picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

laxatif

 

 

plante grand-mère chicorée

La chicorée

Les racines de la chicorée sauvage (Cichorium lulybus), chicorée amère ou cultivée (Cichorium cndivia), chicorée frisée, endive vraie, scarole, scariole sont eupeptiques, cholérétiques (qui stimule la sécrétion de la bile), diurétiques et légèrement laxatives.
Préparation grand-mère:
- Prendre des racines de chicorée, les nettoyer, les découper en morceaux, les faire torréfier à la chaleur de brûleurs sphériques, maintenir au frais, faire bouillir comme une tisane. On peut en mettre quelques morceaux dans le filtre à café. (Morvan)
- « Pendant la guerre, on semait de la chicorée dans le jardin. On faisait griller les racines séchées, et on les préparait après comme le café.

 

 

 

 

La boisson de pommes

Le pommier (Pyrus malus) et son fruit dont on extrait la pectine ont des qualités laxatives.
Préparation grand-mère:
- Ramasser les pommes très mûres (les blossons), les broyer, les faire fermenter dans une cuve, soutirer, quand c'est bien clair, mettre en bouteille. (Normandie, Morvan)
- « Dans le cidre, on mélangeait souvent pommes à cidre et pommes sauvages. »
« Qui mange une pomme tous les jours vit cent ans. » (Champagne)
- En Normandie, le beire est le cidre de première pression, la boisson quotidienne, le repilé, la besson est un cidre de seconde pression.
- C'est de la boisson, un genre de cidre.

 

 

 

 

plante grand-mère orge et fenouille

Orge, graine de fenouil et pomme

Le fenouil officinal est le fenouil doux (Foeniculum officinale) surtout cultivé en France et en Italie. Les fruits du fenouil doux sont très aromatiques, possèdent des qualités carminatives (pour les fermentations de l'intestin), toniques, diurétiques, vermifuges et galactogène (qui favorise la lactation). La pomme, fruit du pommier commun (Pirus malus), est laxative.
Préparation grand-mère:
- Ajouter à l'eau d'orge, une pomme coupée en morceaux, une petite poignée de graines de fenouil, faire bouillir, passer, et maintenir au frais.
- « Manger une pomme fait dormir. » (Champagne)
- En donner à boire aux enfants, en cas de constipation, et aux adultes aux intestins fragiles.

 

 

 

 

plante grand-mère oseille

L'eau d'oseille

Mettre 8 à 10 feuilles d'oseille dans 2 litres d'eau salée, laisser cuire 15 minutes. A la fin, mettre une noix de beurre ou une cuillère de crème. (Morvan, Normandie)
- L'espèce sauvage d'oseille (Rumex acetosa), pain de coucou, oisille, Surette, vinnete, vinaigrette, est également employée ; elle est proche des différentes espèces hcticoles et accompagnait la prise purges.
- « Quand on se purge, prendre 1 bouillon, pour se laver le dedans, i ne pas manger ce jour-là. »
- Rafraîchissante, diurétique et légèrement laxative.

 

 

 

 

plante de grand-mère plantain

Le cataplasme de feuilles de plantain

Le plantain lancéolé (Plantage lanceolata), lancelée, psyllium blond d'Allemagne donne des graines laxatives riches en mucilage. Il existe aussi le grand plantain (Plantago major), le plantain à grandes feuilles, le plantain à bouquets, le plantain à larges feuilles. « Leurs feuilles fraîches, appliquées sur les plaies récentes, peuvent avantageusement en hâter la cicatrisation. » (H. Leclerc)
Préparation grand-mère:
- Faire bouillir le plantain long (et non pas pas le rond), puis l'appliquer en cataplasmes. (Béarn, Bresse)
- Pour les orgelets (blépharites des paupières), abcès, maux blancs et épines enfoncées

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Eupatoire chanvrine

Eupatoire chanvrine

Eupatorium connabinum (composées)
H 50-150 cm juill.-sept. vivace
Les médecins de l’Antiquité recommandaient l'eupatoire pour traiter les morsures de serpent, la dysenterie et les maladies du foie. Le Moyen Âge voyait dans cette plante un fortifiant pour la virilité. Les constituants font supposer un effet immunostimulant, tandis que grand-mère décrit l’eupatoire comme diurétique, laxative et cholagogue. Aujourd'hui, elle ne joue plus aucun rôle en médecine.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Grenadier

