extraits comme digestif, et surtout pour protéger le foie. Un remède méditerranéen recommande le jus d’artichaut dans du vin comme tonique hépatique.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Dracocéphale de Moldavie

Dracocéphale de moldavie

Dracocephalum moldavicum (labiées)
H 30-70 cm juill.-août annuelle
Le dracocéphale étant arrive en Europe au XVIème siècle, ni les auteurs d'herbiers de l'Antiquité ni ceux du Moyen Âge ne le connaissaient. Ses parties aériennes séchées servent aussi bien de condiment que comme plante médicinale. Elles sont digestives, sédatives et antispasmodiques.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec  Grande lavande

Grande lavande

Lovandula latifolia (labiées)
H 50-100 cm juin-sept arbuste
C'est avant tout l'huile obtenue de ses fleurs qui est curative. Elle fait partie de préparations prêtes à l’emploi contre les catarrhes des voies respiratoires et de remèdes pour frictions contre les rhumatismes. L'abbé Kneipp recommande de déposer quelques gouttes d'huile de lavande sur un sucre pour faciliter la digestion

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Grassette commune

Grassette commune

Pinguicula vulgaris (lentibulariacées)
H 5-15 cm mai-juill. vivace
La grassette commune attrape et digère des insectes afin d'augmenter son niveau d'azote. Ses feuilles sont rarement utilisées comme remède grand-mère, sauf contre les toux persistantes et les refroidissements. Ses composants, tels que les enzymes digestives de ses feuilles, ne justifient toutefois pas cette utilisation. Il est possible que l'on ait transféré la vertu curative de la drosère sur la grassette.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Polygala amer

Polygala amer

Polygala amara (polygalacées)
H 5-15 cm mai-août vivace
Dans I’herbier moyenâgeux de Lonicerus, le polygala amer est recommandé pour augmenter la production de lait des vaches C'est ainsi qu'il fut ajoute aux fourrages du bétail. La plante était, en outre, administrée contre la toux, comme digestif, lors d'affections cutanées et de plaies.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Romarin

Romarin

Rosmarinus officinalis (labiées)
H 50-100 cm janv.-déc. sous-arbrisseau
On pourrait écrire un livre entier sur les domaines d'application du romarin L'huile essentielle favoriserait l'irrigation sanguine lors de rhumatismes et de névralgies, stimulerait la digestion et soulagerait les crampes et les ballonnements. Autrefois. on ajoutait le romarin comme porte-bonheur au bouquet de la mariée.
Ne pas utiliser pendant la grossesse.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Sauge sclarée

Sauge sclarée

Solvia sclarea (labiées)
H 30-120 cm mai-août bisannuelle
Les parties vertes de cette plante ne sont utilisées qu'en remède grand-mère. Elles favoriseraient la digestion, calmeraient les troubles de la menstruation et aideraient lors de maux de tête, de crampes et de troubles rénaux. En usage externe, on les utilise pour apaiser les plaies enflammées.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Moutarde noire

Moutarde noire

Brassica nigra (crucifères)
H 50-100 cm juin-sept. annuelle
Les graines, plutôt marron foncé que noires, fournissent la substance de base de la moutarde Celle-ci est antibactérienne apéritive, digestive et favorise l’irrigation sanguine. Grand-mère en applique des cataplasmes contre les rhumatismes et les douleurs névralgiques Le traitement ne doit pas être suivi trop longtemps, car la peau peut être irritée.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Tanaisie

Tanaisie

Tanacetum vulgare (composée)
H 60-120 cm juill.-sept. vivace
Sainte Hildegarde de Bingen recommande l'utilisation de ses parties vertes contre les vers intestinaux - cette application s'est longtemps maintenue en remède grand-mère. L'automédication est fortement déconseillée en raison de la toxicité de la drogue. Les fleurs étaient également utilisées en cas de crampes gastriques, troubles digestifs et menstruels.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pissenlit

