picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

gastro-intestinal

 

 

Remède grand-mère avec Myrtille

Myrtille

Vaccinium myrtillus (éricacées) H 15-50 cm avr.-août sous-arbrisseau
Les myrtilles ne sont pas seulement d’exquis fruits sauvages, pouvant provoquer des diarrhées lorsqu'on les consomme en grande quantité, mais également un remède. Elles contiennent d'importantes quantités de tanins et, séchées, calment les diarrhées. Le jus fraîchement pressé et dilué soulage les affections de la bouche et de la gorge. L'infusion des feuilles est un vieux remède populaire soignant les troubles gastro-intestinaux et la faiblesse vésicale. L'effet hypoglycémiant n'est pas prouvé scientifiquement.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Origan

Origan

Origanum dictamnus (labiées)
H 10-20 cm juin-sept. arbrisseau
La plante sauvage pousse uniquement en Crète où elle est considérée par grand-mère comme remède universel. L'huile essentielle contient le composant toxique appelé pugélone. L'infusion des feuilles séchées sert de boisson ou de gargarisme lors de troubles gastro-intestinaux, de maladies de l'utérus, de troubles de la menstruation et de calarrhes de la bouche et de la gorge. Il existe aujourd'hui des remèdes alternatifs plus efficaces.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Germandrée petit chêne

Germandrée petit chêne

Teucrium chamaedrys (labiées)
H 15-30 cm mai-sept. arbuste nain
La plante en fleurs séchée contient entre autres des huiles essentielles et des glucosides. Pour grand-mère, elle a longtemps servi de remède apéritif et digestif. Elle soulageait les troubles gastro-intestinaux et était censée lutter contre la goutte. Aujourd'hui, la médecine officielle déconseille l'utilisation de cette plante qui provoque des lésions au foie.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Thym aux chats

Thym aux chats

Teucrium marum (labiées)
H 20-50 cm avr.-août arbrisseau
Les huiles essentielles de cette plante méditerranéenne n'ont pas la même composition que celles de la germandrée petit chêne. Pour grand-mère, elle était administrée en cas de maladies des bronches, de troubles gastro-intestinaux et biliaires et comme antispasmodique. Aujourd'hui, elle sert en homéopathie, surtout pour traiter des catarrhes des voies respiratoires supérieures et Inférieures.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Serpolet des bergères

Serpolet des bergères

Thymus pulegioides ssp. pulegioides(labiées)
H 5-40 cm juin-oct. sous-arbrisseau
Ses parties vertes sont cueillies lors de la floraison Le serpolet des bergères contient moins d'huile essentielle que le thym commun, mais était tout de même fréquemment utilisé par grand-mère. Son rôle le plus important était celui d'antitussif. En tant que condiment, il stimule l'appétit et soulage les troubles gastro-intestinaux, car ses feuilles contiennent des tanins. Au Moyen âge, il était considéré comme « herbe des femmes », car il avait la réputation de soulager les règles douloureuses, d'augmenter le désir sexuel et d'améliorer les possibilités de conception

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Cumin des prés

Cumin des prés

Carum carvi (ombelliféres)
H 10-80 cm mai-juill. bisamuelle
Les huiles essentielles de ses fruits donnent son goût caractéristique à ce condiment, traditionnellement apprécié avec les mets à base de chou, le cumin est digestif, antispasmodique et carminatif. La tisane de cumin calme les troubles légers de la région gastro-intestinale. Selon Grand-mère, il faciliterait le flux du lait maternel

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Camomille allemande

Camomille allemande

Matricaria recutita (composées)
H 15-50 cm mai-août annuelle
Les fleurs de camomille contiennent un cocktail de principes actifs utilisés de façon isolée ou globale. Médecine officielle, homéopathie, médecine populaire, remède grand-mère et industrie pharmaceutique sont remarquablement unanimes : la camomille soulage les catarrhes de la région gastro-intestinale, les troubles de la menstruation, les maladies hépatiques et biliaires, les gastro-entérites et, en usage externe, les maladies cutanées. La camomille est employée en infusion, en bain, en lavage ou en inhalation

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Ortie blanche

Ortie blanche

lamium album (labiées)
H 20-50 cm avr.-nov. vivace
Cette plante rappelle l'ortie, mais est dépourvue de poils urticants. Bien que les fleurs et les parties vertes fussent autrefois appréciées comme plante médicinale, elle ne joue aucun rôle (excepté en homéopathie) en phytothérapie. On buvait la tisane d'ortie blanche lors de catarrhes des voies respiratoires, de troubles gastro-intestinaux, de lourdeurs d’estomac et de ballonnements. En usage externe, elle servait de compresses et de lavages en cas d'inflammations cutanées superficielles et de règles douloureuses.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Marrube blanc

Marrube blanc

Marrubium vulgare (labiées)
H 40-50 cm juin-sept. vivace
Le marrube fait partie des plantes médicinales les plus anciennes. Son nom vient de l'hébreu. Dans la région méditerranéenne. Les parties vertes séchées sont connues comme apéritives, mais également pour leur effet sur les troubles gastro-intestinaux, de la grossesse, les flatulences, les catarrhes des voies respiratoires et, en usage externe comme cicatrisant. Ne pas utiliser en cas d'ulcères gastro-intestinaux.

 

 

 

 

Mélisse officinale

Melissa officinalis (labiées)
H 20-80 cm Juin-sept. vivace
Ses feuilles froissées dégagent l'odeur de l'huile essentielle. La mélisse entre dans la composition de médicaments, de mélanges de tisanes et de frictions. Elle aide lors de troubles cardiaques légers et de troubles nerveux gastro-intestinaux. Les parties vertes sont calmantes, antispasmodiques et somnifères ; elles chassent les douleurs des rhumatismes. L'eau de mélisse des Carmes contient d'autres composants.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Noyer royal

Noyer royal

Juglans regia (juglandacée)
H jusqu’à 25m avr.-mai arbre
Les graines du noyer sont comestibles, ses coques servaient à la teinture, ses feuilles et ses fruits étaient utilisés comme remède. Ses feuilles contiennent en effet des tanins : on en faisait des cataplasmes, des lavements et des rinçages pour soigner les impuretés cutanées, les eczémas, la transpiration des pieds et les blessures. L'infusion de ses feuilles était consommée comme remède gastro-intestinal comme remède grand-mère. Ses coques vertes renferment en outre un colorant pour brunir les cheveux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Orge cultivée

Orge cultivée

Hordeum vulgare (poacées)
H 50-150 cm mai-août annuelle
La plus grande partie de la récolte d'orge est destinée aux brasseries. Le malt d'orge ainsi obtenu sert également à fabriquer des bonbons qui calment l'irritation de la gorge en cas de catarrhes. On fabriquait autrefois une sorte de soupe épaisse à partir des graines comme remède maison contre les diarrhées et les troubles gastro-intestinaux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Absinthe officinale

Absinthe officinale

Artemisia absinthium (composées)
H 60-120 cm juill.-sept. vivace
L'absinihe officinale a un goût extrêmement amer, mais renferme également une huile essentielle. Cette dernière était autrefois l'un des composants de la liqueur d'absinthe et provoqua des troubles de conscience en raison de sa teneur élevée en thuyone. Aujourd’hui on n'utilise plus que ses amers. Ses parties vertes sont apéritives, digestives et soulagent les crampes gastro-intestinales : l'huile serait cancérigène et il est désormais interdit de l'utiliser.