picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

plaie

 

 

alcool de sauge grang-mère

L'alcool de sauge

Sauge sclarée (Salvia sclarea), herbe aux plaies, ormin, orvale, toute-bonne, anglais clary, pour la parfumerie et sauge officinale (Salvia officinalis) sont les espèces les plus recherchées. Les sommités fleuries sont distillées pour leur essence. On l'emploie en pharmacie dans la préparation de lotions antiseptiques.
Préparation grand-mère:
- Garnir le fond d'une bouteille de fleurs de sauge, le remplir d'eau-de-vie ou d'alcool modifié du pharmacien, garder au frais. (Provence)
- « En mettre sur un sucre ou en prendre un petit verre à eau-de-vie, pour dégager quand on a une indigestion. Utile aussi lorsqu'on baille, ou si quelque chose ne passe pas, ou encore pour nettoyer les plaies, les écorchures. »

 

 

 

 

plante grand-mère fleurs de sureaux

Le bain de fleurs de sureau

Parsemer de fleurs de sureau la surface d'un bain tiède, laisser infuser, faire le bain. Cueillir les fleurs de sureau (Sainbucus nigra) le matin, le jour de la Saint-Jean, les mettre à sécher à l'ombre.
Préparation grand-mère:
- « Les herbes de la Saint-Jean gardent leur vertu tout l'an. » (Gascogne)
« Si Dieu le veut, un malade, rien que de toucher à la fleur de sureau, se porte mieux. » (Limousin)
- En homéopathie, prendre Sambucus nigra pour le coryza sec chez les enfants, les suffocations, la toux brusque, la laryngite striduleuse, les végétations.
- En bains pour l'eczéma, les plaies, chez les adultes et les enfants nerveux.

 

 

 

 

plante grand-mère feuilles de mauves

Le cataplasme de feuilles de mauve

La mauve sauvage {Malva sylvestris) I grande mauve, fromage, et la mauve à feuilles rondes (Malva rotundifolia), petite mauve, herbe à fromage, sont les mauves des Anciens et de la pharmacopée officinale. Les enfants aiment à manger les fruits jeunes sous le nom d'un fromage. La mauve était un ancien légume et un médicament. On la cultivait en Grèce et en Italie comme plante potagère. Au Moyen Age, elle se devait d'être cultivée dans les jardins des simples. En externe, elle a une action antinévralgique et anti-inflammatoire.
Préparation grand-mère:
- Poser des feuilles de mauve fraîches ou sèches en cataplasmes chauds, le soir, si possible avant de s'endormir. (Vosges)
- « Le lendemain, on a perdu le souvenir de son mal. »
- Pour les névralgies accidentelles, les blessures et les plaies infectées, les maux de gorge.

 

 

 

 

La compresse de sedum reprise

Le sedum reprise, herbe à la coupure, herbe aux charpentiers, aux cors, joubarbe des vignes, orpitt reprise est astringente, détersive (qui nettoie les plaies) et cicatrisante.
Préparation grand-mère:
- Faire une compresse avec une feuille, retirer la première peau, appliquer. On peut aussi la faire bouillir dans le lait et appliquer. (Normandie, Nord-Picardie)
- Pour les petites plaies infectées, les maux blancs et les panaris.

 

 

 

 

plante grand-mère benjoin de sapin

Le benjoin de sapin

Percer les cloques de benjoin (boursouflures naturelles de l'écorce de sapin pectine, Abies pectinata), le garder dans une bouteille, l'étendre sur du papier bleu et le coller sur la peau. On peut le faire fondre dans du 1 beurre ou ajouter de l'eau de Javel. Faire de la pommade en mélangeant à un jaune d'oeuf, pour retirer les épines. On peut aussi le prendre en tisane en mettant quelques gouttes dans de l'eau chaude ou faire des boulettes avec du sucre pour la gorge. (Dauphiné, Vercors)
Préparation grand-mère:
- « Ramasser le benjoin en août, quand le temps est chaud et lourd et par pleine lune. Placarder sur les coups, les panaris, les mauvaises plaies, les doigts qui pourrissent. »
- Pour les rhumes, les coups de froid sur la poitrine.

 

 

 

 

plante grand-mère lavande

A l'essence de lavande

Les sommités fleuries de la lavande vraie (Lavandula officinalis, L vera), lavande bouquet sont distillées pour donner une essence possédant des propriétés antispasmodiques, stimulantes et antiseptiques.
Préparation grand-mère:
- Passer de l'essence de lavande sur les plaies infectées, frotter le nombril des enfants à l'essence de lavande. (Vercors)
- « Les fleurs d'icelles faites avec du sucre profitent grandement aux battements de cœur, jaunisse, apoplexie et tournoiement de teste, prise le matin à jeun, de la grosseur d'une fève. » (R. Dodoens)
- Antiseptique. « Ça calme les vers, ça les élimine. »

 

 

 

 

plate grand-mère souci

L'huile de pétales de souci

Le souci officinal (Calendula officinalis), s. cultivé, grand souci, et le souci commun (Calendula arvensis), fleur de tous les mois, fleur de calendule, souci des jardins est, en usage interne, sudorifique, hypotenseur, emménagogue (qui fait revenir les règles).
Préparation grand-mère:
- Mettre des pétales de souci dans une petite bouteille d'huile d'olive, laisser macérer 40 jours. Prendre 1 cuillère à café le matin. (Vercors)
- Il se révèle aussi antispasmodique, en usage externe, anti-inflammatoire, antiseptique et cicatrisant.
En homéopathie Calendula officinalis, utilisé pour les traumatismes sans plaies, les fractures, entorses, foulures, est un véritable antiseptique homéopathique, en solution de teinture mère (25 gouttes dans un verre d'eau bouillie), en lavages et en pansements.
- Pour maux d'estomac et mauvaise digestion.