Pissenlit

Taraxacum sect. Rederale (composée)
H 55-40 cm mars-oct. Vivace
Le pissenlit était autrefois très apprécié sous la forme de cure de printemps. Son jus et les salades de ses feuilles contiennent beaucoup de potassium et d'amers, stimulant l'appétit et la digestion. En médecine populaire, grand-mère s'en sert comme remède diurétique et est recommandé en cas de troubles hépatiques et biliaires. L'homéopathie en fait un usage similaire. Ne pas utiliser en présence de calculs biliaires.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Acore vrai

Acore vrai

Acarus calamus (aracées)
H 60-120 cm juin-juill. vivace
L’acore vrai fait partie des plus anciennes plantes médicinales connues. Il est arrivé en Europe au XVIème siècle. Son rhizome renferme principalement des amers et une huile essentielle. On l'utilise pour fabriquer des eaux-de-vie amères apéritives et digestives. Comme remède grand-mère, son usage externe constitue un remède contre les rhumatismes et favorise la circulation sanguine. Ne pas utiliser pendant la grossesse et en cas d'ulcères gastro-intestinaux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Figuier commun

Figuier commun

Ficus carica (moracées)
H 2-10 m juin-sept. arbrisseau
Ce n'est pas un hasard si Adam et Eve cachaient symboliquement leur nudité avec des feuilles de figuier. Les Assyriens connaissaient en effet déjà cet arbrisseau comme plante cultivée. Dans le monde arabe, les figues seules ou en décoction dans du lait avec du safran, des amandes, des pistaches et d'autres Ingrédients sont considérées comme aphrodisiaques. Fraîches, elles constituent un laxatif doux et un remède maison contre les hémorroïdes, les calculs rénaux et vésicaux. Ses feuilles sont administrées en cas de blessures, de troubles digestifs et de vers.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Orme

Orme

Ulmus minor (ulmacées)
H jusqu’à 40m mars-avr. arbre
En médecine populaire française, l'orme était très apprécié comme remède grand-mère contre les maladies cutanées chroniques. L'écorce des jeunes rameaux contient des tanins utilisés en cas de diarrhées, de troubles digestifs, pour les drainages et en cas d'inflammations de la bouche et de la gorge. La quintessence florale de Bach « Elm » donnerait confiance en soi et de l'assurance.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Houblon grimpant

Houblon grimpant

Humulus lupulus (cannnabinacées)
H 2-4 m juill.-sept. vivace
On cultive exclusivement les plantes femelles non fécondées, car elles sont les seules à déposer dans les cônes les amers recherchés pour l'aromatisation de la bière. En phytothérapie, le houblon est appliqué comme sédatif et hypnotique. En médecine populaire, l’infusion amère est utilisée par grand-mère comme apéritive et digestive. Depuis le Moyen Âge, on sait que le houblon réduit l'excitation sexuelle. Attention au risque d'irritation au contact avec la peau !

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Fougère mâle

Fougère mâle

Dryopteris filix-mas (polypodiacées)
H 30-120 cm vivace
Les guérisseurs de l'Antiquité savaient déjà que son rhizome paralysait les vers intestinaux, qui pouvaient ainsi être éliminés des intestins avec un laxatif. Cette utilisation a eu cours jusqu'à l'époque de Frédéric le Grand. Elle était pourtant problématique, car certains patients perdaient la vue, d'autres mouraient suite à un surdosage. En homéopathie, on administre le rhizome en cas de troubles visuels. La médecine anthroposophique le prescrit pour soulager les troubles digestifs.

 

 

 

 

Remede grand-mère avec Mousse d'Islande

Mousse d'islande

Cetraria islandica (parméliacées)
H 10 cm thalle
A proprement parler, cette mousse est un lichen dont les effets curatifs ont été découverts d'abord par les Islandais. Elle renferme des mucilages et des acides de lichen. Les premiers soulagent les douleurs lors d'une toux spasmodique et irritante, les seconds ont un effet antibiotique. Grand-mère reommande, la tisane de mousse pour faciliter la digestion.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Laurier noble