Grenadier

Punica granatum (punicacées)
H 2-7 m mai-sept. arbuste
La grenade comestible est un symbole de fertilité. L’écorce du tronc et des racines contient 20 % de tanins. L'un des alcaloïdes, la pelletiérine, paralyse la musculature des vers solitaires. Autrefois, un laxatif était ensuite utilisé afin d'expulser les vers des intestins. Aujourd'hui, ce traitement n'est plus appliqué en raison des effets secondaires dangereux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Rhubarbe palmée

Rhubarbe palmée

Rheum palmatum (polygonacées)
H 1-2,5 m mai-juin vivace
Les pétioles foliaires de la rhubarbe sont communément consommés en compote. Les rhizomes de la rhubarbe « médicinale » contiennent différents glucosides tanins et flavonoïdes. La décoction stimule l'appétit et calme les douleurs lors de gastro-entérites ; a plus forte dose, grand-mère s'en servait comme laxatif léger. Les dilutions homéopathiques sont administrées entre autres contre les diarrhées et aux enfants lorsqu'ils font leurs dents.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Frêne à fleurs

Frêne à fleurs

Fraxinus ornus (oléacées)
H 6-15 m avr.-mai arbre
La manne de la Bible n'a en commun avec la manne du frêne à fleurs que le nom. Le jus d’écorce séchée était recherché dès le Moyen Âge ; selon les textes, Venise importait la manne de Sicile dès le IXème siècle Le constituant principal de celle manne est le mannitol, un alcool de glucose utilisé comme laxatif léger et remplaçant le sucre pour les diabétiques.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Bourdaine

Bourdaine

Frangula alnus (Rhamnus frangula) (rhamnacées)
H 1-4 m mai-juin arbrisseau ou arbre
La bourdaine est très toxique et ne doit en aucun cas être utilisée en automédication. Grand-mère emploie son écorce depuis le Moyen Âge comme laxatif puissant, dangereux, car les principes actifs empêchent la résorption de liquides provenant du gros intestin. On l’utilisait aussi comme amincissant et en abusait comme abortif.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Épine noire

Épine noire

Prunus spinosa (rosacées)
H 1-3 m mars-mai sous-arbrisseau
Ses baies ont beau être appétissantes, elles ne sont pas comestibles crues. Le meilleur moment de leur récolte se situe après les premières gelées ; on en fait des sirops et des confitures. Elles contiennent en abondance des tanins, des acides de fruit et de la vitamine C. Ses fleurs servent à faire une infusion dépurative, légèrement laxative, dit-on, diurétique. En médecine populaire, remède grand-mère, les baies séchées aident en cas de paresse gastrique, de troubles de la vessie et des voies urinaires.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Sureau noir

Sureau noir

Sambucus nigra (caprifoliacées)
H 3-7 m mai-juill. arbuste
Autrefois, le sureau noir poussait à coté de chaque ferme, protégé par le génie de la maison ou une nymphe des arbres, la quasi-intégralité de la plante présente un intérêt : ses fleurs et ses feuilles permettent de préparer une tisane sudorifique lors de refroidissements. Le jus de ses fruits est administré contre la constipation, les maux de tête et comme remède sudorifique et diurétique. Son écorce et sa racine calmeraient les rhumatismes. Selon Albertus Magnus, l’écorce raclée de haut en bas serait laxative

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Sorbier des oiseleurs

Sorbier des oiseleurs

Sorbus aucuparia ssp. aucuparia (rosacées)
H 3-15 m mai-juin arbuste
Ses baies vertes ont mauvais goût : leurs constituants (acide parasorbinique, glucosides dans les graines) irritent en outre les muqueuses gastriques. Consommées en grandes quantités elles sont laxatives et diurétiques et provoquent des diarrhées et des vomissements. Grand-mère les utilise pour traiter les maladies rénales, les rhumatismes et comme laxatif. Leur jus exprimé sert en gargarismes en cas d'enrouement. L'acide parasorbinique est neutralisé lors de la confection de marmelade qui favorise la constipation.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Véronique des ruisseaux, cresson de cheval