 

 

 

 

plante de grand-mère plantain

Le cataplasme de feuilles de plantain

Le plantain lancéolé (Plantage lanceolata), lancelée, psyllium blond d'Allemagne donne des graines laxatives riches en mucilage. Il existe aussi le grand plantain (Plantago major), le plantain à grandes feuilles, le plantain à bouquets, le plantain à larges feuilles. « Leurs feuilles fraîches, appliquées sur les plaies récentes, peuvent avantageusement en hâter la cicatrisation. » (H. Leclerc)
Préparation grand-mère:
- Faire bouillir le plantain long (et non pas pas le rond), puis l'appliquer en cataplasmes. (Béarn, Bresse)
- Pour les orgelets (blépharites des paupières), abcès, maux blancs et épines enfoncées

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Monarde

Monarde

Monarda didyma (labiées)
H 50-90 cm juill.-sept. vivace
Cette jolie plante vivace est très connue comme plante horticole ornementale. En Amérique, d'où elle est originaire, elle sert de plante médicinale apéritive et calmante pour l’estomac. Ces effets sont dus aux huiles essentielles que contiennent ses feuilles et ses fleurs. La plante renfermant des tanins, elle était utilisée par grand-mère pour laver les plaies. Les fleurs comestibles permettent de garnir les salades d'été.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Épiaire officinale, bétoine officinale

Épiaire officinale, bétoine officinale

Stachys officinalis = Betonica officinalis
H 30-100 cm Juin-aout vivace
Connu sous son ancien nom de Betonica herba, l’épiaire officinal n'est plus guère administré. Grand-mère s'en servait contre les diarrhées, de catarrhes des voies respiratoires, d'asthme, et pour soigner les plaies. Le Romain Pline écrit qu'en cas de doute, les médecins administrent toujours la bétoine, et le médecin personnel de l’empereur Auguste la considérait même comme un remède universel.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Raifort

Raifort

Armoracia rusticana (crucifères)
H 60-120 cm mai-juill. vivace
Le goût piquant de la racine du raifort est dû aux essences de moutarde. Le raifort est diurétique, digestif et favorise l'irrigation sanguine La racine fait partie intégrante des médicaments en cas de grippe et lors d'infections des voies urinaires. Grand-mère propose de nombreuses applications externes pour rhumatismes, plaies, piqûres d'insectes et maux de tête. Ne pas utiliser en cas d'ulcères gastro¬-intestinaux et affections rénales.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Bourse-à-pasteur

Bourse-à-pasteur

Capsella bursa-pastaris (crucifères)
H 10-70 cm janv.-déc. annuelle à bisannuelle
Cette herbe Insignifiante se fait remarquer dès l'apparition de ses fruits. Les parties vertes renferment des flavonoïdes, différents acides et des sels, ainsi qu'un peptide hémostatique La bourse-à-pasteur servait donc de cicatrisant des plaies superficielles, lors des saignements de nez ou de l'utérus. grand-mère l'utilisait sous forme d'infusions dépuratives.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pomme de terre

Pomme de terre

Solanum tuberosum (solanacées)
H 40-80 cm juin-août vivace
Les parties aériennes de la pomme de terre renferment, comme toutes les solanacées, des alcaloïdes toxiques. Le tubercule est riche en amidon et utilisé dans l'industrie pharmaceutique comme substance porteuse.Grand-mère exploitait le fait que les pommes de terre écrasées retiennent la chaleur. On en posait des cataplasmes sur les plaies, les contusions ou les articulations rhumatismales.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Ail des ours

Ail des ours

Allium ursinum (liliacées)
H 20-50 cm avr.-juin vivace
Les constituants de l'ail des ours ressemblent à ceux de l'ail, mais celui-ci ne dégage pas une odeur aussi forte. On utilise la plante entière peu avant sa floraison. Elle est hypotenseur et considérée comme remède maison (souvent sous forme de lait) lors de troubles gastriques et intestinaux, de manque d'appétit et de faiblesse. Elle servait également en friction ou en cataplasme; pour soigner les plaies, les rhumatismes et les dartres.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Carline à tige courte

Carline à tige courte

Cortina ocaulis ssp. acaulis (composées)
H 5-60 cm juin-sept. vivace
La racine séchée est exclusivement utilisée comme remède grand-mère. Diurétique et sudorifique, elle est administrée lors de fièvre, de refroidissements et de troubles gastriques. En usage externe elle soigne les plaies et les affections cutanées. La renommée de la carline dans les vieux herbiers repose sur un malentendu : les auteurs se référaient à Dioscoride qui, lui, évoquait une autre plante

