picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

sudorifique

 

 

plate grand-mère souci

L'huile de pétales de souci

Le souci officinal (Calendula officinalis), s. cultivé, grand souci, et le souci commun (Calendula arvensis), fleur de tous les mois, fleur de calendule, souci des jardins est, en usage interne, sudorifique, hypotenseur, emménagogue (qui fait revenir les règles).
Préparation grand-mère:
- Mettre des pétales de souci dans une petite bouteille d'huile d'olive, laisser macérer 40 jours. Prendre 1 cuillère à café le matin. (Vercors)
- Il se révèle aussi antispasmodique, en usage externe, anti-inflammatoire, antiseptique et cicatrisant.
En homéopathie Calendula officinalis, utilisé pour les traumatismes sans plaies, les fractures, entorses, foulures, est un véritable antiseptique homéopathique, en solution de teinture mère (25 gouttes dans un verre d'eau bouillie), en lavages et en pansements.
- Pour maux d'estomac et mauvaise digestion.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Bardane commune

Bardane commune

Arctium lappa (composées) H 80-150 cm juill.-août bisannuelle
La racine de la bardane commune renferme des mucilages, jusqu’à 70 % d'inuline, des huiles essentielles et d'autres substances. En médecine, elle ne joue aucun rôle, mais était considérée par Grand-mère comme diurétique et sudorifique. Elle rentrait dans la composition d'infusions dépuratives et était employée en compresses en cas de rhumatismes, de blessures cicatrisant mal et d'eczémas.
Les composants agissent en effet comme antibiotique.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Reine des prés

Reine des prés

Filipendula ulmaria (rosacée)
H 50-150 cm juin-sept. Vivace
Ses fleurs, qui dégagent une agréable odeur douceâtre, contiennent des huiles essentielles, des flavonoïdes et des tanins. L’aldéhyde salicylique de son huile était le modèle de l’aspirine, analgésique connu dans le monde entier. L’infusion des fleurs séchées est sudorifique et on la boit lors de refroidissements fiévreux (cure de transpiration). Grand-mère a recourt également à son infusion pour des troubles de la vessie et des reins. La reine des prés est enfin recommandée comme remède aux rhumatismes et à la goutte et favoriserait la cicatrisation. Une trop forte dose peut provoquer des troubles gastriques ; déconseillée aux patients hypersensibles au salicylate.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Cassissier

Cassissier

Ribes nigrum (saxifragacées) H 1-2 m avr.-mai arbuste
Les baies crues ne sont pas particulièrement savoureuses, mais leur jus ou sirop calme en cas de refroidissements, de toux et d'inflammations de la bouche et de la gorge. Autrefois, on mâchait les baies séchées pour lutter contre les problèmes urinaires. Les feuilles servaient à préparer une infusion diurétique et sudorifique. Elle agirait même sur les rhumatismes et certains troubles hépatiques et biliaires.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Sureau noir

Sureau noir

Sambucus nigra (caprifoliacées)
H 3-7 m mai-juill. arbuste
Autrefois, le sureau noir poussait à coté de chaque ferme, protégé par le génie de la maison ou une nymphe des arbres, la quasi-intégralité de la plante présente un intérêt : ses fleurs et ses feuilles permettent de préparer une tisane sudorifique lors de refroidissements. Le jus de ses fruits est administré contre la constipation, les maux de tête et comme remède sudorifique et diurétique. Son écorce et sa racine calmeraient les rhumatismes. Selon Albertus Magnus, l’écorce raclée de haut en bas serait laxative

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Carline à tige courte

Carline à tige courte

Cortina ocaulis ssp. acaulis (composées)
H 5-60 cm juin-sept. vivace
La racine séchée est exclusivement utilisée comme remède grand-mère. Diurétique et sudorifique, elle est administrée lors de fièvre, de refroidissements et de troubles gastriques. En usage externe elle soigne les plaies et les affections cutanées. La renommée de la carline dans les vieux herbiers repose sur un malentendu : les auteurs se référaient à Dioscoride qui, lui, évoquait une autre plante

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Laiche des sables

Laiche des sables

Cares arenaria (cypéracées)
H 10-50 cm avr.-juin vivace
La laiche des sables a été découverte comme plante médicinale seulement au milieu du XVIIIème siècle. Sa racine était considérée comme remède contre la syphilis. Elle est diurétique et sudorifique, et était utilisée par grand-mère en médecine populaire comme dépuratif, en prévention de la goutte et des rhumatismes et en cas de maladies de peau.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Tilleul à petites feuilles

Tilleul à petites feuilles

Tilia cordata (tiliacées)
H jusqu’à 25m juin-juill. arbre
Le tilleul à petites feuilles et celui à grandes feuilles contiennent les mêmes principes actifs. En médecines officielle et populaire, les deux sont utilisés de la même façon : l’infusion de tilleul était connue dès le Moyen Age comme sudorifique. Les recherches scientifiques ne peuvent cependant pas dire s'il s'agit d'un effet réel ou si c'est uniquement l'eau chaude qui stimule les glandes sudoripares La teneur en mucilages du tilleul garantit en tout cas l'apaisement de la toux. Il est possible que l'infusion stimule même le système immunitaire.

 

 

 

 

plante grandre génépi-mè

Le vin de génépi

« Les génépis possèdent, de façon plus énergétique, les propriétés des autres armoises. Ce sont des toniques amers, stimulants, stomachiques, sudorifiques Les guides voient en eux la panacée infaillible contre les défaillances physiques des ascensionnistes. » (P. Fournier)
(C'est une espèce protégée, il est interdit de la cueillir soi-même en France. Elle pousse dans des lieux rocheux à plus de 2 000 m d'altitude.)
Préparation grand-mère:
- Mettre du vin, des génépis (noir : Artemisia genepi, blanc : A. mutellina, jaune : A. glacialis), du sucre, puis faire chauffer. (Hautes-Alpes)
- « Boire en tisane pour les coups de froid, les grippes ; bon pour le chaud et froid. En revanche, c'est fort, il ne faut donc pas trop en boire en infusion, cela porte sur le cœur et peut donner des bonds de cœur. »