Véronique des ruisseaux, cresson de cheval

Veronica beccabunga (scrofulariacées)
H 30-60 cm mai-sept. vivace
Autrefois, on mangeait ses feuilles en salade comme cure de printemps. Les parties vertes étaient considérées comme diurétiques, laxatives, apéritives, dissolvant les calculs vésicaux et aidant lors de rhumatismes, de maladies cutanées et de saignements des gencives.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Lin cultivé

Lin cultivé

Linum usitatissimum (linacées)
H 30-60cm juin-août annuelle
En Egypte et dans l'Antiquité, il était connu pour la production de fibres et comme plante curative. Les graines qui contiennent une grande quantité de mucilages, gonflent dans les intestins, stimulent les mouvements intestinaux et ont un effet laxatif doux. En usage externe, le lin est salutaire lors d'abcès. Sainte Hildegarde de Bingen le recommande contre les brulures.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Morelle douce-amère

Morelle douce-amère

Solanum dulcamara (solanacées)
H 30-200 cm juir-scpt. arbrisseau
Autrefois, les guérisseurs administraient les liges et les jeunes pousses comme diurétique et laxatif, contre les nausées, les bronchites chroniques, l'asthme et les affections cutanées. En raison des alcaloïdes toxiques qu'elle contient, la morelle est seulement utilisée en préparations prêtes à l'emploi contre les eczémas et en homéopathie.

 

 

 

 

Remede grand-mère avec Pluie d'or

Pluie d'or

Laburnum anagyroides (papillionacées)
H jusqu’à 8 m mai-juin arbrisseau
Cette plante, ses graines principalement, est très toxique (alcaloïdes). Ses feuilles servaient d'expectorant et de laxatif. En médecine populaire, grand-mère recourait aux graines comme vomitif, en cas de constipation, d'asthme et pour faciliter le drainage. Un extrait des graines servait de remède pour arrêter de fumer. Il n'en reste aujourd'hui que les applications homéopathiques administrées lors d'affections du système nerveux central, de troubles gastriques et intestinaux et de vertiges.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Linaire commune

Linaire commune

Linaria vulgaris (scrofulariacées)
H 20-70cm juin-oct. Vivace
Au Moyen Age et au début des temps modernes, la linaire commune était utilisée pour se protéger des charmes : on la déposait notamment dans le berceau des enfants pour leur éviter d'être malades. La médecine populaire grand-mère l'utilisait comme diurétique et laxatif, de même qu'en pommade pour traiter les hémorroïdes et les impuretés cutanées. Les herbiers anciens la citent comme remède contre les affections hépatiques et pour soigner la rate.

 

 

 

 

Remede grand-mère avec Asaret d'Europe

Asaret d'europe

Asarum europaeum (aristolochacées)
H 5-10 cm mars-août vivace
Bien qu'une consommation importante de son rhizome puisse entraîner la mort ou provoquer des avortements, il était recommandé comme vomitif et laxatif lors d’hydropisie et de sciatique. La phytothérapie moderne utilise uniquement des préparations prêtes à l'emploi en cas d'inflammations des voies respiratoires et d'asthme

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Plantain majeur

Plantain majeur

Palntago major (plantaginacées)
H 5-40 cm juin-oct. vivace
Comme remède grand-mère, le plantain majeur est moins utilisé que le plantain à feuilles lancéolées apparenté. Grand-mère prescrit ses grains comme laxatif et ses feuilles comme antitussif et vulnéraire. En revanche, l'homéopathie l'administre lors d'indications variées, parmi lesquelles les éruptions cutanées, l'incontinence urinaire nocturne, les plaies douloureuses et les otites.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Figuier commun