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Camomille romaini

Camomille romaini

Chamaemelum nobile (composées)
H 10-50 cm juin-oct. vivace
En Europe de l'Ouest et du Sud, cette espèce est nettement plus connue que la camomille allemande. Son utilisation est très similaire, car elle arrête les catarrhes et les crampes. Une infusion de capitules séchés est employée contre les problèmes digestifs, les ballonnements, les troubles de la menstruation, comme sédatif et pour laver les plaies.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Lierre terrestre

Lierre terrestre

Glechoma hederacea (labiées)
H 10-40 cm avr.-juin vivace
Les Germains connaissaient déjà le lierre terrestre comme plante médicinale (voies respiratoires, digestion, fièvre de la ménopause). Sainte Hildegarde de Bingen reprit ce savoir et le recommandait sous forme de purée, de boisson et de cataplasmes pour vaincre toutes sortes de maux de tête. comme remède grand-mère, ses parties vertes soulageaient les catarrhes gastriques et intestinaux, les diarrhées la toux et les affections des bronches. En usage externe, elles faciliteraient le lavement des plaies cicatrisant mal et des affections cutanées.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Polygala amer

Polygala amer

Polygala amara (polygalacées)
H 5-15 cm mai-août vivace
Dans I’herbier moyenâgeux de Lonicerus, le polygala amer est recommandé pour augmenter la production de lait des vaches C'est ainsi qu'il fut ajoute aux fourrages du bétail. La plante était, en outre, administrée contre la toux, comme digestif, lors d'affections cutanées et de plaies.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Anthyllis vulneraria (papillionacée)

Anthyllis vulneraria (papillionacée)

H 15-30 cm mai-sept. Vivace
Comme son nom l'indique, cette plante riait autrefois considérée comme vulnéraire. La plaie à guérir était recouverte de fleurs écrasées ou lavée avec l'infusion. Les fleurs étaient seulement appréciées en remède grand-mère. L’anthiyllide était utilisée en cas d'ulcères ou de jambes couvertes de plaies et d’engelures ; on buvait également la tisane en cas d'inflammations de la bouche et de la gorge.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Plantain majeur

Plantain majeur

Palntago major (plantaginacées)
H 5-40 cm juin-oct. vivace
Comme remède grand-mère, le plantain majeur est moins utilisé que le plantain à feuilles lancéolées apparenté. Grand-mère prescrit ses grains comme laxatif et ses feuilles comme antitussif et vulnéraire. En revanche, l'homéopathie l'administre lors d'indications variées, parmi lesquelles les éruptions cutanées, l'incontinence urinaire nocturne, les plaies douloureuses et les otites.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Chêne

Chêne

Quercus spec. (fagacées)
H 30-50 m avr.-mai arbre
« Oak », la quintessence florale de Bach, transmettrait la puissance du chêne à l'utilisateur. L'écorce du chêne est appliquée en usage externe. Ses tanins sont hémostatiques, astringents et calment les démangeaisons liées aux maladies cutanées, aux plaies, aux hémorroïdes et aux inflammations de la bouche et de la gorge (gargarisme»).

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Laminaire palmée

Laminaire palmée

Laminaria digitata (phéophycées)
H jusqu’à 1,50m thalle
Autrefois, en chirurgie, on utilisait les tiges de la laminaire palmée pour élargir les canaux de la plaie, car cette algue gonfle dans l'eau. Aujourd'hui, on ne s'en sert plus que comme matière première. L'acide alginique est indigeste et constitue un épaississant qui gonfle énormément. Il adhère aux parois gastriques et calme les aigreurs. Il est en outre amincissant.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Aloès vrai

Aloès vrai

Aloe vera (asphodelacées)
H 50-100 cm janv.-déc. vivace
Les produits à base d aloès sont légion dans le domaine du bien-être et des cosmétiques. Les qualités du jus pressé frais de ses feuilles est en effet reconnu d’un point de vue médical. Il favorise la cicatrisation des petites plaies, des piqûres d'insectes, des coups de soleil et d'autres brûlures légères. Le gel fabriqué à partir de ses feuilles est laxatif, germicide, analgésique et stimulerait les défenses immunitaires. L'effet en tant que complément alimentaire est controversé. Ne pas utiliser le gel pendant la grossesse.

 

 

 

 

Le vin d'aigremoine

L'aigremoine (Agrimonia eu/mtoria), francormier, grimoine, herbe de Sainte-Madeleine, herbe de Saint-Guillaume, toute-bonne est astringente et recommandée de tout temps, en externe, dans le traitement des plaies variqueuses.
Préparation grand-mère:
- Prendre 200 g d'aigremoine sèche, la faire bouillir dans 1 litre de vin rouge pendant 5 minutes, laisser infuser 1 heure. On peut faire bouillir la plante entière dans une casserole, la mélanger à du vin. (Provence)
- Ramasser les tiges et les fleurs le matin, à la rosée.
- En lavage sur les plaies des varices, pour se dépurer le sang.