picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

menstruation

 

 

Remède grand-mère avec Pivoine officinale

Pivoine officinale

Paeonia officinalis ssp. officinoais (paenomacées)
H 30-120 cm avr.-juin vivace
Ses pétales contiennent des tanins et des pigments qui agrémentent d'autres tisanes en leur donnant une couleur plus intense. En médecine populaire, Grand-mère en préparait une infusion contre l'épilepsie, la goutte et les troubles intestinaux. Dans la médecine chinoise, on ajoute la racine de la Plactiflora apparentée dans la « soupe aux quatre herbes ». Elle est considérée comme un produit de beauté, un tonique du yin de la femme et soulage les troubles de la menstruation.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Corydale creuse

Corydale creuse

Corydalis cavo (fumariacées) H 10-35 cm mars-mai vivace
Son tubercule, qui contient différents alcaloïdes, est toxique. Autrefois, il servait par grand-mère comme anesthésique. Il aurait en outre servi de vermifuge et facilité la menstruation. Son effet calmant sur le système nerveux central est aujourd'hui prouvé et les préparations qui luttent contre l'agitation nerveuse et les troubles du sommeil contiennent des extraits du tubercule

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Menthe pouliot

Menthe pouliot

Mentha pulegium (labiées)
H 10-50 cm juin-oct. vivace
A la différence de la menthe poivrée, l'huile essentielle de cette menthe apparentée contient de la pugélone toxique. Chez grand-mère, la plante entrait dans le traitement des troubles digestifs, des affections hépatiques et vésiculaires et des douleurs menstruelles. Elle était utilisée à forte dose comme abortif, provoquant fréquemment la mort.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Origan

Origan

Origanum dictamnus (labiées)
H 10-20 cm juin-sept. arbrisseau
La plante sauvage pousse uniquement en Crète où elle est considérée par grand-mère comme remède universel. L'huile essentielle contient le composant toxique appelé pugélone. L'infusion des feuilles séchées sert de boisson ou de gargarisme lors de troubles gastro-intestinaux, de maladies de l'utérus, de troubles de la menstruation et de calarrhes de la bouche et de la gorge. Il existe aujourd'hui des remèdes alternatifs plus efficaces.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pirole en ombelle, herbe à pisser

Pirole en ombelle, herbe à pisser

Chimaphila umbellata (pirolacées)
H 10-20 cm juin-août vivace
Ses parties vertes contiennent des tanins, des flavonoïdes et des principes actifs (arbutine) soulageant les inflammations des voies urinaires. Alors qu'elle est employée en Europe tout au plus en homéopathie, la pirole en ombelle est connue en Amérique du Nord comme remède grand-mère des Indiens. Elle est administrée en cas d’affection rénale et vésicale, de troubles de la menstruation, de rhumatismes et de maladies cutanées.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Fenouil des Alpes

Fenouil des alpes

Meum athamonticum (ombellifères)
H 15-45 cm mai-juill. vivace
Le fenouil des Alpes est une plante de montagne typique, très apprécié par grand-mère. La préparation la plus connue est l’eau-de-vie qui tonifie l’estomac. La décoction de la racine calme également les troubles digestifs et sert de remède apéritif. Elle aiderait également en cas de troubles de la menstruation.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Camomille romaini

Camomille romaini

Chamaemelum nobile (composées)
H 10-50 cm juin-oct. vivace
En Europe de l'Ouest et du Sud, cette espèce est nettement plus connue que la camomille allemande. Son utilisation est très similaire, car elle arrête les catarrhes et les crampes. Une infusion de capitules séchés est employée contre les problèmes digestifs, les ballonnements, les troubles de la menstruation, comme sédatif et pour laver les plaies.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Camomille allemande

Camomille allemande

Matricaria recutita (composées)
H 15-50 cm mai-août annuelle
Les fleurs de camomille contiennent un cocktail de principes actifs utilisés de façon isolée ou globale. Médecine officielle, homéopathie, médecine populaire, remède grand-mère et industrie pharmaceutique sont remarquablement unanimes : la camomille soulage les catarrhes de la région gastro-intestinale, les troubles de la menstruation, les maladies hépatiques et biliaires, les gastro-entérites et, en usage externe, les maladies cutanées. La camomille est employée en infusion, en bain, en lavage ou en inhalation

