picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

ulcère

 

 

plante grand-mère millepertuis

L'huile de millepertuis

Prendre 250 g de fleurs sèches et incisées de millepertuis (Hypericum perforatum), 50 cl d'huile d'olive, 25 cl de vin blanc. (Bresse). Faire tremper les fleurs dans le vin blanc, faire bouillir au bain-marie jusqu'à évaporation du vin, passer sur un linge fin, verser dans l'huile. On obtient alors un beau rouge.
Préparation grand-mère:
- En homéopathie, Hypericum perforatum s'utilise pour les traumatismes du système nerveux, les névralgies et les névrites. Pour les ulcères et les crampes, prendre 1 cuillère à café quatre fois par jour (toutes les préparations du millepertuis peuvent entraîner des coups de soleil).
- En usage externe, pour adoucir les brûlures.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Henne

Henne

Lawsonia inermis (lythracées) H 2-6 m oct.-avr. arbrisseau
Dans le monde arabe, le henné était considéré comme une plante médicinale, bien avant d'être utilisé comme colorant pour cheveux Le pigment des feuilles servait de remède contre les diarrhées (amibiase), les ulcères de l'estomac et la fièvre.
En usage externe, on utilisait une décoction des feuilles pour soulager les eczémas, les abcès, les mycoses et la gale.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Salicaire commune

Salicaire commune

Lythrum salicaria (lythracées)
H 50-100 cm juin-sept. vivace
La plante en fleurs séchée contient des tanins, des flavonoïdes et une huile essentielle. Comme de nombreuses herbes riches en tanins, elle servait comme traitement hémostatique, non seulement pour les règles abondantes, mais également en usage externe pour les ulcères de la jambe et les eczémas. Elle était également prescrite pour lutter contre les maladies a diarrhées telles que la dysenterie et, semble-t-il, le typhus Dans la phytothérapie moderne, la salicaire commune n'est plus utilisée.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Gaillet gratteron

Gaillet gratteron

Galium aparine (rubiacées)
H 60-200 cm mai-oct. annuelle
On a mis au jour de grandes quantités des fruits du gaillet gratteron dans les villages du Néolithique. Les habitants les récoltaient probablement pour faire tourner le lait destiné à la fabrication du fromage. Pour grand-mère, le gaillet gratteron soulageait les affections cutanées, les ulcères externes et internes. Il était également utilisé comme diurétique et en cas de maladies de la vessie.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Jusquiame noire

Jusquiame noire

Hyoscyamus niger(solanacées)
H 20-80 cm mai-oct. Annuelle à bisannuelle
Comme la belladone, la jusquiame noire toxique était elle aussi un constituant de l'onguent populéum. En bons botanistes, la plupart des sorciers et sorcières l'utilisaient pour ces effets hallucinogènes et comme élixir d’amour. Dans la médecine populaire, grand-mère emploie des préparations à base de jusquiame comme analgésique, contre la coqueluche, les ulcères et les inflammations du bas-ventre. En médecine officielle, la plante est administrée en préparations standardisées comme antispasmodique.

 

 

 

 

Remede grand-mère avec Trèfle d'eau

Trèfle d'eau

Menyanthes trifoliata (ményanthacées)
H 15-100 cm avr.-juill. vivace
Les feuilles de la plante en fleurs étaient considérées comme fébrifuges. La médecine moderne ne confirme cependant pas cet effet. Les feuilles renferment différents glucosides amers et des alcaloïdes. Elles stimulent la fabrication de suc gastrique et favorisent la digestion. Grand-mère emploie les racines dans le cas de troubles gastriques, de ballonnement de rhumatismes et d'affections cutanées. Ne pas utiliser en présence d'ulcères gastriques et intestinaux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Poireau

Poireau

Allium porrum (liliacées)
H 30-100 cm juin-juill. annuelle
Le poireau est-il ou non une plante médicinale ? Les Romains le recommandaient pour calmer la toux et l'empereur Néron aurait soigné ses cordes vocales grâce à cette plante. En médecine populaire, Grand-mère boit l’eau de cuisson du poireau après de fortes diarrhées, on le mange pour combattre les vers intestinaux et on applique du poireau bien cuit sur les plaies et les ulcères.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Succise des prés

