picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

urinaire

 

 

Remède grand-mère avec Bugrane épineuse

Bugrane épineuse

Ononis spinosa (papilionacées)
H 30-60 cm juin-sept. sous-arbrisseau
La racine de la bugrane épineuse contient entre autres des flavonoïdes, une huile essentielle, de l’ononine et des tanins. Le médecin grec Dioscoride mit en évidence l’effet diurétique de la plante. Les médecines officielle et populaire l'utilisent pour cet effet La tisane de bugrane lave les voies urinaires enflammées et prévient la formation de calculs vésicaux. En Remède grand-mère, l'infusion est prescrite pour calmer les rhumatismes et la goutte.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Khella, herbe aux cure-dents

Khella, herbe aux cure-dents

Ammi visnoga (ombellifères)
H 20-100 cm avr.-août annuelle
Les Egyptiens connaissaient l'effet antispasmodique de ses fruits ; la khelline détend les muscles qui entourent les bronches, l'estomac, les intestins, les voies biliaires et urinaires. La visnagine élargit les artères coronaires sans influencer les vaisseaux périphériques. Autrefois, l'herbe était employée par grand-mère contre l'angine de poitrine : on n'y a plus guère recours aujourd’hui en raison de ses effets secondaires.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Grand boucage

Grand boucage

Pimpinella mojor(ombellifères)
H 40-100 cm Juin-sept. vivace
Les rhizomes du grand boucage renferment une huile essentielle et une série d'autres principes actifs. La tisane ou les préparations à base de boucage soignent les catarrhes des voies respiratoires supérieures. Les gargarismes calment les inflammations de la bouche et de la gorge. En médecine populaire, grand-mère lave les plaies cicatrisant mal avec son infusion, et on boit sa tisane en cas d'inflammations des voies urinaires.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Épine noire

Épine noire

Prunus spinosa (rosacées)
H 1-3 m mars-mai sous-arbrisseau
Ses baies ont beau être appétissantes, elles ne sont pas comestibles crues. Le meilleur moment de leur récolte se situe après les premières gelées ; on en fait des sirops et des confitures. Elles contiennent en abondance des tanins, des acides de fruit et de la vitamine C. Ses fleurs servent à faire une infusion dépurative, légèrement laxative, dit-on, diurétique. En médecine populaire, remède grand-mère, les baies séchées aident en cas de paresse gastrique, de troubles de la vessie et des voies urinaires.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Cassissier

Cassissier

Ribes nigrum (saxifragacées) H 1-2 m avr.-mai arbuste
Les baies crues ne sont pas particulièrement savoureuses, mais leur jus ou sirop calme en cas de refroidissements, de toux et d'inflammations de la bouche et de la gorge. Autrefois, on mâchait les baies séchées pour lutter contre les problèmes urinaires. Les feuilles servaient à préparer une infusion diurétique et sudorifique. Elle agirait même sur les rhumatismes et certains troubles hépatiques et biliaires.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Prêle des champs

Prêle des champs

Esquisetum arvense (ésquisétacées)
H 20-50 cm vivace
Les parois cellulaires de cette plante renferment de la silice qui la rendent mécaniquement très résistante. Autrefois, on l'utilisait volontiers pour polir l’étain. Ses parties végétales séchées sont utilisées depuis l’antiquité comme diurétique et vulnéraire. Actuellement, on administre encore fréquemment la tisane de prêle pour laver les voies urinaires en cas d'inflammations, ou en gargarismes pour traiter les catarrhes de la gorge. Grand-mère la recommande comme antirhumatismal.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Livèche (« herbe Maggi »)

Livèche (« herbe maggi »)

Levisticum officinale (ombellifères)
H 1-2 m juin-août vivace
Ses feuilles au goût aromatique servent aujourd'hui principalement de condiment aux soupes. Diurétique, sa racine puissante était déjà connue comme drogue par sainte Hildegarde de Bingen. Elle aide lors d'inflammations des voies urinaires, stimulerait la digestion, serait expectorante lors de refroidissements et calmerait les troubles menstruels. Ne pas utiliser pendant la grossesse.