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Ancolie commune

Ancolie commune

Aquilegia vulgaris (renonculacées)
H 40-80cm mai-juill. vivace
Le bétail en pâturage ignore cette plante toxique. Les parties vertes fraîches sont administrées en homéopathie contre les troubles nerveux et menstruels. Comme remède grand-mèree, l'ancolie servait à combattre les eczémas et aiderait lors d affections hépatiques et biliaires, gastriques et intestinales.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Sauge sclarée

Sauge sclarée

Solvia sclarea (labiées)
H 30-120 cm mai-août bisannuelle
Les parties vertes de cette plante ne sont utilisées qu'en remède grand-mère. Elles favoriseraient la digestion, calmeraient les troubles de la menstruation et aideraient lors de maux de tête, de crampes et de troubles rénaux. En usage externe, on les utilise pour apaiser les plaies enflammées.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Tanaisie

Tanaisie

Tanacetum vulgare (composée)
H 60-120 cm juill.-sept. vivace
Sainte Hildegarde de Bingen recommande l'utilisation de ses parties vertes contre les vers intestinaux - cette application s'est longtemps maintenue en remède grand-mère. L'automédication est fortement déconseillée en raison de la toxicité de la drogue. Les fleurs étaient également utilisées en cas de crampes gastriques, troubles digestifs et menstruels.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Genêt des teinturiers

Genêt des teinturiers

Genista tinctoria var. tinctoria (papillionacées)
H 30-60 cm juin-août arbrisseau
Cette plante a longtemps été utilisée comme colorant jaune - celui-ci se trouve uniquement dans les fleure. La médecine populaire, grand-mère emploie la plante entière en fleurs. Elle est diurétique, préviendrait des calculs et sable vésicaux et soulagerait les rhumatismes et la goutte On administrait en outre les parties vertes lors de troubles menstruels, de constipation, d'affections hépatiques. Biliaires et pulmonaires, de fractures osseuses, d'eczémas et d'ulcères. Ne pas utiliser en cas d hypertension et pendant la grossesse.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Genévrier sabine

Genévrier sabine

Juniperus sabina (cupressacées)
H 1-1,20 m avr.-mai arbuste
Les extrémités de ses rameaux et de ses fruits contiennent une huile qui peut être mortelle Irritante pour la peau et les muqueuses, elle était considérée au Moyen Âge comme abortive. En médecine populaire, grand-mère utilisait la drogue comme remède contre les verrues, lors de dysfonctionnements menstruels, d’irritations vésicales et, en usage externe, comme antirhumatismal.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec If commun

If commun

Taxus baccata (taxacées)
H jusqu’à 15 m févr.-mai arbre
Les ifs étant rares et ayant une croissance lente, les peuplements denses correspondent souvent à des cultures très anciennes : les druides les plantaient en des lieux sacrés pour fabriquer des baguettes magiques à partir du bois d'if ; a proximité de châteaux, ce bois servait à fabriquer des arcs longs. Les chrétiens anglais plantaient cet arbre dans les cimetières. Malgré la toxicité mortelle de la plante, la médecine populaire , grand-mère l'employait comme vermifuge, en cas de faiblesse cardiaque et pour favoriser la menstruation

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Giroflée

Giroflée

Ersium cheiri (crucifères)
H 20-80 cm mars-juin vivace
La giroflée était plantée dans les jardins des forteresses et pousse doive parfois de façon subspontanée sur d'anciens châteaux. Selon Hippocrate, les Grecs utilisaient les parties vertes lors de catarrhes de l'utérus. Comme remède grand-mère, les fleurs servaient comme dépuratif, laxatif, lors d’affections hépatiques et cardiaques, et pour favoriser la menstruation. Aujourd'hui, il n’existe plus que des préparations homéopathiques.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Hamamélis de Virginie

