picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

fièvre

 

 

plante gra,d-mère menthe

La tisane de menthe ou thé vert

Prendre de préférence de la menthe sauvage (Mentha sp.), elle est plus forte. Fraîche ou sèche, en mettre une bonne quantité. Boire à la demande. Cueillir la menthe sur les talus, les fossés des chemins ombragés.
- « La menthe lave de tout mal. » (Gascogne) « Indigestion et fièvre, on disait de rester à la diète, c'était menthe et bouillon de légumes. » « La diète n'a jamais tué. » (Provence)
- Donner également de la tisane de tilleul (Tilia sp.).
- Pour les coliques, le mal à l'estomac.

 

 

 

 

Le jacquot

Le poiré est un cidre de poires, préparé comme le cidre par pressions des poires destinées à ces différentes opérations. Cidre et poiré servent de base à la distillation de l'eau-de-vie ou du calvados.
Préparation grand-mère:
- Mettre dans une casserole 50 cl de poiré, 10 pierres de sucre et 1 verre d'eau-de-vie, faire chauffer et flamber. (Normandie)
- « On doit faire attention, c'est très riche en alcool, c'est bon quand on sucre suffisamment. Le nom a été vraisemblablement donné en souvenir de saint Jacques. »
- « Quand on est vraiment malade avec de la fièvre. »
- Pour la grippe, les coups de froid

 

 

 

 

Le gargarisme à la fleur de sureau.

Les inflorescences de sureau noir {Sambucus nigra), arbre de Judas, haut-bois, sue, seuillet, seur, sont de larges corymbes (genre d'inflorescences ombellifères), de petites fleurs blanches odorantes. Les populations préhistoriques recueillaient les baies pour en faire une boisson fermentée. La décoction de fleurs est émolliente et calmante.
Préparation grand-mère:
- Faire de la tisane de fleurs de sureau, puis la respirer en inhalation. On peut adoucir la tisane de miel. (Vercors)
- « Pour les chauds et froids, ça débouche le nez. Pour faire transpirer et tomber la fièvre. »

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Henne

Henne

Lawsonia inermis (lythracées) H 2-6 m oct.-avr. arbrisseau
Dans le monde arabe, le henné était considéré comme une plante médicinale, bien avant d'être utilisé comme colorant pour cheveux Le pigment des feuilles servait de remède contre les diarrhées (amibiase), les ulcères de l'estomac et la fièvre.
En usage externe, on utilisait une décoction des feuilles pour soulager les eczémas, les abcès, les mycoses et la gale.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Datura stramoine

Datura stramoine

Datura stramonium (solanacées)
H 30-120 cm Juin-oct. annuelle
L'aspect repoussant de son fruit fait que les intoxications sont relativement rares. Depuis peu, les mises en garde relatives à l'emploi abusif de celle drogue à alcaloïdes se multiplient. L'espèce fut introduite en Europe seulement au XVIème siècle, puis s'est répandue très rapidement. Autrefois, grand-mère utilisait les feuilles séchées en médecine pour traiter l'inflammation, les toux spasmodiques et la maladie de Parkinson. L'homéopathie administre les préparations de plantes fraîches pour les inflammations avec fortes fièvres, les catarrhes des yeux et les maladies psychiques

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Carline à tige courte

Carline à tige courte

Cortina ocaulis ssp. acaulis (composées)
H 5-60 cm juin-sept. vivace
La racine séchée est exclusivement utilisée comme remède grand-mère. Diurétique et sudorifique, elle est administrée lors de fièvre, de refroidissements et de troubles gastriques. En usage externe elle soigne les plaies et les affections cutanées. La renommée de la carline dans les vieux herbiers repose sur un malentendu : les auteurs se référaient à Dioscoride qui, lui, évoquait une autre plante

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Vératre blanc

Vératre blanc

Veratrum album (liliacées)
H 50-150 cm juin-août vivace
Sa racine puissante renferme des alcaloïdes hautement toxiques (1 à 2 g sont mortels). Le vératre blanc est particulièrement dangereux car on peut le confondre avec la gentiane jaune. Malgré cela, les guérisseurs l'utilisaient en cas de troubles du rythme cardiaque pour traiter les crampes, le choléra et la fièvre et, en usage externe, contre les rhumatismes et la goutte. Aujourd'hui, le vératre blanc n'est plus utilisé qu'en homéopathie.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Aconit napel

Aconit napel

Aconitum nopellus (renonculacées)
H 50-150 cm juin-sept. vivace
L'aconit napel est une plante mortelle Le danger particulier réside dans la possibilité d'absorption par la peau et les muqueuses de l'aconitine, un poison. Depuis l'Antiquité, on relaie des cas mortels même les guérisseurs du Moyen Âge, pourtant avides d'expériences, étaient très réservés quant à l'administration de cette plante. La médecine moderne utilise parfois son tubercule et l’homéopathie y a recours en cas de maladies cardiaques, de processus inflammatoires et de fièvre.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pensée sauvage

