picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

hémorroïde

 

 

plante grand-mère siege de noyer

Le bain de siège de noyer

Le noyer (Jtiglans regia) est un bel arbre dont, par le passé, l'ombre fraîche était redoutée comme risquant de provoquer des refroidissements. La feuille de noyer et les fruits des noix étaient déjà recommandés par sainte Hildegarde et saint Albert le Grand, le brou des noix et la feuille sont astringents, eupeptiques (qui aide la digestion), dépuratifs. La vapeur se charge de l'essence qui est antiseptique.
En homéopathie Juglaiis regia entre dans la composition de nombreuses spécialités dépuratives.
Préparation grand-mère:
- Verser de l'eau bouillante sur des feuilles de noyer, posées dans un seau hygiénique, faire un bain de siège de la vapeur
- Pour les hémorroïdes

 

 

 

 

L'huile de piantain

Dans l'Antiquité, l'huile d'olive alimentait la flamme des lampes, offrant lumière et chaleur. Présente dans les rituels chrétiens, elle symbolise la luminosité et la pureté.
Espèce nombreuse, on retient de préférence les plantains (de Plantago en latin planta : plante des pieds) : le grand plantain (Plantago major), le plantain moyen (Plantago media) et le plantain lancéolé (Plantago lanceolata), herbe à cinq côtes ou à cinq coutures (pour les nervures de la feuille).
Préparation grand-mère:
- Graisser des feuilles de plantain avec de l'huile d'olive. (Normandie)
- Il est calmant et adoucissant.
- Appliquer sur les hémorroïdes.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Aspérule odorante

Aspérule odorante

Galium odoratum (rubiacées)
H15-30 cm mai-juin vivace
Dans un herbier irlandais du XVIIIème siècle, l'aspérule odorante est recommandée dans la guérison des furoncles et des abcès. La plante cueillie peu avant sa floraison contient une substance se transformant au séchage en cou-marine, dont l'odeur est caractéristique. En médecine officielle, cette herbe est utilisée lors d'affections veineuses : pour grand-mère, les applications sont plus larges : états d'Inquiétude, insomnies, troubles cardiaques, hémorroïdes Ne pas employer simultanément avec des médicaments régulant la circulation sanguine et pendant la grossesse.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Herbe aux goutteux

Herbe aux goutteux

Aegopodium podagraria (ombellifères)
H 50-90 cm mai-août vivace
Pour les jardiniers, l'herbe aux goutteux est une mauvaise herbe. Elle était toutefois très appréciée par grand-mère. De vieux herbiers la recommandent comme remède contre la goutte assez répandue au grand orteil (podagre). La tisane diurétique guérissait les rhumatismes et les inflammations, elle aide par ailleurs lors de diarrhées et d'hémorroïdes (en bains). Les feuilles fraîchement écrasées calment les piqûres de moustiques et les petites blessures cutanées. Rhumatismes et goutte sont également les indications en homéopathie.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Mouron des oiseaux

Mouron des oiseaux

Stellaria media (caryophyllacées)
H 5-40 cm Janv.-déc. annuelle
Les oiseaux apprécient cette plante. Ses parties aériennes ne renferment aucun constituant actif du point de vue pharmaceutique, mais des minéraux et de la vitamine C. L'homéopathie l'administre contre les rhumatismes et les douleurs hépatiques, Grand-mère et l'abbé Sébastien Kneipp la recommandent pour traiter les hémorroïdes. D'autres indications la préconisent en cas d'eczémas et de maladies pulmonaires.

 

 

 

 

Remede grand-mère avec Marronnier d'Inde

Marronnier d'inde

Aesculus hippocastanum (hippocastanacées)
H jusqu'à 20 m mai-juin arbre
Si la médecine officielle n’utilise que les graines contenant de l'esculoside, une saponine, Grand-mère fait usage des feuilles, des fleurs et de I’écorce. L'esculoside fait partie de préparations pour faiblesse veineuse, œdèmes, varices et hémorroïdes. Il existe, en outre, des frictions et des bains recommandés en cas de contusions et de mauvaise irrigation sanguine. Grand-mère emploie les feuilles contre les rhumatismes, les thromboses, l'inflammation veineuse et les hémorroïdes.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Linaire commune

Linaire commune

Linaria vulgaris (scrofulariacées)
H 20-70cm juin-oct. Vivace
Au Moyen Age et au début des temps modernes, la linaire commune était utilisée pour se protéger des charmes : on la déposait notamment dans le berceau des enfants pour leur éviter d'être malades. La médecine populaire grand-mère l'utilisait comme diurétique et laxatif, de même qu'en pommade pour traiter les hémorroïdes et les impuretés cutanées. Les herbiers anciens la citent comme remède contre les affections hépatiques et pour soigner la rate.

 

 

 

 

Mélilot officinal

Melilotus officinalis (papillionacées)
H 30-100 cm juin-sept. bisannuelle
Connu depuis l'Antiquité, le mélilot entre toujours dans la composition de médicaments administrés lors d'affections veineuses, de traitement après thromboses, d'hémorroïdes et de varices. En médecine populaire, grand-mère buvait la tisane pour soulager les varices, les hémorroïdes, la toux, et on posait des compresses imbibées de cette tisane sur les jambes et les articulations enflées. L'homéopathie l'utilise contre les migraines et les saignements du nez.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Figuier commun

Figuier commun

Ficus carica (moracées)
H 2-10 m juin-sept. arbrisseau
Ce n'est pas un hasard si Adam et Eve cachaient symboliquement leur nudité avec des feuilles de figuier. Les Assyriens connaissaient en effet déjà cet arbrisseau comme plante cultivée. Dans le monde arabe, les figues seules ou en décoction dans du lait avec du safran, des amandes, des pistaches et d'autres Ingrédients sont considérées comme aphrodisiaques. Fraîches, elles constituent un laxatif doux et un remède maison contre les hémorroïdes, les calculs rénaux et vésicaux. Ses feuilles sont administrées en cas de blessures, de troubles digestifs et de vers.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Chêne

Chêne

Quercus spec. (fagacées)
H 30-50 m avr.-mai arbre
« Oak », la quintessence florale de Bach, transmettrait la puissance du chêne à l'utilisateur. L'écorce du chêne est appliquée en usage externe. Ses tanins sont hémostatiques, astringents et calment les démangeaisons liées aux maladies cutanées, aux plaies, aux hémorroïdes et aux inflammations de la bouche et de la gorge (gargarisme»).

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Herbe aux puces

Herbe aux puces

Psyllium afrum (plantaginacées)
H 10-40 cm avr.-juill annuelle
Les téguments de l'herbe aux puces gonflent dans l'eau, multipliant ainsi leur taille. Ce qui en fait un laxatif doux agissant uniquement par augmentation du volume. En cas d'hémorroïdes douloureuses, les téguments séchés sont recommandés pour ramollir la masse fécale, lors de diarrhées pour en améliorer la consistance.

 

 

 

 

Remede grand-mère avec Chanvre d'eau

Chanvre d'eau

Bidens tripartita (composées)
Le chanvre d’eau, qui renferme des tanins, une huile essentielle et des amers, était rarement utilisé comme plante médicinale. En médecine populaire, grand-mère l'employait comme remède contre les hémorroïdes, les calculs rénaux et biliaires et comme diurétique. Dans un herbier anglais du XVIIème siècle, il est recommandé contre le «déclin des forces» et la « rate dure».