Hamamélis de virginie

Hamamelis virginiana (hamamélidacées)
H 2-8 m oct.-févr. arbrisseau
Les Indiens d’Amérique du Nord utilisaient l’écorce comme cicatrisant contre les diarrhées, les troubles menstruels et les inflammations de la bouche et de la gorge. En Europe, l'arbrisseau est connu comme ornemental. Les extraits de feuilles et d'écorce contiennent des tanins et sont administrés en préparations prêtes à l'emploi pour soigner les blessures légères de la peau et des muqueuses.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Rue

Rue

Ruta graveolens (rutacées)
H 30-50 cm juin-août vivace
Connue depuis l'Antiquité, la rue entrait probablement dans la composition du légendaire élixir de Mithridate contre tout poison. Charlemagne recommandait sa culture - la rue est antispasmodique, soigne les catarrhes de la bouche et de la gorge lutte contre les troubles hépatiques, biliaires et menstruels. On abusait de son huile comme abortif. Ne pas utiliser pendant la grossesse et sur les peaux sensibles.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Livèche (« herbe Maggi »)

Livèche (« herbe maggi »)

Levisticum officinale (ombellifères)
H 1-2 m juin-août vivace
Ses feuilles au goût aromatique servent aujourd'hui principalement de condiment aux soupes. Diurétique, sa racine puissante était déjà connue comme drogue par sainte Hildegarde de Bingen. Elle aide lors d'inflammations des voies urinaires, stimulerait la digestion, serait expectorante lors de refroidissements et calmerait les troubles menstruels. Ne pas utiliser pendant la grossesse.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Adonis du printemps

Adonis du printemps

Adonis vernalis (renonsulacées)
H 10-40 cm avr.-mai vivace
L'adonis du printemps ne doit pas être utilise en automédication en raison de sa teneur en glucosides cardiotoniques. Les médecins administrent la plante lors de faiblesse et de troubles fonctionnels cardiaques. En remède grand-mère, ses parties vertes ont depuis toujours été considérées comme remède contre l'hydropisie, la fièvre et les troubles menstruels.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Aurone

Aurone

Artemisia abrotanum (composées)
H 50-120 cm juill.-oct vivace
Un écrit anglais relate que l'on suspendait des bouquets d'aurones a coté des prisonniers au tribunal. On espérait ainsi se protéger de la contamination de la « fièvre de la prison », une forme de typhus. Comme remède grand-mère, l'aurone n'est plus guère utilisée comme apéritif et digestif. Autrefois, on l'administrait également en cas de troubles menstruels et de vers intestinaux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Aunée

Aunée

Inula helenium (composées)
H 60-250 cm juill.-août vivace
La racine de l'aunée renferme des principes actifs aux nombreux effets secondaires en cas d'une utilisation régulière ou à doses trop élevées : irritation des muqueuses, vomissements, nausées et réactions allergiques. L'aunée n'est ainsi plus administrée en médecine officielle. Grand-mère utilisait la plante principalement en cas de toux forte. Elle favoriserait en outre la digestion, éliminerait les vers intestinaux, soulagerait les troubles menstruels et agirait sur les affections cardiaques.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Séneçon cinéraire

Séneçon cinéraire

Senecio cineraria (composées)
H 20-80 cm mai-août vivace
Ses parties vertes renferment des alcaloïdes de pyrrolizidine toxiques pour le foie et ne sont donc plus utilisées. Autrefois, le jus de ses feuilles fraîches était utilisé comme remède grand-mère contre les affections oculaires la migraine et les troubles menstruels. Aujourd'hui, seule l'homéopathie l’emploie encore en début de cataracte et autres maladies des yeux.

 

 

 

 

plante de grand-mère persil

Le persil

Le persil (Petroselinum sativum Hoffm., Apium Petroselinum L.) est employé en pharmacie pour les troubles circulatoires, surtout menstruels ;
sa racine est diurétique et entrait dans la composition du « sirop des cinq racines ».
Préparation grand-mère:
- Faire bouillir du persil et le boire en tisane, en mettre une bonne quantité dans la soupe. Ecraser du persil, le mettre en compresse sur la poitrine pour faire passer le lait des femmes. (Béarn, Bresse, Morvan)
- « Le persil de jardin pris avec autres viandes est fort utile et convenable à l'estomac. »
- « C'est bon pour la digestion. »