Laurier noble

Laurus nobilis (lauracées)
H 2-20 m mars-avr. arbrisseau
Dans l'Antiquité, le laurier était voué aux dieux de l'art de guérir, Apollon et Esculape. Sa bonne réputation alla bien au-delà du Moyen Age. Aujourd'hui, les feuilles sont utilisées comme condiment digestif et l'huile dans l’industrie cosmétique. En médecine populaire, le laurier était employé par grand-mère pour guérir les rhumatismes et les troubles gastriques.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Aneth

Aneth

Anethum graveolens (ombellifères)
H 40-120 cm juill.-août annuelle
Ce condiment au goût caractéristique est considéré comme carminatif. En médecine, on utilise ses fruits oléagineux pour leur propriété digestive. Ils chassent les ballonnements et calment les crampes Dans le papyrus égyptien d’Ebers (1550 av. J.-C), l'aneth est recommandé contre les maux de tête. L'homéopathie le prescrit en cas d'hypertension.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Angélique officinale

Angélique officinale

Angelica archangelica (ombellifères)
H 1,20-2,50 m juin-sept. vivace
Cette plante nordique était inconnue des Grecs et des Romains. Dans les herbiers du XVIème siècle, sa racine macérée dans du vinaigre est mentionnée comme remède contre la peste et comme défense contre la magie. La racine est administrée lors de manque d'appétit, de troubles digestifs et de flatulences. L'huile est employée en usage externe pour se frictionner.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Fenouil commun

Fenouil commun

Foeniculum vulgare (ombellifères)
H 50-200 cm juill.-oct. Annuelle ou vivace
L'huile essentielle de ses fruits est expectorante en cas de toux et de refroidissement et apaise les troubles digestifs. La tisane de fenouil est un remède doux pour soulager les ballonnements chez les bébés. En médecine populaire, grand-mère prenait également du fenouil pour stimuler la lactation des mères allaitantes.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Benoîte commune

Benoîte commune

Geum urbanum (rosacées)
H 30-120 cm mai-oct. vivace
Au Moyen Age, la benoîte commune était considérée comme herba benedita, c’est-à-dire « herbe bénie ». On lui attribuait donc de nombreuses vertus curatives La racine contient des tanins et une huile essentielle qui dégage une odeur de clous de girolle, grand-mère utilisait les tanins pour traiter le manque d'appétit, les troubles digestifs, les diarrhées, les inflammations de la bouche et de la gorge et, en usage externe, en cas d'eczémas cutanés.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Livèche (« herbe Maggi »)

Livèche (« herbe maggi »)

Levisticum officinale (ombellifères)
H 1-2 m juin-août vivace
Ses feuilles au goût aromatique servent aujourd'hui principalement de condiment aux soupes. Diurétique, sa racine puissante était déjà connue comme drogue par sainte Hildegarde de Bingen. Elle aide lors d'inflammations des voies urinaires, stimulerait la digestion, serait expectorante lors de refroidissements et calmerait les troubles menstruels. Ne pas utiliser pendant la grossesse.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Panais cultivé

Panais cultivé

Pastinaca sativa (ombellifères)
H 30-100 cm juill.sept. bisannuelle
Sa racine enflée comme les carottes fournit un légume nutritif. Il possède également des pouvoirs curatifs. En médecine populaire, la racine était employée par grand-mère lors de maux de dents, d'affections gastriques, pulmonaires et rénales, de même que pour favoriser la digestion. Les graines, qui servaient de condiment, auraient apaisé les troubles vésicaux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Persil cultivé

Persil cultivé

Petrselinum crispum (ombellifères)
H 30-100 cm avr.-août bisannuelle
Alors que les Grecs connaissaient le persil presque exclusivement comme plante médicinale, les Romains l’utilisaient comme condiment et symboliquement lors de cérémonies funéraires. Ses fruits favorisent la digestion et stimulent la miction. Ils étaient autrefois utilisés abusivement comme abortif. Les racines et les feuilles contiennent moins d'huile essentielle. Ne pas utiliser pendant la grossesse et en cas de reins enflammés.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Aurone