Figuier commun

Ficus carica (moracées)
H 2-10 m juin-sept. arbrisseau
Ce n'est pas un hasard si Adam et Eve cachaient symboliquement leur nudité avec des feuilles de figuier. Les Assyriens connaissaient en effet déjà cet arbrisseau comme plante cultivée. Dans le monde arabe, les figues seules ou en décoction dans du lait avec du safran, des amandes, des pistaches et d'autres Ingrédients sont considérées comme aphrodisiaques. Fraîches, elles constituent un laxatif doux et un remède maison contre les hémorroïdes, les calculs rénaux et vésicaux. Ses feuilles sont administrées en cas de blessures, de troubles digestifs et de vers.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Frêne élevé

Frêne élevé

Fraxinus excelsior (oléacées)
H jusqu’à 40 m avr.- mai arbre
Le frêne élevé est utilisé grand-mère, mais pas par la médecine officielle, à l'exception de l'homéopathie. Ses feuilles contiennent des tanins, des mucilages et des acides ; elles sont employées comme tisane diurétique pour traiter les rhumatismes, la goutte, les calculs, et comme laxatif doux et vulnéraire.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Vigne cultivée

Vigne cultivée

Vitis vinifera ssp. Vinifera (vitacées)
H jusqu’à 10m avr.-juill. arbrisseau
Ce sont les Romains qui introduisirent la culture de la vigne au nord des Alpes. Les feuilles de vigne renferment des flavonoïdes et des tanins. Grand-mère y avait recours pour traiter les maladies cutanées et les saignements : les préparations modernes proposent des extraits comme remède pour les veines. Les raisins non fermentés ont un effet laxatif léger : une « cure de raisin » aiderait en cas de maladies du métabolisme, d'adipose et d'affections cardiaques.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Chiendent

Chiendent

Elymus repens (poacées)
H 30-150 cm juin-août vivace
John Gerard (1597), phytothérapeute anglais, parlait du chiendent comme d'un « hôte non bienvenu »dans les champs, mais dont les « vertus médicinales » compensaient cet inconvénient. La racine de chiendent est diurétique lors d'inflammations des voies urinaires et est recommandée par grand-mère, entre autres, comme laxatif, pour traiter les maladies des bronches, les rhumatismes et la goutte. Ne pas utiliser en cas d'œdèmes, d'affections cardiaques et rénales.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Mercuriale vivace

Mercuriale vivace

Mercurialis perennis (euphorbiacées)
H 15-30 cm févr.-mai vivace
Dès les IV-Vème siècles av. J -C, la drogue était mentionnée comme laxative et diurétique. Selon la médecine magique du Moyen Age, elle était censée favoriser la conception de garçons. Elle était également considérée comme remède contre toutes sortes de maladies attribuées à des sortilèges. En raison de sa toxicité, elle ne joue à présent plus aucun rôle dans les médecines officielle ou populaire. En homéopathie, elle est administrée comme emménagogue. La mercuriale annuelle (M. annua) est elle employée pour traiter les rhumatismes.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Herbe aux puces

Herbe aux puces

Psyllium afrum (plantaginacées)
H 10-40 cm avr.-juill annuelle
Les téguments de l'herbe aux puces gonflent dans l'eau, multipliant ainsi leur taille. Ce qui en fait un laxatif doux agissant uniquement par augmentation du volume. En cas d'hémorroïdes douloureuses, les téguments séchés sont recommandés pour ramollir la masse fécale, lors de diarrhées pour en améliorer la consistance.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Ricin commun

Ricin commun

Ricinus communis (euphorboacées)
H 50-500 févr.-sept annuelle à bisannuelle ou vivace
Les graines du ricin renferment une protéine mortelle que l'on doit supprimer avant de les utiliser. L'huile de ricin est très laxative. Des écrits et des découvertes dans certaines tombes laissent penser que les Égyptiens connaissaient déjà cette propriété. Dans les herbiers européens, elle est mentionnée depuis le XVIème siècle.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Fougère mâle

Fougère mâle

Dryopteris filix-mas (polypodiacées)
H 30-120 cm vivace
Les guérisseurs de l'Antiquité savaient déjà que son rhizome paralysait les vers intestinaux, qui pouvaient ainsi être éliminés des intestins avec un laxatif. Cette utilisation a eu cours jusqu'à l'époque de Frédéric le Grand. Elle était pourtant problématique, car certains patients perdaient la vue, d'autres mouraient suite à un surdosage. En homéopathie, on administre le rhizome en cas de troubles visuels. La médecine anthroposophique le prescrit pour soulager les troubles digestifs.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Polypode vulgaire

