picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

vers

 

 

Remède grand-mère avec Petite centaurée

Petite centaurée

Centaurium erythraea (gentianacées) H 10-50 cm juin-sept. annuelle
La jolie petite centaurée se distingue par une teneur élevée en amers que l'on retrouve dans toutes les préparations. L'infusion stimule la salivation et les sécrétions gastriques ; elle soulage les troubles digestifs et les lourdeurs d'estomac. Grand-mère la buvait pour éliminer les vers intestinaux, lors de chlorose et d'anémie. Dans la thérapie des quintessences florales de Bach, « centaury » renforce la conscience de soi.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Grenadier

Grenadier

Punica granatum (punicacées)
H 2-7 m mai-sept. arbuste
La grenade comestible est un symbole de fertilité. L’écorce du tronc et des racines contient 20 % de tanins. L'un des alcaloïdes, la pelletiérine, paralyse la musculature des vers solitaires. Autrefois, un laxatif était ensuite utilisé afin d'expulser les vers des intestins. Aujourd'hui, ce traitement n'est plus appliqué en raison des effets secondaires dangereux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Rose de Noël

Rose de noël

Helleborus niger ssp. Niger (renonculacées)
H 10-30 cm déc.-avr. vivace
Le rhizome étant très toxique, seule l'homéopathie l'emploie pour traiter les diarrhées, les néphrites et les dépressions. Il était pourtant considéré comme efficace dans l’Antiquité et sainte Hildegarde de Bingen le recommande contre les « sucs mortels » et la « malaria avec fièvre tous les quatre jours ». En médecine populaire, grand-mère utilisait le rhizome contre la constipation et les vers intestinaux. En médecine, le rhizome entrait dans le traitement des maladies cardiaques et du système artériel.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Poireau

Poireau

Allium porrum (liliacées)
H 30-100 cm juin-juill. annuelle
Le poireau est-il ou non une plante médicinale ? Les Romains le recommandaient pour calmer la toux et l'empereur Néron aurait soigné ses cordes vocales grâce à cette plante. En médecine populaire, Grand-mère boit l’eau de cuisson du poireau après de fortes diarrhées, on le mange pour combattre les vers intestinaux et on applique du poireau bien cuit sur les plaies et les ulcères.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Pyrèthre de Dalmatie

Pyrèthre de dalmatie

Tanacetum cinerariifolium (composées)
H 30-60 cm mai-juin vivace
Le nom latin de cette plante se réfère a L’effet des pyréthrines contenues dans les fleurs,qui bloquent certains canaux nerveux chez les insectes et provoquent leur mort. Ce groupe de substances serait sans danger pour les mammifères. Autrefois, on utilisait cette plante contre les vers intestinaux. Aujourd'hui, elle sert tout au plus à combattre les poux et leurs œufs.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Tanaisie

Tanaisie

Tanacetum vulgare (composée)
H 60-120 cm juill.-sept. vivace
Sainte Hildegarde de Bingen recommande l'utilisation de ses parties vertes contre les vers intestinaux - cette application s'est longtemps maintenue en remède grand-mère. L'automédication est fortement déconseillée en raison de la toxicité de la drogue. Les fleurs étaient également utilisées en cas de crampes gastriques, troubles digestifs et menstruels.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Fougère mâle

Fougère mâle

Dryopteris filix-mas (polypodiacées)
H 30-120 cm vivace
Les guérisseurs de l'Antiquité savaient déjà que son rhizome paralysait les vers intestinaux, qui pouvaient ainsi être éliminés des intestins avec un laxatif. Cette utilisation a eu cours jusqu'à l'époque de Frédéric le Grand. Elle était pourtant problématique, car certains patients perdaient la vue, d'autres mouraient suite à un surdosage. En homéopathie, on administre le rhizome en cas de troubles visuels. La médecine anthroposophique le prescrit pour soulager les troubles digestifs.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Citrouille

Citrouille

Cucurbita pepo (cucurbitacées)
H rampant jusqu’à 10 m juin-oct. annuelle
Pline a mentionné dans ses écrits une « courge », mais il ne peut s'agir de cette variété originaire d'Amérique. Les graines de cette citrouille renferment des acides aminés rares, des oligo-éléments (sélénium, manganèse), de la vitamine E et bien d'autres substances (stérols). Autrefois, on en mangeait de grosses quantités pour expulser les vers intestinaux. Aujourd'hui, on s'en sert pour faciliter la miction en cas d'hypertrophie bénigne de la prostate.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Renoncule acre

Renoncule acre

Ranunculus acris (renonculacées)
H 30-100 cm avr.-sept vivace
Bien que ses parties vertes fraîches irritent fortement la peau, elles étaient autrefois utilisées sous forme de cataplasmes lors d'affections cutanées chroniques, de rhumatismes et dégoutte. Elles étaient également considérées comme remède maison contre la constipation et les vers intestinaux. La phytothérapie n'y a pas recours.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Aurone

Aurone

Artemisia abrotanum (composées)
H 50-120 cm juill.-oct vivace
Un écrit anglais relate que l'on suspendait des bouquets d'aurones a coté des prisonniers au tribunal. On espérait ainsi se protéger de la contamination de la « fièvre de la prison », une forme de typhus. Comme remède grand-mère, l'aurone n'est plus guère utilisée comme apéritif et digestif. Autrefois, on l'administrait également en cas de troubles menstruels et de vers intestinaux.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Aunée

Aunée

Inula helenium (composées)
H 60-250 cm juill.-août vivace
La racine de l'aunée renferme des principes actifs aux nombreux effets secondaires en cas d'une utilisation régulière ou à doses trop élevées : irritation des muqueuses, vomissements, nausées et réactions allergiques. L'aunée n'est ainsi plus administrée en médecine officielle. Grand-mère utilisait la plante principalement en cas de toux forte. Elle favoriserait en outre la digestion, éliminerait les vers intestinaux, soulagerait les troubles menstruels et agirait sur les affections cardiaques.

 

 

 

 

Le vin d'ail

L'ail (AlHum sativunt) était envisagé comme précieux contre les vers. Il était souvent recommandé de le prendre « quand la lune est prête de changer ». Les Anciens observaient attentivement cette période qui représentait depuis toujours un changement dans le cycle lunaire. Son influence gouvernait non seulement les mouvements de la mer, le temps, mais aussi les flux organiques féminins, la croissance et la force des végétaux. L'odeur spécifique ne dérangeait pas, sans mesure, nos ancêtres...
Préparation grand-mère:
- Mettre à tremper des gousses d'ail dans du vin blanc, en avaler un petit verre à liqueur, trois jours de suite, le matin à jeun.
- Pour les vers des adultes, le cholestérol.