Aurone

Artemisia abrotanum (composées)
H 50-120 cm juill.-oct vivace
Un écrit anglais relate que l'on suspendait des bouquets d'aurones a coté des prisonniers au tribunal. On espérait ainsi se protéger de la contamination de la « fièvre de la prison », une forme de typhus. Comme remède grand-mère, l'aurone n'est plus guère utilisée comme apéritif et digestif. Autrefois, on l'administrait également en cas de troubles menstruels et de vers intestinaux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Absinthe officinale

Absinthe officinale

Artemisia absinthium (composées)
H 60-120 cm juill.-sept. vivace
L'absinihe officinale a un goût extrêmement amer, mais renferme également une huile essentielle. Cette dernière était autrefois l'un des composants de la liqueur d'absinthe et provoqua des troubles de conscience en raison de sa teneur élevée en thuyone. Aujourd’hui on n'utilise plus que ses amers. Ses parties vertes sont apéritives, digestives et soulagent les crampes gastro-intestinales : l'huile serait cancérigène et il est désormais interdit de l'utiliser.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Estragon

Estragon

Artemisia dracunculus (coposées)
H 60-120 cm juill.-oct. vivace
Selon la tradition, l'estragon apaiserait les morsures de serpent, mais il s'agit probablement d'une légende. Ses parties vertes renferment une huile essentielle et d'autres principes actifs. On les utilise comme condiment et pour aromatiser le vinaigre d'herbes En médecine populaire, l'estragon est considéré par grand-mère comme diurétique, digestif et apéritif.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Épine-vinette commune

Épine-vinette commune

Berberis vulgaris (berbéridacées)
H jusqu’à 3m avr.-juin arbrisseau
Les fruits de l’épine-vinette contiennent de la vitamine C et se prêtent à la fabrication de compotes et confitures. Grand-mère les utilise comme laxatif, lors d'affections du foie et de la rate. L'écorce toxique de sa racine était autrefois employée comme remède lors d'affections biliaires, de jaunisse.de troubles digestifs, de diarrhées, de calculs rénaux, de rhumatismes.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Carthame

Carthame

Carthamus tinctorius (composées)
H 10-60 cm juill.-sept. annuelle
Ses fleurs ont l'aspect du safran, mais leur goût diffère. Le colorant servait autrefois à teindre des étoffes. En médecine populaire, grand-mère les consommait pour alléger les troubles digestifs. L'huile obtenue à partir de ses graines est travaillée en cosmétique. Riche en acides polyinsaturés, elle abaisse le taux de cholestérol.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Chardon béni

Chardon béni

Cnicus benedictus (composées)
H 10-40 cm avr.-juill. annuelle
A l'époque où la peste sévissait, on croyait fermement à la force curative du chardon béni. Son nom dérive du latin benedicta qui signifie « béni ». Au Moyen Âge, cette plante bénéficiait d'une bonne réputation. Ses amers sont apéritifs et digestifs et agiraient sur les affections hépatiques et biliaires En usage externe, grand-mère l'utilise contre les ulcères et les engelures. Ne pas s'en servir en cas d'ulcères gastriques et intestinaux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Gentiane jaune

Gentiane jaune

Gentiana lutea (gentianacées)
H 50-140 cm juin-août vivace
La racine de la gentiane jaune fournit la drogue la plus amère de tout le monde végétal endémique. Selon les médecins grecs de l'Antiquité, le roi Centius d'Illyrie aurait guéri la peste à l'aide de la gentiane. Les médecines officielle et remède grand-mère utilisent l'amer pour stimuler la formation de sucs digestifs (infusions ou eaux-de-vie amères). La gentiane guérit du manque d'appétit, favorise la digestion, soulage les lourdeurs d'estomac et des maux de cœur. Ne pas utiliser en présence d'ulcères de l'estomac et des intestins.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Immortelle des sables

Immortelle des sables

Helichrysum arenarium (composées)
H 10-30 cm juill.-août vivace
Ses capitules séchés entrent dans la composition de tisanes administrées lors de troubles biliaires non inflammatoires et apportent de la couleur à d'autres tisanes. Grand-mère s'en sert également de diurétique, digestif et antispasmodique.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Aunée

