picture

Merci Grand-mère

secrets grand-mere

Secret grand-mère

Tous les trucs et secrets de grand-mère

remèdes de grand-mères

Remède grand-mère

Remède de médecine populaire.

Potions de grand-mères

Potion grand-mère

Tisanes ,hulies, pommades, frictions, boissons, bain etc...

plantes de grand-mères

Plante de grand-mère

Les vertues des plantes médecinales de grand-mère

vésical

 

 

Remède grand-mère avec Bruyère commune

Bruyère commune

Calluna vulgaris (ériacées) H 30-100 cm juill.-oct. Sous-arbrisseau
Dès le Moyen Âge, la bruyère était considérée comme plante curative. Aujourd’hui, elle est plus utilisée par grand-mère et en homéopathie : feuilles et fleurs contiennent surtout des tanins, des flavonoïdes et des acides. La bruyère entre dans la composition d’une infusion diurétique lors de troubles de la vessie et des reins, aussi utile contre l’insomnie et les rhumatismes. Dans la thérapie des quintessences florales de Bach, « Heather » est susceptible de faciliter les relations humaines.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Chardon-Marie

Chardon-marie

Silybum marianum (composées)
H 30-150 cm avr.-août bisannuelle
Au Moyen Âge, les hommes pieux voyaient dans les motifs blancs de ses feuilles une représentation du lait de Marie. L'enveloppe des akènes contient un mélange de substances appelé silymarine. Les capitules du chardon-Marie ont longtemps été considérés par nos grand-mère comme efficaces contre les dépressions. Les feuilles sans silymarine étaient administrées contre les troubles du foie et de la vésicule biliaire Aujourd'hui, la phytothérapie moderne utilise la silymarine en préparations, surtout prophylactiques, pour les affections et les maladies hépatiques aiguës.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Fumeterre

Fumeterre

Fumoria officinalis ssp. officinalis (fumariacées)
H 15-30 cm mai-oct. annuelle
Les parties aériennes de la fumeterre renferment différents alcaloïdes. En phytothérapie la plante est administrée pour les troubles spasmodiques de la vésicule biliaire. Grand-mère l'emploie contre la constipation, les maladies hépatiques, les affections vésicales et les rhumatismes. Dans l'Antiquité, la fumeterre était considérée comme un remède contre la mélancolie.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Menthe pouliot

Menthe pouliot

Mentha pulegium (labiées)
H 10-50 cm juin-oct. vivace
A la différence de la menthe poivrée, l'huile essentielle de cette menthe apparentée contient de la pugélone toxique. Chez grand-mère, la plante entrait dans le traitement des troubles digestifs, des affections hépatiques et vésiculaires et des douleurs menstruelles. Elle était utilisée à forte dose comme abortif, provoquant fréquemment la mort.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Gaillet gratteron

Gaillet gratteron

Galium aparine (rubiacées)
H 60-200 cm mai-oct. annuelle
On a mis au jour de grandes quantités des fruits du gaillet gratteron dans les villages du Néolithique. Les habitants les récoltaient probablement pour faire tourner le lait destiné à la fabrication du fromage. Pour grand-mère, le gaillet gratteron soulageait les affections cutanées, les ulcères externes et internes. Il était également utilisé comme diurétique et en cas de maladies de la vessie.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Panicaut champêtre

Panicaut champêtre

Ses racines et ses feuilles renferment des saponines, des flavonoïdes et des acides. Son efficacité étant douteuse, le panicaut champêtre n'est utilisé que par grand-mère (médecine populaire). Sa racine soulagerait les troubles de la vessie et des reins. Ses feuilles calmeraient les affections des voies urinaires et seraient utiles en cas de formation de calculs. Grand-mère emploie aussi le chardon des dunes apparenté, aujourd'hui protégé.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Reine des prés

Reine des prés

Filipendula ulmaria (rosacée)
H 50-150 cm juin-sept. Vivace
Ses fleurs, qui dégagent une agréable odeur douceâtre, contiennent des huiles essentielles, des flavonoïdes et des tanins. L’aldéhyde salicylique de son huile était le modèle de l’aspirine, analgésique connu dans le monde entier. L’infusion des fleurs séchées est sudorifique et on la boit lors de refroidissements fiévreux (cure de transpiration). Grand-mère a recourt également à son infusion pour des troubles de la vessie et des reins. La reine des prés est enfin recommandée comme remède aux rhumatismes et à la goutte et favoriserait la cicatrisation. Une trop forte dose peut provoquer des troubles gastriques ; déconseillée aux patients hypersensibles au salicylate.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Épine noire

Épine noire

Prunus spinosa (rosacées)
H 1-3 m mars-mai sous-arbrisseau
Ses baies ont beau être appétissantes, elles ne sont pas comestibles crues. Le meilleur moment de leur récolte se situe après les premières gelées ; on en fait des sirops et des confitures. Elles contiennent en abondance des tanins, des acides de fruit et de la vitamine C. Ses fleurs servent à faire une infusion dépurative, légèrement laxative, dit-on, diurétique. En médecine populaire, remède grand-mère, les baies séchées aident en cas de paresse gastrique, de troubles de la vessie et des voies urinaires.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Herbe aux chantres

Herbe aux chantres

Sisymbrium officinale (crucifères)
H 30-60 cm mai-oct. annuelle
Cette herbe insignifiante renferme dans ses pousses fraîches des glucosides cardiotoniques, qui peuvent présenter un danger lors d'un dosage trop élevé. En médecine populaire, l'herbe aux chantres est recommandée par grand-mère contre les enrouements, les inflammations du larynx, les bronchites et les catarrhes de la vésicule biliaire.

 

 

 

 

Remède grand-mère avec Figuier de Barbarie

Figuier de barbarie

Opuntia ficus-indica (cacatacés)
H 2-5 m avr.-juill. vivace
Le figuier de Barbarie ayant été implanté relativement tard en région méditerranéenne, il ne joue aucun rôle en médecine populaire. Dans son aire d'origine, on utilise le jus frais de ses pousses plates en usage externe pour apaiser les inflammations cutanées et les brûlures. Les extraits de ses fleurs aideraient en cas de troubles vésicaux, prostatiques et autres.