Pensée sauvage

Viola tricolor (violacées)
H 10-40 cm avr.-oct. annuelle à vivace
Dans un vieil herbier irlandais, on peut lire que la pensée sauvage calmerait les convulsions spasmodiques des enfants et apaiserait la fièvre et les inflammations. Elle n’est pas considérée par la médecine officielle, car elle ne contient pas de substances efficaces d'un point de vue pharmaceutique. Comme remède grand-mère, elle est reconnue comme bénéfique dans le traitement de l'acné, des impuretés cutanée et des pellicules. La tisane de pensée sauvage serait dépurative, fébrifuge et soulagerait les inflammations de la gorge. Les préparations homéopathiques sont administrées lors d eczémas.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Gattilier

Gattilier

Vitex agnus-castus (verbénacées)
H 1-6 m mai-nov. sous-arbrisseau
Le nom latin du gattilier signifie « agneau chaste » Au Moyen Âge, certains moines mâchaient ses fruits pour modérer leurs pulsions sexuelles. Aujourd'hui, un extrait de son fruit entre dans la composition de médicaments soulageant les troubles des règles. Grand-mère utilise les feuilles en cas de fièvre.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Violette des champs

Violette des champs

Viola arvensis (violacées)
H 5-20 cm avr.-oct. annuelle
Comme remède grand-mère, la plante en fleurs séchée est considérée comme dépurative. Elle est recommandée sous forme de tisane en cas de catarrhes des voies respiratoires, de fièvre et de rhumatismes. La phytothérapie apprécie la drogue, en usages interne et externe, lors d'affections cutanées, d'acné, de formation d'escarres et de squames. L'homéopathie traite les eczémas avec cette drogue.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Saule blanc

Saule blanc

Salix alba var. alba (salicacées)
H jusqu’à 30m avr.-mai arbrisseau à arbre
L'écorce du saule blanc est fébrifuge. Elle contient la salicine que le corps transforme en acide salicylique, chimiquement apparenté au principe actif de l'aspirine. En médecine populaire, les décoctions d’écorce étaient recommandées par grand-mère pour traiter les rhumatismes, les maux de tête, les douleurs névralgiques, les refroidissements accompagnés de fièvre et la goutte. La quintessence florale de Bach « Willow » réjouirait les personnes aigries. Ne pas utiliser pendant la grossesse.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Sédum acre

Sédum acre

Sedum acre (crassulacées)
H 5-10 cm mai-août vivace
De nos j ours, le sédum acre traite les maladies des vaisseaux sanguins en médecine populaire et en homéopathie, les feuilles en grandes quantités provoquent vomissements et diarrhées. Grand-mère les utilisait autrefois en cas de faiblesses cardiaque et circulatoire d'hypertension de fièvre et, en usage externe comme vulnéraire, ainsi que contre vernies et dartres.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Adonis du printemps

Adonis du printemps

Adonis vernalis (renonsulacées)
H 10-40 cm avr.-mai vivace
L'adonis du printemps ne doit pas être utilise en automédication en raison de sa teneur en glucosides cardiotoniques. Les médecins administrent la plante lors de faiblesse et de troubles fonctionnels cardiaques. En remède grand-mère, ses parties vertes ont depuis toujours été considérées comme remède contre l'hydropisie, la fièvre et les troubles menstruels.

 

 

 

 

plante de grand-mère diète

Le bouillon de légumes de la diète

Préparation grand-mère:
Mettre à bouillir dans 2 litres d'eau salée pendant 1 heure à feu doux 2 petits navets, 2 carottes moyennes, 1 à 3 poireaux selon la grosseur et la saison. Boire le liquide seul plusieurs fois par jour.
- « Ces bouillons sont préconisés soit pour remplacer ou mitiger la diète hydrique, soit pour la préparation des bouillies de farine des nourrissons. »
- Pour les vomissements, crises de foie, indigestions ou fièvre, mauvaise digestion ou pour redémarrer après les purges. (Dauphiné) Lorsque le malade commence à se rétablir, ajouter une pomme de terre, recommencer l'alimentation solide au dessert avec une pomme cuite. (Béarn, Normandie)

 

 

 

 

plante de grand-mère menthe

La tisane de menthe ou thé vert

Préparation grand-mère:
Prendre de préférence de la menthe sauvage (Mentha sp.), elle est plus forte. Fraîche ou sèche, en mettre une bonne quantité. Boire à la demande. Cueillir la menthe sur les talus, les fossés des chemins ombragés.
- « La menthe lave de tout mal. » (Gascogne) « Indigestion et fièvre, on disait de rester à la diète, c'était menthe et bouillon de légumes. » « La diète n'a jamais tué. » (Provence)
- Donner également de la tisane de tilleul (Tilia sp.).
- Pour les coliques, le mal à l'estomac.

 

 

 

 

L'eau vinaigrée

Préparation grand-mère:
Verser du vinaigre dans de l'eau bouillie, la mettre à refroidir, en imprégner un linge. (Lorraine, Normandie)
- « Etendu d'assez d'eau pour ne conserver qu'une légère acidité, le vinaigre est rafraîchissant. » Il rend les aliments plus tendres, plus faciles à digérer. On le donne en boissons, il est hémostatique (qui stoppe l'hémorragie). (Dorvault)
- « Faire un enveloppement tiède comme du lait de vache, ou froid en cas de forte température. Ou encore plus chaud quand la température a baissé. »
- Pour les fièvres de dents des tout-petits, les démangeaisons.