Aunée

Inula helenium (composées)
H 60-250 cm juill.-août vivace
La racine de l'aunée renferme des principes actifs aux nombreux effets secondaires en cas d'une utilisation régulière ou à doses trop élevées : irritation des muqueuses, vomissements, nausées et réactions allergiques. L'aunée n'est ainsi plus administrée en médecine officielle. Grand-mère utilisait la plante principalement en cas de toux forte. Elle favoriserait en outre la digestion, éliminerait les vers intestinaux, soulagerait les troubles menstruels et agirait sur les affections cardiaques.

 

 

 

 

plante grand-mère marjolaine

L'origan - marjolaine

L'origan (Origanum vulgare) pelevoué, origan commun, thym de berger est une plante vivace aromatique, stomachique et antispasmodique. En pharmacie, elle entrait dans la préparation de « l'eau d'arquebusade », le « thé suisse », aromatique, digestif et son essence bactéricide (qui aide à désinfecter les plaies). La marjolaine (Origanum majorana), marjolaine d'Angleterre, marjolaine vivace « est présente dans les régions méditerranéennes, les sommités fleuries sont prises comme épice et donnent une infusion stimulante ».
Préparation grand-mère:
- Faire bouillir une poignée d'origan en fleurs dans 1 litre d'eau, laisser rafraîchir.
- Faire une compresse pour les douleurs de lumbago, les rhumatismes. (Périgord)

 

 

 

 

plante grand-mère thym

Le thym

Les sommités fleuries ont des propriétés vermifuges, toniques, digestives, antiseptiques.
Préparation grand-mère:
- Mettre le thym dans de l'eau bouillante, couvrir, laisser infuser 3 minutes et retirer le thym.
Faire du vin chaud avec de l'écorce d'orange (Citrus aurantium), sucrer, ajouter de l'infusion de thym (Thymus vulgaris).
- « Le ramasser le 3 mai, le jour où sainte Hélène a trouvé les morceaux de la vraie Croix ; c'est très digestif, si l'on a un embarras à l'estomac. » (Provence)
- « Pour la colite, le matin à jeun, il ne faut pas trop en boire, sinon ça irrite les intestins. Pour la digestion et après des repas lourds. Donner cette boisson le soir pour couper la toux des enfants. C'est efficace contre le rhume, le mal de gorge, la grippe. » (Vercors)

 

 

 

 

plante de grand-mère persil

Le persil

Le persil (Petroselinum sativum Hoffm., Apium Petroselinum L.) est employé en pharmacie pour les troubles circulatoires, surtout menstruels ;
sa racine est diurétique et entrait dans la composition du « sirop des cinq racines ».
Préparation grand-mère:
- Faire bouillir du persil et le boire en tisane, en mettre une bonne quantité dans la soupe. Ecraser du persil, le mettre en compresse sur la poitrine pour faire passer le lait des femmes. (Béarn, Bresse, Morvan)
- « Le persil de jardin pris avec autres viandes est fort utile et convenable à l'estomac. »
- « C'est bon pour la digestion. »

 

 

 

 

plante grand-mère sarriette

La sarriette

Préparation grand-mère:
Prendre 2 branches de thym et 2 branches de sarriette (Saturcia montana). Les attacher en petit bouquet et les mettre dans la marmite où cuisent les haricots en grains.
- « Les haricots sont meilleurs. Il paraît que ça les assouplit, c'est maman qui le faisait, c'est un peu plus léger à digérer. »
- « Pour les lentilles, faire un petit bouquet de même taille, avec de l'ail et un oignon piqué d'un clou de girofle. » (Provence)
- Pour la digestion.