Polypode vulgaire

Polypodium vulgare (polypodiacées)
H 10-40 cm vivace
La drogue est uniquement utilisée par la médecine populaire comme expectorant et laxatif doux. Autrefois, le rhizome était également appliqué comme remède grand-mère en cas de maladies de la rate et des poumons.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Giroflée

Giroflée

Ersium cheiri (crucifères)
H 20-80 cm mars-juin vivace
La giroflée était plantée dans les jardins des forteresses et pousse doive parfois de façon subspontanée sur d'anciens châteaux. Selon Hippocrate, les Grecs utilisaient les parties vertes lors de catarrhes de l'utérus. Comme remède grand-mère, les fleurs servaient comme dépuratif, laxatif, lors d’affections hépatiques et cardiaques, et pour favoriser la menstruation. Aujourd'hui, il n’existe plus que des préparations homéopathiques.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Coloquinte

Coloquinte

Citrullus colocynthis (cucrbitacées)
H 30-50 cm juin-août vivace
Les médecins arabes, qui prescrivaient les fruits séchés de la coloquinte comme laxatif, ont répandu cette plante dans la région méditerranéenne. Les fruits sont toxiques et peuvent déclencher des réactions très fortes des intestins Aujourd'hui, ils ne sont plus utilises. Autrefois, on combattait les punaises et les mites avec les extraits.

 

 

 

 

Remede grand-mère avec Concombre d'âne

Concombre d'âne

Ecballium elaterium (cucurbitacées)
H 20-100 cm mars-oct. vivace
Hippocrate recommande le concombre d'âne comme laxatif, en insistant sur ses effets secondaires : inflammations, vomissements et douleurs gastriques. comme remède grand-mère, le jus de ses fruits a été utilisé pour ces applications. Il a été démontré scientifiquement que les substances constituantes entravent la croissance de cellules tumorales.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Aloès vrai

Aloès vrai

Aloe vera (asphodelacées)
H 50-100 cm janv.-déc. vivace
Les produits à base d aloès sont légion dans le domaine du bien-être et des cosmétiques. Les qualités du jus pressé frais de ses feuilles est en effet reconnu d’un point de vue médical. Il favorise la cicatrisation des petites plaies, des piqûres d'insectes, des coups de soleil et d'autres brûlures légères. Le gel fabriqué à partir de ses feuilles est laxatif, germicide, analgésique et stimulerait les défenses immunitaires. L'effet en tant que complément alimentaire est controversé. Ne pas utiliser le gel pendant la grossesse.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Épine-vinette commune

Épine-vinette commune

Berberis vulgaris (berbéridacées)
H jusqu’à 3m avr.-juin arbrisseau
Les fruits de l’épine-vinette contiennent de la vitamine C et se prêtent à la fabrication de compotes et confitures. Grand-mère les utilise comme laxatif, lors d'affections du foie et de la rate. L'écorce toxique de sa racine était autrefois employée comme remède lors d'affections biliaires, de jaunisse.de troubles digestifs, de diarrhées, de calculs rénaux, de rhumatismes.

 

 

 

 

La salade de brocolis

La salade de brocolis est essentiellement dépurative.
Préparation grand-mère:
Ramasser au printemps une poignée des nouvelles pousses de chou vert (Brassica olerácea), les faire cuire dans 2 ou 3 litres d'eau salée, les assaisonner tièdes ou refroidies à la vinaigrette. (Normandie)
- « La digestibilité du chou est, d'ailleurs, subordonnée à son mode de préparation grand-mère: : soumis à une cuisson insuffisante ou trop copieusement imprégnée de corps gras, il ne convient qu'aux tempéraments robustes, tandis que, soigneusement blanchi par une ébullition prolongée dans l'eau modérément salée et assaisonnée de beurre frais "à l'anglaise", il constitue un aliment dont on peut permettre l'usage aux estomacs les plus susceptibles. » (H. Leclerc)
- « Dépuratif pour se purger, se nettoyer le sang, rafraîchissante, légèrement laxative. »