Succise des prés

Succisa protensis (dipsacacées)
H 15-80 cm juill.-oct. vivace
Sa racine ayant l'air d'avoir été grignotée- on y voyait autrefois l'œuvre du diable- est utilisée uniquement en homéopathie et remède grand-mère Elle était connue comme remède maison béchique lors d’enrouements, pour fluidifier les muqueuses, comme dépuratif et même comme vermifuge. Les cataplasmes soigneraient les ulcères et les contusions.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Chou vert

Chou vert

Brassica oleracea var. oleracea (crucifères)
H 30-250 cm mai-sept. bisannuelle
Le chou vert et ses variétés font partie des légumes les plus anciens. Selon la mythologie grecque, le chou est né de la sueur de Zeus. Le jus pressé frais des feuilles guérirait des ulcères de l'estomac et du duodénum. On posait des feuilles de chou écrasées sur les plaies et les ulcère ouverts. La choucroute aide à vaincre la constipation.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Anthyllis vulneraria (papillionacée)

Anthyllis vulneraria (papillionacée)

H 15-30 cm mai-sept. Vivace
Comme son nom l'indique, cette plante riait autrefois considérée comme vulnéraire. La plaie à guérir était recouverte de fleurs écrasées ou lavée avec l'infusion. Les fleurs étaient seulement appréciées en remède grand-mère. L’anthiyllide était utilisée en cas d'ulcères ou de jambes couvertes de plaies et d’engelures ; on buvait également la tisane en cas d'inflammations de la bouche et de la gorge.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Genêt des teinturiers

Genêt des teinturiers

Genista tinctoria var. tinctoria (papillionacées)
H 30-60 cm juin-août arbrisseau
Cette plante a longtemps été utilisée comme colorant jaune - celui-ci se trouve uniquement dans les fleure. La médecine populaire, grand-mère emploie la plante entière en fleurs. Elle est diurétique, préviendrait des calculs et sable vésicaux et soulagerait les rhumatismes et la goutte On administrait en outre les parties vertes lors de troubles menstruels, de constipation, d'affections hépatiques. Biliaires et pulmonaires, de fractures osseuses, d'eczémas et d'ulcères. Ne pas utiliser en cas d hypertension et pendant la grossesse.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Souci des jardins

Souci des jardins

Calendula officinalis (composées)
H 20-50 cm mai-oct. Annuelle à bisannuelle
L'origine du souci des jardins reste incertaine. Sainte Hildegarde de Bingen l'appelle Ringula et lui attribue de « grandes forces », entre autres, contre les empoisonnements. Ses fleurs renferment des substances anti-inflammatoires et favorisent la cicatrisation. La pommade de souci est appliquée sur les lésions, les meurtrissures, les contusions, les ulcères et les inflammations cutanées. On utilise sa tisane pour faine des gargarismes. Le souci était en outre utilisé comme philtre d'amour, contre le cancer, les vers et la syphilis.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Chardon béni

Chardon béni

Cnicus benedictus (composées)
H 10-40 cm avr.-juill. annuelle
A l'époque où la peste sévissait, on croyait fermement à la force curative du chardon béni. Son nom dérive du latin benedicta qui signifie « béni ». Au Moyen Âge, cette plante bénéficiait d'une bonne réputation. Ses amers sont apéritifs et digestifs et agiraient sur les affections hépatiques et biliaires En usage externe, grand-mère l'utilise contre les ulcères et les engelures. Ne pas s'en servir en cas d'ulcères gastriques et intestinaux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Gentiane jaune

Gentiane jaune

Gentiana lutea (gentianacées)
H 50-140 cm juin-août vivace
La racine de la gentiane jaune fournit la drogue la plus amère de tout le monde végétal endémique. Selon les médecins grecs de l'Antiquité, le roi Centius d'Illyrie aurait guéri la peste à l'aide de la gentiane. Les médecines officielle et remède grand-mère utilisent l'amer pour stimuler la formation de sucs digestifs (infusions ou eaux-de-vie amères). La gentiane guérit du manque d'appétit, favorise la digestion, soulage les lourdeurs d'estomac et des maux de cœur. Ne pas utiliser en présence d'ulcères de l'estomac et des intestins.