 

 

 

 

plante grand-mère cannelle

La cannelle

La cannelle de Chine (Cinnamomum cassia) et la cannelle de Ceylan (Cinnamomum zeylanicum) se présentent en pharmacie soit en écorce, soit en poudre. C'est un aromate très employé qui entre dans plusieurs préparations comme excitant, stimulant et antispasmodique.
Préparation grand-mère:
- Mettre à infuser dans 50 cl de thé léger, ajouter 1 pincée de poudre de cannelle ou quelques copeaux d'écorce de cannelle, 3 clous de girofle, 1 zeste d'orange, ajouter du sucre et 1/2 citron pressé.
- « Un bon repas dure neuf jours. » (Limousin)
- Pour la digestion, les chauds et froids, la grippe

 

 

 

 

plante grand-mère ail

L'ail

Préparation grand-mère:
Prendre 4 gousses d'ail, les faire bouillir longtemps, saler un peu, rajouter 1 branche de sauge (Salvia sp.) en infusion ou 1 brin pour 3 personnes (sinon c'est très amer), rajouter de l'huile d'olive, verser sur du pain dur ou des pâtes.
- « L'aigueboulide (l'eau bouillie) est idéale quand on a trop mangé ou après un bon repas ; quand on est engorgé, c'est extra pour laver le corps. » (Béarn, Bresse, Périgord, Provence)
- « Peu de simples ont joué un rôle plus considérable dans la thérapeutique d'antan : Galien a résumé sa confiance dans ses vertus en l'appelant "la thériaque des paysans". » (H. Leclerc)
En homéopathie, prendre Allium sativum pour les troubles digestifs et les troubles respiratoires chroniques. Pour les vers de l'enfant, écraser de l'ail, le mettre sur le nez, puis bien frotter autour du cou.
- Pour le goûter, donner aux enfants un croûton de pain frotté d'ail puis de lard.

 

 

 

 

plante grand-mère badiane anis étoilé

La tisane de badiane-anis étoile

Le badianier de Chine est un arbre toujours vert originaire du sud de la Chine et du Nord-Vietnam. Il donne des fruits ressemblant aux rayons d'une étoile, comme l'espèce voisine, le badianier du Japon, ou shikimi , petit arbre sacré. (E. Perrot et R. Paris)
Préparation grand-mère:
- Mettre 2 ou 3 étoiles par tasse en infusion de badiane, adoucir de miel.
Les fruits sont antispasmodiques, eupeptiques (qui facilitent la digestion), anti-diarrhéiques.
- « La diète guérit davantage que la saignée. » (Gascogne)
- Pour les indigestions, la diète.

 

 

 

 

Le vin de camomille

La camomille romaine ou camomille double est une variété horticole de la camomille noble (Anthémis nobilis), camomille d'Anjou. Elle possède des fleurs blanches, très odorantes, la saveur amère et aromatique. La cueillette se fait dès le mois de juin jusqu'en septembre. Elle a des propriétés stimulantes et antispasmodiques, antirhumatismales sous forme d'huile.
Préparation grand-mère:
- Mettre à macérer 5 à 6 semaines dans 1 litre de vin blanc 10 têtes de camomille romaine, fraîches si possible, à défaut sèches (en vente en pharmacie), le zeste d'écorce de 2 oranges non traitées.
Filtrer et sucrer au goût après avoir détaillé le zeste.
- « La liquoristerie l'emploie dans les vermouths. » (E. Perrot et R. Paris)
- Comme apéritif et digestif.

 

 

 

 

plante grand-mère gentiane

Le vin de gentiane

Préparation grand-mère:
Mettre à macérer dans 1 litre de vin blanc ou rosé 20 g de racine de la grande gentiane jaune, 20 g d'écorce d'orange finement épluchée et une gousse de vanille, gratter la terre, la mettre à sécher, puis la couper en bâtonnets ou en rondelles. (Hautes-Alpes, Dauphiné)
Choisir uniquement celle qui a les deux feuilles l'une en face de l'autre (Gentiana lutea) ; l'hellébore blanc Veratruin album est indiqué en ^ homéopathie pour les troubles nerveux accompagnant les problèmes de dentition, la grossesse, les troubles cérébraux ou l'hydropisie. - En boire tous les jours un petit peu avant de manger. Fait revenir l'appétit. Bon apéritif, digestif.